Equipements - Matériel - Armes

Battle_20Jerkin_1

IMG 450 - Battle-Jerkin : gilet d'assaut multi-poches créé spécialement pour le jour J et distribué aux commandos et aux troupes canadiennes. Il remplace très avantageusement le F S M O

 

Codo_20POSTER

IMG 450/1 - Différentes tenues

Codos_Pers_2

IMG 450/2 - Fusilier marin commando du 1er BFMC, il porte le fameux béret vert, badge à gauche. Il est vêtu du battle-dress en laine Mle 37 ou Mle 42, il est équipé su Field Service Marchind Order Mle 37 ( équipement en webbing complet). La Toggle-Rope d'assaut est passée autour des épaules. Il est équipé en plus de la "bandolier" en toile légère contenant ses réserves de cartouches, de la dague FS 2 Modèle sur la jambe gauche et du sac à dos Bergam à armature métallique. Autour du cou il porte le filet de camouflage individuel. Il est armé du Lee Enfield N° 4 MK 1 avec baïonnette clou

Equipement_20Allege

IMG 450/3 - Les équipements britanniques du Mle 37 sont en Webbing beige souvent passé au blanco.

Ils se dénomment Field Service Marching Order. Ils portent pour la troupe autour d'un ceinturon réglable et d'une paire de bretelles de suspension, deux pouches à munitions dites"Universal" car pouvant contenir chargeurs de Sten ou lames de 5 cartouches pour fusils , la baïonnette clou du Lee Enfield 4 MK2, une gourde de 1,5 L , un ensemble d'outils pour tranchée, l'équipement présenté ici est dit"Allégé"

K_Gun_20Pouches

IMG 450/4 - Pouches spéciales pour chargeurs tambours de K GUN  Vickers

OSPREY_Lt_20Codo

IMG 450/5 - Pour les officiers on rajoute un étui de pistolet avec la Lanyard pour l'arme et une pouche à munitions qui peut contenir aussi une boussole ou le modèle pour deux chargeurs selon l'arme utilisée. L'ensemble outil est supprimé et un porte cartes est rajouté ainsi qu'un étui à jumelles.

Toggle_Rope_202

IMG 450/6 - Toggle-Rope ( 5 feet= 1,52 m), corde d'assaut et d'escalade, toutes les forces spéciales britanniques en étaient dotées.

Blouson_20BDU_Codo

IMG 450/7 - Sans le savoir, en 1956-1957 nous portions les mêmes blousons

Cdo_4___7jpgEQUIPEMENT

IMG 450/8 - La dague commando                            IMG 450/9 - Tenue allégée

Tenue_de_combat

IMG 450/10 - Tenue d'assaut

miniature_N__4_Cdo

IMG 450/11 - Miniature d'un N° 4 commando - (Bernadinis Bruno)

4Cdo_002

IMG 450/12 -  Dédicaces

Poste radio

IMG 450/13 - Poste radio: W S 38 M K2 - (Militaria Magazine - Wendel Daniel)

Insignes 1

IMG 450/14 - Divers insignes - (Militaria Magazine -Wendel Daniel)

Rucksack

IMG 450/15 - Sac Bergen Rucksack utilisé par les commandos français avec quelques éléments de ration typique des opérations de débarquement. On remarque à droite le "bout" de franchissement Toggle Rope et les antennes du poste W S 38 - (Militaria Magazine - Wendel Daniel)

COMMÉMORATIONS, HOMMAGES, MONUMENTS, STÈLES

cdo_4_les_anciens_2

IMG 500 - BOLLORE, ??? , VINCENT, MASSON

CDO_4_les_anciens

IMG 501 - 1er rang de G à D : Meudal, Masson, Archiéri, Rossey, 2ème rang: Couturier, Madec

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

08_05_45_08_05_2008

IMG 502 - Nicolas Sarkozy rend hommage ce jour, le 08 05 2008 à 6 bérets verts du N° 4 commando, là où ils ont débarqué: GAUTIER Léon, MOREL Jean, MEUDAL Yves, ROSSEY René, FAURE Hubert et CHAUVET Maurice.

Funérailles de Maurice CHAUVET le 26 05 2010

biofus1

IMG 502/1

CHAUVETfunerailles

IMG 502/2

CHAUVETfuneraillesb

IMG 502/3

4

IMG 502/4 - Un des croquis de CHAUVET Maurice - (Tanguy Jean-Marc, le commando Kieffer, les 177 français du D DAY)

5

IMG 502/5

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

AUTIN_enveloppe_1er_jour

IMG 503 - Enveloppe 1er jour à l'effigie de René AUTIN, Troop 1

 

IMG 503_1

IMG 503/1 - (Manach Gérard)

 

IMG 503_2

IMG 503/2 - (Manach Gérard)

 

IMG 503_3

IMG 503/3 - (Manach Gérard)

 

IMG 503_4

IMG 503/4 - (Manach Gérard)

IMG 503_5

IMG 503/5 - (Manach Gérard)

IMG 503_6

IMG 503/6 - (Manach Gérard)

IMG 503_7

IMG 503/7 - (Manach Gérard)

IMG 503_8

IMG 503/8 - (Manach Gérard)

IMG 503_9

IMG 503/9 - (Manach Gérard)

IMG 503_10

IMG 503/10 - (Manach Gérard)

IMG 503_11

IMG 503/11 - (Manach Gérard)

IMG 503_12

IMG 503/12 - (Manach Gérard)

IMG 503_13

IMG 503/13 - (Manach Gérard)

IMG 503_14

IMG 503/14 - (Manach Gérard)

 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

SAERENS Robert 1

SAERENS Robert

SAERENS__D_c_s

IMG 504 - Funérailles de Robert SAERENS

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

060609matinn

IMG 506 -

IMG_507

IMG 506/1 -

COLLEVILLE

IMG 506/2 -

St_le_de_la_Br_che

IMG 506/3 - Monument des commandos à Colleville-Montgomery

stelekieffer

IMG 506/4

stelekiefferc

IMG 506/5 -  Monument dit "La flamme" à Ouistreham, il évoque un triple symbole: - La flamme de la Liberté qui s'élance vers le ciel                             - La vaque, qui venue du large ramène sur notre terre un souffle de Liberté  - Et l'étrave d'un navire qui s'échoue sur la plage.                                     Les noms des 177 fusiliers marins du commando KIEFFER sont gravés dans l'acier de la flamme. Ce monument est l'oeuvre de Madame GUÉGAN Yvonne.

IMG_511_1

IMG 506/6 - Monument dit " La flamme" Ouistreham

stelekiefferb

IMG 506/7

Commando_m_morial

IMG 506/8 - Mémorial Commando , situé à Spean-Bridge en Écosse non loin de Ben Nevis, tout près d'Achnacarry qui fut l'école mythique où furent entrainés tous les commandos, dont les français, ce mémorial sculpté par Scott Sutherland en 1949 et dédié à tous les commandos tombés entre 1940 et 1945 surnommé " Three men on the hill" = trois hommes sur la colline, il représente 3 hommes équipés et armés comme l'étaient ceux qui accomplirent les raids sur toutes les côtes d'Europe. Au-dessous, leur devise dont la traduction est: ensemble nous vaincrons. Ce monument fut officiellement inauguré le 27 09 1952 par sa majesté la Reine Mère.

Le 1er juillet 1945 le 1er BFMC est dissout, la guerre est finie, la marine royale marquait un point contre les porteurs détestés du "Perchoir", ( nom donné aux porteurs de la Croix de Lorraine) et le bataillon par une dernière ironie du sort, ne fut pas inscrit sur la liste des unités combattantes.

IMG_112___IMG_514

IMG 506/9

IMG_130___IMG_515

IMG 506/10 -Vlissingen: Landingsmonument 4 commando (monument du débarquement)

Walcheren_Plaque_Fse

IMG 506/11 - La plaque du monument de l'image ci-dessus

IMG_517

IMG 506/12 - War monument à Wassenaar en Hollande, dédié à Trépel et à ses 5 hommes  tués lors du raid sur Schweningen

IMG_521_2

IMG 506/13

IMG_522

IMG 506/14 - Ouistreham, Bd Winston CHURCHILL, plaque à la mémoire de HUBERT, LABAS, LEMOIGNE et LETANG

IMG_523

IMG 506/15 - Avenue Pasteur à Ouistreham, plaque à la mémoire de LION, RENAULT er ROLLIN

Vitrail_des_Cdos

IMG 506/16 - Eglise Saint Samson, vitrail offert par l'association des commandos de Grande-Bretagne à la gloire de Dieu et en souvenir des morts pour la libération de la France et du monde, avec la reconnaissance pour l'accueil de la population de Normandie

Monument_ouistrehamplaq

IMG 506/17 - Plaque offerte par la section locale de l'association: France, Grande-Bretagne, Etats-Unis

Monument_Pl_1_SSB

IMG 506/18 - Plaque à la mémoire du 1er S S B , dont le N° 4 commando

Le_Plain_Gruchet_2

IMG 506/19 - Le Plain Gruchet à Goustranville, plaque à la mémoire des commandos anglais et français

Monument_StAubin

IMG 506/20 -

memorials_westkapelle

IMG 506/21 - Mémorial de Westkapelle, lieu du débarquement du N° 4 commando

IMG_569

IMG 506/22 - Hommage à Robert BELLAMY et à André DIGNAC

IMG 620

IMG 506/23 - Stèle A N F M C offerte à Colleville-Montgoméry et dévoilée le 07 06 2014

24

IMG 506/24 -

25

IMG 506/25 - Monument érigé à Wassenar (Pays Bas)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GAUTIER Léon

GAUTIER Léon

GAUTIER_L_on_Timbre

IMG 516 - Hommage à GAUTIER Léon

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_518

IMG 518 - Décès de Paul CHAUSSE

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_519

IMG 519 - Décès de GANNAT Marcel

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

KIEFFER Philippe

KIEFFER Pihilippe

IMG_520

IMG 520 - Tombe de Philippe KIEFFER à Grandcamp

IMG_520_1

IMG 520/1 - Stèle à Haïti en mémore de KIEFFER

cendar_Kieffer

IMG 520/2 - Le cendar de Kieffer qui était sur son bureau en Angleterre

img135

IMG 520/3

img136

IMG 520/4

IMG_527

IMG 520/5

img133

IMG 520/6

img134

IMG 520/7

Compte rendu du L/V KIEFFER ( Cdo 10 ayant participé au débarquement de Dieppe le 19 08 1942)

IMG_556

IMG 520/8

IMG_557

IMG 520/9

IMG_558

IMG 520/10

IMG_566

IMG 520/11

IMG___568

IMG 520/12 - Obsèques de Philippe KIEFFER le 24 11 1962 à Cormeilles- en- Parisis

Madame, mes chers camarades, lorsque j'ai rencontré Philippe KIEFFER pour la première fois, c'était à Londres, le 11 Mai 1942. Ce jour là, fête de Jeanne d'Arc, les troupes françaises, dont une section de commandos défilaient devant la statue du Maréchal Foch. Une heure plus tard, je le retrouvais au Savoy, au cours d'une réception, et je lui demandais de m'accepter parmi les siens. Depuis ce jour, et jusqu'à la fin de la guerre, je ne l'ai pas quitté. Jeune sous-lieutenant, puis commandant de compagnie, et son adjoint avec LOFI, j'ai vécu, avec lui, les dures périodes d'entraînement; nous avons partagé nos espoirs, nos peines, nos joies. Aussi, quelle est mon émotion de lui adresser aujourd'hui mon adieu de frère d'armes, de vieux compagnon, au moment où nous nous quittons. Cet adieu, je veux le faire en notre nom à tous, ses commandos; comme autrefois je lui présentais son bataillon avant une opération, je le présente à nouveau, et je puis lui dire: "Commandant, nous voici de nouveau auprès de vous, devant vous, devant nous, vous nous avez créés, vous nous avez formés, vous nous avez conduits. Ce que nous sommes, ce que nous avons fait, c'est à vous que nous le devons. Nous espérons ne pas avoir été indignes de vous". Nous avons été une poignée d'hommes appelés à l'honneur de servir sous les ordres de Philippe KIEFFER, tout au long des routes d'Ecosse, du pays de Galles, d'Angleterre, de France, de Hollande. Je crois qu'avec lui nous avons accompli de grandes choses. Si le nom du 1 er B F M commando se trouve aujourd'hui indissolublement lié à l'histoire du débarquement de Normandie et à la libération de la France, c'est à lui que nous le devons. C'est grâce à lui que les premiers soldats à poser le pied sur le sol de France, à l'aube du 06 06 1944, ont été des français. Cela on ne peut pas l'oublier, et on ne l'oubliera pas, et son nom sera à jamais lié dans les souvenirs et dans les coeurs, à cette épopée extraordinaire où il nous a conduits au cours des quatre années  d'entraînement et de combat, à travers les raids de nuit sur les côtes française et hollandaises, le débarquement de Normandie, les opérations de Bénouville, d'Anfreville, de Bavent, et l'inoubliable entrée dans Paris libéré. Vieux lutteur, le combat est terminé, vous avez trouvé le repos sur cette terre normande que vous avez libérée, aux côtés de ceux des vôtres qui vous ont précédé: nos camarades, de simples soldats ou marins, et je puis ajouter votre fils, massacré par les allemands quelques jours avant la libération de Paris, dont vous auriez tant voulu faire un commando. Un jour viendra où nous serons tous réunis, comme aux jours heureux où la vie était ardente, et où nous préparions pour de grandes aventures. Vous serez avec nous, tel que nous vous avons connu, le Pacha, toujours prêt pour les grandes audaces, toujours jeune, toujours fort, ferme, mais indulgent pour les folies des jeunes, car vous étiez jeune parmi nous, et nous compreniez. Madame, je voudrais vous dire combien votre douleur est la nôtre. Avec Philippe, c'est toute une partie de notre vie, la meilleure sans doute, qui s'en va. Croyez que tous ceux pour qui il a été un frère d'armes, anglais ou français, chérissent son souvenir et qu'ils ne l'oublieront pas. Puissions-nous nous retrouver un jour dans la douce pitié de Dieu."

Discours prononcé par Guy VOURC'H (ex Commandant de la Troop 1 du 1 er B F M C) le 24 11 1962 à Cormeilles-en-Parisis aux obsèques de Philippe KIEFFER.

 

IMG_571

IMG 520/13

IMG_572

IMG 520/14

IMG_573

 

IMG 520/15, 520/14 et 520/13 - Conservateur au service historique de la défense:  ESTIENNE René

Les officiers de carrière, issus de l'école navale n'acceptaient pas d'emblée les officiers sortis du rang, et qui plus est,  très bien considérés par les anglais......... La note qui suit en est très révélatrice..... La compétence a des limites, la connerie, non.... (Balisson JC)

IMG_574

IMG 520/16

IMG_575

IMG 520/17

RAPPORT DU L/V KIEFFER - LE 14 06 1944

IMG_577_

IMG 520/18

IMG_578

IMG 578

IMG_579

IMG 520/20

IMG_580

IMG 520/21

IMG_581

IMG 520/22

IMG_584

IMG 520/23 - KIEFFER a donné sa démission pour aller combattre l' envahisseur

IMG 520 - 24

IMG 520 - 24

IMG 520 - 25

IMG 520 - 25

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

lettretavernierone

IMG 530 - Courrier envoyé par Raymond TAVERNIER à Louis DELANCHY, où le nom de PINELLI est mentionné, cette lettre datée du 20 10 1942 est malheureusement restée sans réponse, étant arrivée le 04 12 1942 et Louis DELANCHY ayant disparu le 6. (Fitamen JP)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Hommage_Kieffer

IMG 531 - Hommage au commando Kieffer - (Claude Blin)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

MONCEAU Yvan

MONCEAU Yvan


IMG_539

IMG 539 - Cimetière de Lanquais dans le 24 - (Serre Jean-Claude)

IMG_540

IMG 539/1 - Plaque fixée sur une pile du portail d'entrée à la mairie de Lanquais - (Serre Jean-Claude)

École des fusiliers marins, cours du BE , 268 ème session, du 08 05 1996 au 20 09 1996, cours MONCEAU. Décret du 19 02 1952 portant la concession de la médaille militaire à titre posthume au Q/M fusilier MONCEAU Yvan du 1 er BFMC. Volontaire pour les commandos, a participé à la campagne de Normandie en y montrant de grandes qualités d'endurance et de dévouement. Au cours du débarquement à Flessingue le 01 11 1944 a fait preuve d'un courage remarquable au cours de diverses missions qui lui ont été confiées. A été tué alors qu'il défendait avec sa troupe un carrefour important contre une compagnie allemande. Le Q/M MONCEAU a été cité à titre posthume, à l'ordre du corps d'armée, le deux juillet 1945 avec l'attribution de la croix 39-45 et étoile de vermeil. Le C/F GRANDEMANGE commandant l'école des fusiliers marins.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GUEZENNEC 3

GUEZENNEC Francis

IMG_541

IMG 541 - Hommage à François GUEZENNEC

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

MOREL_Jean_Dessins

IMG 542 - Jean MOREL est très doué pour le dessin

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

KLOPFENSTEIN F

KLOPFENSTEIN Frédéric

hommagE_klopfenstein

IMG 543 - Hommage rendu à Frédéric KLOPFENSTEIN

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

BELLAMY

BELLAMY

 

IMG_544

Traduction: Merci pour votre lettre du 29 11 1984, je n'ai vraiment aucune information qui pourrait aider à des recherches sur la famille du soldat R.BELLAMY qui est enterré à Sark, mais j'ai transmis votre lettre à mon bureau principal à Maindenhead dans le Berkshire pour voir les infos gardées là-bas. J'espère que vous aurez des nouvelles du bureau principal rapidement. Sincèrement votre...

IMG 544

IMG_545

Traduction: Je vous réponds à la suite de la lettre de M. Penfold du 4 12 1984 au sujet de la tombe de R.Bellamy, forces françaises libres, au cimetière paroissial de Sark, îles Anglo-Normandes. Le sujet de votre lettre semble un problème pour l'organisation française des tombes de guerre. J'aimerai vous suggérer dans ce cas, d'écrire au ministère des AC, 139 rue de Bercy 75012 Paris France, qui pourrait vous aider...

IMG 544/1

IMG_546

IMG 544/2

IMG_547

IMG 544/3

IMG_548

IMG 544/4

IMG_549

IMG 544/5

IMG_550

IMG 544/6

IMG_551

IMG 544/7

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

COUTURIER Jean

COUTURIER Jean

IMG_552

IMG 552 - Mai 2004 -  Jean COUTURIER salue ses frères d'armes tombés en Normandie

IMG_552_1

IMG 552/1 - Ile de la Réunion - De G à D: ALDEGUERRE Laurent, (gendre d'ARZEL Joseph - Hubert, Penfen) et Jean COUTURIER - (Aldeguerre Laurent)

IMG_552_2

IMG 552/2 - La Réunion - Jean COUTURIER lance une gerbe à la mer - (Aldeguerre Laurent)

IMG_552_3

IMG 552/3 -  La Réunion: Jean COUTURIER - (Aldeguerre Laurent)

img_553

IMG 552/4 - Autographe de Jean COUTURIER sur le mur du bar le "Roosevelt" à Utah-Beach

1

IMG 552/5 - Armement emporté par Jean COUTURIER LE 06 06 1944, composé de grenades: offensive N° 69 - Incendiaire N° 77 - Mills N° 36 - D'une dague de combat Fairbairn Sykes 2ème type et d'un Colt 1911 A 1 - (Militaria Magazine - Wendel Daniel)

2

IMG 552/6 - (Militaria Magazine - Wendel Daniel)

3

IMG 552/7 - Sur fond de diplôme et des paroles du chant de la Troop 8, une fourragère fantaisie à la couleur de la croix de guerre 39/45 avec miniature du "Perchoir", banane "France" et "Perchoir" grand modèle, livret d'instruction des opérations combinées, paquet de cigarettes F N F L et certaines décorations obtenues par Jean COUTURIER - (Militaria Magazine - Wendel Daniel

4

IMG 552/8 - Certificat de bons et loyaux services remis à tous les commandos à la fin du conflit, et signé par le Brigadier LAYCOCK, commandant les combined opérations - (Militaria Magazine - Wendel Daniel)

5

IMG 552/9 - Certificat de bonne conduite attribué au Q/M 1 COUTURIER Jean -  (Militaria Magazine - Wendel Daniel)

7

IMG 552/11 - Acte d'engagement F F L du Q/M 1 COUTURIER Jean - (Militaria Magazine - Wendel Daniel)

8

IMG 552/12 - Billet d'admission à l'hôpital Pasteur Lister de COUTURIER Jean - ( Militaria Magazine - Wendel Daniel)

9

IMG 552/13 - Billet de cessation de subsistance à la maison de santé "Pasteur Lister", COUTURIER Jean rejoint le N° 4 commando - (Militaria Magazine - Wendel Daniel)

1

IMG 552 - 13/1 - De quand date ces remarques sur l'aptitude au service de Jean COUTURIER ? Il a été blessé le 06 06 1944, on peut donc considérer que ce constat a prolongé sa convalescence jusqu'au 10 10 1944 (voir IMG 552 - 13) et qu'à cette date il a rejoint le commando comme indiqué sur le billet de cessation de subsitance.

10

IMG 552/14 - Divers souvenirs ayant appartenu ou réalisés par COUTURIER Jean: maquette inachevée du L C I 523, insigne des opérations combinées en bois, d'une planche originale au 1/10 ème, d'une bande dessinée sur le 1 er B F M C, ainsi que le livre "Béret vert" du Commandant KIEFFER avec couverture personalisée par Maurice CHAUVET et dédicacée par de nombreux commandos français et anglais. (Militaria Magazine - Wendel Daniel)

11

IMG 552/15 - Témoignage du Cdo association, section française pour COUTURIER Jean

IMG 552- 16

IMG 552 /16 - Chant de marche de la 8 ème troupe N° 4 commando - (Militaria Magazine - Wendel Daniel)

17

IMG 552/17

18

IMG 552/18 - Des doutes subsistent quant à sa participation à la campagne de Hollande, certains de ses camarades encore de ce monde aujourd'hui (08 11 2014) demeurent perplexes.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_554

IMG 554 - 65ème anniversaire du débarquement en Normandie

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

DIGNAC_14_PERTES

IMG 559

DIGNAC_15_PERTES

IMG 559/1

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Tués avant le débarquement

Tu_s_avant_le_d_barquement

IMG 560

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

DIGNAC

DIGNAC André

COURS DU C A T  :   DIGNAC - ( Session du 03 06  au 22 11 2002)

DIGNAC___cours_be

IMG 561

IMG_561_1

IMG 561/1 - 07 09 2013 - Cérémonie du souvenir en l'honneur d'André DIGNAC - (Serre Jean-Claude)

IMG_561_2

IMG 561/2 - 07 09 2013 - Cérémonie du souvenir en l'honneur d'André DIGNAC - (Serre Jean-Claude)

IMG_561_3

IMG 561/3 - 07 09 2013 - La Teste- de- Buch, tombe d'André DIGNAC - (Serre Jean-Claude)

IMG_561_4

IMG 561/4 - 07 09 2013 - La Teste- de- Buch, tombe d'André DIGNAC - (Serre Jean-Claude)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

"Le jour le plus long",  version 1961 avec la participation d'une école d'infirmières, du commando "Hubert" et quelques commandos qui croupissaient au CAM, certainement en attente d'affectations ou en repos - (Levaufre Michel)

IMG___556

IMG  562 - L'attaque du casino de Ouistreham - (Levaufre Michel)

IMG___557

IMG  562/1 - Le repos après l'assaut - (Levaufre Michel)

IMG___558

IMG  562/2 - L'art et la manière de boire à la bouteille, les jolies infirmières ne pouvaient pas être à meilleure école !!!!! - (Levaufre Michel)

IMG__559

IMG  562/3 - BAUËR Pierre, alias "Gaunce" tombe amoureux - (Lefauvre Michel)

IMG___560

IMG  562/4 - Affaire conclue, c'était le seul véhicule disponible - (Levaufre Michel)

IMG_561

IMG 562/5 - LOFI Alexandre au milieu avec la casquette, à droite PIHAN Pierre

IMG_562

IMG 562/6 - A droite LEVAUFRE Michel - (Levaufre Michel)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_567

IMG 567

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

GRINSPIN Félix

GRISPIN Félix

La vie des commandos

Le commando Félix GRISPIN fut le plus jeune combattant des forces alliées - 18 ans et demi -  à avoir effectué, avant le débarquement, des raids dangereux en France occupée. Il participa au 06 06 1944 puis à des missions périlleuses en Belgique et aux Pays-Bas, notamment sur l'île de Schouwen... et il a été démobilisé. Mais quelle ne fut pas sa surprise de voir dès 1948, des camarades raconter et publier des exploits imaginaires, recevoir des prix littéraires, des décorations, y compris une légion d'honneur imméritée. Il y a quelques années, Félix GRISPIN a entrepris de démasquer les imposteurs. Il a recherché en Angleterre les papiers confirmant ses accusations, fait constituer des jurys d'honneur, fait démissionner des Présidents d'associations, etc... Il a rassemblé tout cela dans un énorme manuscrit permettant de mettre en relief les exploits de héros inconnus et...les dérobades de mystificateurs. Son texte est une bombe qui a commencé à secouer le microcosme des français libres et des historiens. Beaucoup se promettent dans leurs travaux futurs de considérer la véritable documentation historique et les témoignages des anciens commandos recueillis par Félix GRISPIN. Mais, outre son aspect "mise au point", le texte de Félix GRISPIN nous révèle ce que fut réellement la vie des commandos français. Et on s'aperçoit que la réalité relatée par Félix GRISPIN dépasse la fiction imprimée dans le livre des autres. Ce sont ces pages sur les commandos français que nous avons extraites du remarquable document que son auteur communique aux lecteurs de J d C.

Le matelot Félix GRINSPIN, Mle: 508/43, volontaire pour des missions dangereuses a débarqué le 06 06 1944 en Normandie et s'est battu pendant 2 mois. Il a été blessé, est revenu de l'hôpital sans convalescence, a participé à l'attaque et à la prise de Flessingue et vient de se distinguer d'une façon particulière durant le raid  de nuit du 12 02 1945 sur l'île de Schouwen où il a, par son sang froid et sa décision, évité une embuscade ennemie. A toujours fait preuve de grand courage. (C. de CP KIEFFER, Cdt le 1er Bat de FM Commandos).

J'ai quitté la France début Novembre 1942, à l'âge de 17 ans, avec quelques camarades, pour l'Espagne. Après avoir séjourné dans différentes prisons (Gérone, Barcelone) j'échouai au camp de concentration de Miranda de Ebro, en indiquant aux espagnols, pas dupes, que j'étais ressortissant américain. Pendant mon incarcération, une grève de la faim eut lieu. Le consulat américain à Madrid fut informé par les autorités espagnoles qu'un ressortissant américain était interné. Après une entrevue avec le vice-consul GILBERT, ce dernier me promit de me faire libérer parce que je n'avais pas 18 ans. Et en Février 1943, je fus dirigé sur la croix ropuge française, à Madrid, où je troquais mes vêtement pleins de poux pour des habits plus décents. Mon hébergement à l'hôtel Alcoriza à Madrid fut pris en charge par l'ambassade des U S A à Madrid, jusqu'à mon départ pour Gibraltar. Arrivé à Gibraltar le 07 03 1943, il me fut demandé quelques jours plus tard, de choisir entre l'Afrique du Nord et la Grande Bretagne. J'optais pour l'Angleterre car mon intention était de jopindre les commandos dont j'avais lu en France, dans la revue pro-allemande "Signal", les exploits lors des raids de Saint Nazaire.

AU CENTRE DU FILTRAGE: J'embarquai à bord du transport de troupes "Stirling Castel" le 19 04 1943 et débarquai à Liverpool le 02 05 1943. Arrivé au camp de Camberwell, je signai mon engagement dans les Forces Françaises Libres avec effet fin Mai 1943, séjour au camp du 03 au 16 05 1943. Le 17 05 1943 je fus dirigé vers un centre de filtrage nommé"Patriot School" afin d'être interrogé par les services britanniques, ensuite je comparus devant une commission militaire aux fins d'affectation dans une unité. Les membres de la commission, eu égard à mon âge (18 ans) et à ma détention en Espagne me dissuadèrent d'entrer dans les commandos et me proposèrent d'entrer à l'école des cadets (St Cyr) qui formait des officiers en 1 an. Devant mon insistance, un officier que je n'avais pas remarqué, décida d'accepter ma candidature, sous réserve de pouvoir suivre l'entraînement des commandos. Cet officier était KIEFFER commandant des commandos français. Et c'est ainsi que le 15/16 Juin 1943 je ralliai le 1er bataillon de fusiliers marins commandos à Eastbourne. Le commando français était incorporé au N° 10 commando Inter-Allié, composé également de commandos belges, polonais, norvégiens,, hollandais. Le N° 10 commando était commandé par le Colonet LISTER, ex- champion de boxe dans l'armée britannique. Le lendemain de mon arrivée je subis une épreuve que je ne suis pas près d'oublier. Une course, équipement au complet sur une distance de 12 miles (19 Km), j'arrivai au terme de la course, soutenu par le commando LE CHAPONNIER, près de l'inconscience et les pieds en sang. Je me demandais dans quelle galère je m'étais fourré! A cette époque, le recrutement des volontaires pour les commandos était particulièrement difficile. Les risques inhérents à ce genre d'activités, l'entraînement permanent et harassant, la nature du travail demandé, ingrat, secret, peu spectaculaire, n'incitaient pas les candidats souvent attirés par le prestige du béret vert. La presque totalité des commandos étaient des gens simples, d'origine modeste. Un certain nombre venait d'unités où ils étaient considérés comme indésirables, rebelles, mais une fois incorporés dans les commandos, se trouvaient parfaitement à l'aise. Patriotes avant tout, aventuriers, risque-tout, il y avait aussi unn comte, ,un autre étudiant en médecine, un troisième instituteur...

Les tartarins faisaient de la figuration: L'épine dorsale de l'unité était à la base constituée de fusiliers marins, sous-officiers et officiers des équipages, tous issus du rang, lesquels formés par une discipline draconnienne, avaient l'habitude d'exécuter les ordes sans discussion. Le séjour dans les commandos n'était pas particulièrement ouaté! Si l'essentiel était une exceptionnelle condition physique, le "mental" était forgé au cours de longs mois d'entraînement. L'expérience a prouvé par la suite qu'au combat, la détermination mentale était plus importante que les aptitudes physiques et ses limites difficilement prévisibles quel que soit l'entraînement suivi. Au combat, les rares Tartarins et Rambos firent de la figuration et quittèrent l'unité sous différents prétextes - étant volontaires, c'était leur droit - mais pour réapparaître, 30 ans plus tard, auréolés de la gloire des autres. Les commandos ne portaient jamais de casque au combat remplacé par le béret vert sur lequel était cousue la croix de Lorraine. Pendant l'entraînement et pour les raids, le béret était remplacé par un bonnet en laine appelé "cap comfort". Un battle- dress kaki dont les manches de la veste étaient ornées de chaque côté du Badge "France" en- dessous duquel figurait l'insigne des commandos: ancre de marine, mitraillette, aigle ainsi que le N° d'appartenance du Cdo. Un ceinturon, des cartouchières, un pantalon muni d'une poche pour le pansement individuel, des pattes pour glisser le poignard "Wilkinson", des guêtres en toile enserraient le bas du pantalon. Des chaussures de marche et, selon les circonstances, des chaussures à semelles crénelées pour les raids, un treillis de combat, en hiver, une veste de camouflage, un sac à dos format réduit contenant une gamelle et quelques objets utiles. Il n'existait qu'un seul camp d'entraînement, la célèbre école des commandos située à Achnacarry, en Ecosse. Nous ne reviendrons pas sur les détails de base de l'entraînement qui a fait école dans toutes les armées. Aujourd'hui la seule différence qui réside est l'emplacement plus sophistiqué, la création de nageurs de combat. Culture physique, courses avec équipement complet: l'une de 7 miles (11 Km), l'autre de 12 miles (19 Km) en 2 heures, close-combat, manipulation de toutes les armes, formation aux divers explosifs, exercices de débarquement sous tirs réels, escalades de falaises, tirs avec différentes armes, etc...

Les nuits sans lune: l'armement des commandos et l'équipement étaient variables selon les circonstances: fusil, fusil de précision avec lunette, mitraillette Thomson, fusil mitrailleur Bren, fusil mitrailleur à tir rapide (K-GUN, près de 1000 coups minute), pistolet Colt, mortier portatif, grenades diverses, lance-flamme, boudins d'explosifs, poignard et exceptionnellement lors des raids, un pistolet muni d'un silencieux. Chaque commando portait occasionnellement une corde appelée"Togle Rope" passant derrière la nuque et sous les aisselles, chaque extrémité munie d'une boucle et d'une poignée en bois. L'aguerrissement se faisait de plusieurs manières et nous citerons un exemple: en hiver en Ecosse, la nuit passée couchés dans la neige. Au petit matin, le pantalon était roidit par le gel, pas un rhume! Et certains commandos possédaient une santé de fer pour résister aux cuites plus nocives que les balles ennemies, et dont les séquelles tardives, après la guerre, provoquèrent des comportements que seuls, galons et états de service protégèrent dans leur carrière et de la critique, et paraissent parfois être le garant de la vérité. Le comportement du temps de guerre doit être dissocié du temps de paix. Le 09 12 1943, le commando Kieffer fut transféré à Newhaven,, port côtier situé au Sud de l'Angleterre. Le commando français étrait composé de la Troop 1 et de la Troop 8. A cette époque commençaient les préparatifs à une série de raids qui devaient débuter pendant la "période noire", cest-à-dire pendant les nuits sans lune. L'entraînement à l'escalade de falaises commençait à Peaceheaven et, ce n'est que plus tard,  que certains commandos comprirent la raison de cet entraînement destiné à se familiariser avec ce genre de difficultés.

Une carte d'orientation sur textile: Les lissions étaient exécutées sous le secret le plus total dont seuls avaient connaissance le ou les participants (lettre du 01 12 1983 du Lieutenant Paul CHAUSSE, compagnon de la libération) à l'exclusion de tous les commandos français, y compris les officiers, exception faite pour 3 officiers et un Maître principal: WALLERAND, Lt PINELLI adjoint au Capitaine KENNARD, Lt Francis VOURC'H, Lt HULOT, Capitaine TREPEL. Le secret de ces missions était tel que l' Amirauté française à Londres, était tenue dans l'ignorance la plus totale, que le Cdt KIEFFER lui-même, à l'exception de 2 missions dont il avait été informé laconiquement, était tenu à la même ignorance. Les commandos résidaient non pas dans les casernes, mais chez l'habitant à raison de 1 ou 2 commandos par logement. De ce fait, et plus particulièrement pour les rares commandos français devant partir en mission, seul en tant que français, avec des commandos britanniques, il n'y avait pas de témoin. Informé qu'il partait, sans savoir où, le commando rangeait ses affaires et partait rejoindre le lieu d'embarcation en treillis et armes de combat. Pas de signe d'identification à l'exception de son N° matricule. Un paquet étanche lui était remis contenant une minuscule boussole, des tablettes de nourriture concentrée, une carte d'orientation sur textile, parfois de l'argent, une ou deux ampoules de morphine. Les pieds étaient chaussés de chaussures à semelles crénelées évitant le crissement. A bord de la vedette, le visage, le cou, les mains étaient fardés de noir, les grandes lignes de la mission étaient expliquées. Souvent le nom du lieu où devait se dérouler l'opération n'était pas mentionné, sauf à l'arrivée. Seule, la direction des opérations spéciales était au courant. La dernière opération, celle de l'équipe TREPEL avait été ordonnée par le British Spécial Intelligence. Celui ou ceux qui revenaient en Angleterre, reintégraient leur unité, sans mot dire et sans subir de questions, celui ou ceux qui ne revenaient pas, on ne faisaient aucun commentaire. Le lendemain ils étaient oubliés! Oubliés ces précurseurs de la Libération, morts dans l'anonymat. Aujourd'hui, il n'existe aucun document officiel, aucune archive, concernant ces missions, et ce qui pour le moins extraordinaire, c'est que le ministère de la Marine ignore pratiquement tout. Au musée des fusiliers marins à Lorient, figurait encore récemment un faux fanion où était inscrite au moins une mission imaginaire. Ce fanion a été reproduit en plusieurs exemplaires et indiqués chacun comme authentique!  Mais l'essentiel n''est-il pas de le croire!  De même pour toutes les publications parues à ce jour, toutes entâchées d'erreurs mettant en évidence: imposteurs, mythomanes, paranoïaques, affabulateurs, escrocs, faussaires en documents officiels, lâches au feu, qui ont exploité jusqu'en 1981 l'absence de documents officiels et archives de l'époque, le silence, l'ignorance, l'indifférence des survivants déjà peu nombreux à l'époque, encore moins nombreux aujourd'hui. Il y a aussi l'extraordinaire crédulité de personnalités militaires et civiles. Et les morts qui, à l'époque, stigmatisaient déjà ces mythomanes, sont mis à contribution en faveur de ces derniers puisqu'ils ne peuvent plus parler ni réfuter ces mensonges. De publication en publication, l'imposture s'organise, se fortifie, prend une ampleur médiatique, est consacrée par la légion d'honneur. Pâture qui sert de référence aux éditeurs alimentés par de pseudo-historiens, à telle enseigne que mythe et mystificateurs passeront à la postérité, laissant impuissants et complices, les rares témoins de l'époque, submergés par un consensus d'affabulateurs, faussaires de l'histoire et qui n'ont même plus le courage de démentir car ce serait prendre le risque de porter atteinte à la réputation de l'unité et demanderai un courage civique n'ayant rien à voir avec le courage militaire. Ayant pendant des années trompé leur famille, leurs amis, leurs relations, les affabulateurs ne peuvent plus se rétracter et sont condamnés à vivre leurs mensonges. Les moeurs politiques de notre époque permettent à ces imposteurs et non des moindres d'être honorés grâce à la situation sociale des uns, aux relations politiques des autres, y compris les moyens que la décence empêche d'évoquer. En fait, aujourd'hui, les enquêtes et contrôles sont inexistants et les obstacles se lèvent dès quil y a intervention politique. La période de 1940/45 a mis en évidence les multiples facettes des français avant, pendant et après l'occupation.  Pour la première fois, le détail des raids sera relevé et chaque mission pillée ou inventée sera dénoncée. La recherche des renseignements ou du combat était tributaire d'obstacles: mer démontée, d'un débarquement sur des rochers, de l'escalade d'une falaise, de mines, de barbelés, de patrouilles ennemies, des appareils de guidage, d'un canot en panne ou coulé, des vedettes allemandes,  parfois de l'impossibilité d'un retour en Angleterre pouvant entraîner la capture, les tortures, l'exécution. La liste des missions sera énumérée. Le récit des faits est incontournable car, pour déférer à la demande d'un jury d'honneur, le Colonel Robert DAWSON commandant l'ensemble du commando franco-britannique N°4, se rendit en 1982 aux archives des opérations combinées à Kew (Grande-Bretagne) longtemps inaccessible au public et communiqua au commando GRISPIN, des extraits indiquant les lieux, dates, noms de code, participants ainsi que les raids prévus non exécutés, les raids annulés en cours de route, les raids exécutés, les pertes. Ce rapport est daté du 06 05 1982 et a été communiqué par le truchement de la "commando association" de Londres, après 47 ans de silence. (Le journal des combattants - Félix Grispin)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

IMG_570

IMG - 570 - De G à D: CHOUTEAU Paul, CHAUSSE Paul, BAGOT André en 2002

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_582

IMG 582

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LOFI_AlexandreD C D

LOFI Alexandre

IMG_583

IMG 583 - Monument à la mémoire de LOFI

LOFI_Alexandre___Retraite

 

IMG 583/1

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

HOMMAGE à Bill MILLIN

Le 06 09 2009 - Ouistreham, cérémonie militaire au cimetière Britannique - Bill est décédé le 17 08 2010

IMG_585

IMG 585

IMG_586

IMG 585/1

IMG_587

IMG 585/2

IMG_588_

IMG 585/3

IMG_589

IMG 585/4

IMG_590

IMG 585/5

IMG_591

IMG 585/6

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 BOCCADORO_Pierre_Charles

BOCCADORO Pierre Charles

Boccadoro

IMG 592

Boccadoro_1

IMG 592/1

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ANDRIOT_Franc_ois1

ANDRIOT François nous raconte........

IMG1

IMG 594

IMG2

IMG 594/1

IMG3

IMG 594/2

IMG4

IMG 594/3

IMG5

IMG 594/4

IMG6

IMG 594/5

IMG7

IMG 594/6

IMG8

IMG 594/7

IMG9

IMG 594/8

IMG10

IMG 594/9

IMG11

IMG 594/10

IMG12

IMG 594/11

IMG13

IMG 594/12

IMG14

IMG 594/13

IMG15

IMG 594/14

IMG16

IMG 594/15

IMG17

IMG 594/16

IMG18

IMG 594/17

IMG19

IMG 594/18

IMG20

IMG 594/19

IMG21

IMG 594/20

IMG22

IMG 594/21

IMG23

IMG 594/22

IMG24

IMG 594/23

IMG 594/24IMG25

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

BRIGHT_Ernest

IMG 598

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

IMG 599

IMG 599

 

IMG 600

IMG 599/1

 

IMG 601

IMG 599/2

IMG 602

IMG 599/3

IMG 603

IMG 599/4: (Musée de tradition de l'école des fusiliers marins (Rouxel JC), photos tombe: Jordao Daniel)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 604

NEVEN Antoine

IMG 604

 

IMG 605

IMG 604/1

IMG 606

IMG 604/2

IMG 607

IMG 604/3

IMG 608

IMG 604/4

IMG 609

IMG 604/5 - (Musée de tradition de l'école des fusiliers marins (Rouxel JC) - (Photos tombes: Jordao Daniel)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

PLANCHER Jules Martin

PLANCHER Jules

 

 

IMG 605

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 604_6

IMG 604/6 -

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 604_7

IMG 604/7

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////