Bonjour à tous les lecteurs de ce blog, dans le trombinoscope, sur les 177 Cdos qui ont débarqué le D DAY à Ouistreham, 1 visage est manquant, à savoir:

RENAULT Emile -

Bien vouloir me contacter à:  balisson.jc@wanadoo.fr   Tél: 02 43 81 18 22  ou à mon adresse postale:

BALISSON Jean-Claude, 5 rue des vanneaux, 72000 Le Mans

Avec mes remerciements

 

1944 - 2017, 73 ans après, quatre survivants sur les 177: FAURE Hubert, GAUTIER Léon, MASSON Jean, MOREL Jean, gloire à eux et à leurs frères.

 

Remerciements à André MISPELAERE qui m'a transmis et autorisé à faire paraître toutes les citations de ceux qui ont participé à la campagne de Normandie ainsi qu'à celle de Hollande.

 

Pendant la campagne de Normandie le commando, (177 hommes) a enregistré:

- 17 tués, soit un pourcentage de 9,60%

- 64 blessés et malades évacués, soit un pourcentage de 36,15%

- 33 de ces blessés et malades ont rejoint le commando en Normandie, soit un pourcentage de 48,43%

 

                             VENI,VIDI,VICI

 

D DAY - OUISTREHAM 06 06 1944 et campagne de Normandie

1 er B F M C, citation à l'ordre de l'Armée de Mer: Sous les ordres du L/V KIEFFER, a débarqué le premier à Ouistreham le 06 06 1944 sur une côte puissamment défendue et sous un feu violent a neutralisé les défenseurs ennemis et atteint tous les objkectifs qui lui étaient assignés au prix de pertes très lourdes. A fait preuve d'un allant magnifique et du plus bel esprit de sacrifice. La présente citation comporte l'attribution de la C G avec palme et remplace la décision  du 04 09 1944 accordant une citation à l'ordre de l' Armée de Mer au B F M C - (Citation à titre collectif: Elle ne précise que le nom de la formation, sans information sur l'identité du personnel ayant participé à l'action, le texte de la citattion collective figure au dossier individuel des intéressés - Si une unité a été citée, automatiquement il y a eu également des citations individuelles pour la même action, à noter que les personnels désignés, notamment dans une citation collective, reçoivent à titre individuels la citation conférée.)

 

IMG_70_0

 

IMG 100

IMG_70_00

IMG 100/1

IMG 100_1_1

IMG 100/1/1 - Les autorités civiles avaient été mises au parfum, le Préfet de région ne devait certainement pas être un sbire fidèle au Maréchal !!! - (Goarin Patrick)

1er Bataillon Fusiliers Marins Commando - 05/06/1944 - DDay-Overlord

EMBARQUEMENT

IMG 100/2 - J-1 les commandos embarquent sur les LCI

LCI_1

IMG 100/3 - Les premiers  LCI sont déjà partis, mais devront attendre pour former le convoi

EMBARQUEMENT_1

IMG 100/4 - Le départ est donné, la joie de fouler le sol français

EMBARQUEMENT_3

IMG 100/5 - Les amarres sont larguées

EN_ROUTE

IMG 100/6 - Le convoi s'est formé - Dans sa couchette, avant de s'endormir, le commandant KIEFFER Philippe prononce une prière aujourd'hui célèbre: " Seigneur, je serai très pris ce jour, je peux vous oublier, mais vous, ne m'oubliez pas".

EN_ROUTE_1

IMG 100/7 - Le L C I fend les flots et se dirige droit sur la France

LCI_3

IMG 100/8 - Dans quelques encablures, ils fouleront le sol français

LCI

IMG 100/9 - Avec fair play les anglais ont laissé les français débarquer les premiers

IMG 78

IMG 100/10 - Le 05 06 1944, COUTURIER Jean (à droite) à côté de GUYADER Jacques, quittant avec l'ensemble du N° 4 commando le camp C 18 de Titchfield pour rejoindre le port de Warsash avant d'embarquer sur le L C I 523 - (Militaria Magazine - Hélias Jean-Pierre)

IMG_78_1

IMG 100/11 -  D Day, 06 06 1944, avant de fouler la terre de France, il faut d'abord se mouiller jusqu'à la ceinture. C'est la barge HQ, N° 519,  de Lord LOVAT, elle fait partie de la 2ème vague et débarque à 8h40, soit plus d'une heure après celles du 1er B F M C ( Barges 523 et 527 des 3 Troops).

D_DAYjpg

IMG 100/12 - On ne peut pas dire que le débarquement fut une simple sinécure

cdo_4_bicyclettes

IMG 100/13 - Sous un feu violent les premiers commandos débarquent sur la plage de Colleville, les bicyclettes pliantes compliquent l'opération.

IMG_80_1

IMG 100/14 - En un éclair, les passerelles sont jetées à terre, coiffés du béret vert, un premier groupe se rue sur la plage, ,mais quelques secondes avant la ruée du second groupe, un obus de 75m/m emportait les passerelles de la barge dans un déchirement de bois et de métal. Pas une seconde à perdre, il fallait débarrasser la berge, atteindre la plage coûte que coûte et vite. (Cdt Kieffer - Béret vert)

IMG_80_2

IMG 100/15 - La vitresse devenait le facteur principal. Les commandos sautaient de l'avant dans deux mètres d'eau, avec leur paquetage de 35 Kg en plus de leurs armes et gagnaient pied en quelques brasses. (Cdt Kieffer - Béret vert)

IMG_80_3

IMG 100/16 - Soudain, à travers une déchirure dans la fumée, les défenses sous-marines, poteaux et chevaux de frise entremêlés de barbelés, surgirent sur notre avant.  (Cdt Kieffer - Béret vert)

cdo_4_casino

IMG 100/17 - Blockhaus du casino, principal objectif des commandos français 

CDO_4_DAGUES

IMG 100/18 - Cdos français affûtant leurs dagues sur des briques: ANDRIOT François, DERRIEN Marcel et LECHAPONNIER Henri, ce dernier atteint le 6 Juin de 34 éclats de grenade, survivra à ses blessures.

cdo_4_h_tel

IMG 100/19 - Vue d'ensemble du terrain que les commandos doivent franchir. On distingue face à l'Hôtel St Georges l'ouvrage fortifié construit par les allemands sur l'emplacement du casino rasé en 1942.

IMG_84

IMG 100/20 - Progression sur la plage

IMG_85

IMG 100/21 - La plage est conquise

cdo_de_naurois_trepel

IMG 100/22 - Le RP De NAUROIS René célèbre une messe à la mémoire de Charles TREPEL et de ses 5 compagnons disparus dans la nuit du 27 et 28 Février 1944 sur la côte hollandaise

cdo_de_naurois

IMG 100/23 - Fin Juillet 1944, le RP De NAUROIS René assisté du curé de la paroisse s'apprête à bénir le monument de la première Brigade Spéciale érigé sur la place d'Anfreville-Le-Plein

cdo_normandie

IMG 100/24 - Progression du N° 4 commando dans un chemin creux du bocage normand

cdo4_ruines_colonie

IMG 100/25 - Les éléments de tête atteignent les ruines de la colonie de vacances où doit se regrouper le N° 4 commando

D_DAY_7

IMG 100/26 - Un char vient aider les commandos à Ouistreham

D_DAY_4

IMG 100/27 - On se débarrasse des sacs avant une attaque

IMG_92

IMG 100/28 - La bataille est dure pour conquérir Ouistreham

D_DAY_2jpg

IMG 100/29 - Quelques instants de repos à côté de colleville

D_DAY_3

IMG 100/30 - Progression vers l'intérieur des terres

N_4_Cdo__F_troop__Br_ville_July_44

IMG 100/31 - N° 4 commando, French Troop, Bréville July 1944

IMG_112_2

IMG 100/32 - Anglais et français coopèrent, teutons obligent

Normandie_1

IMG 100/33 - POLI Nicolas noue des contacts avec la population

Normandie_2

IMG 100/34 - Conciliabules, au premier plan: RAULIN Marcel

IMG_99

IMG 100/35 -" French group" Amfreville 08 06 1944 - Les retrouvailles dans la joie et l'allégresse, le bidon de celui de gauche est certainement rempli d'un bon jus de pommes distillé - De G à D: POLI Nicolas, GUYARD André (volontaire normand recruté sur place, habillé et armé, portant le béret vert, mais sans badge, ZIVOHLAVA Otto (Jean),  Mme NICOLE, M POTEL, Mme LEFEVRE,  LE FLOCH Maurice, GABRIEL Roland et le SGT LANTERNIER Louis.

Normandie_4

IMG 101 - Attendrissante cette image, PRIEZ Jean offre une douceur à une petite fille - Amfreville, 10 06 1944, LAOT Guy, PRIEZ Jean, Mme MICHEL et sa petite fille.

Normandie

IMG 101/1 - Amfreville, 10 06 1944 - Cette joie n'était pas partagée par toute la population , car il faut savoir que la bataille de Normandie a fait 50 000 morts civils - D e G à D: PRIEZ Jean, LAOT Guy et LANTERNIER Louis devant le café: Mme MICHEL "Nicole" et sa soeur.

St_Aubin_d_arquenay

IMG 102 - A Ouistreham on fraternise avec la résistance

Normandie_5

IMG 103 - Achtung, derrière ces haies il y a certainement des fridolins

_BENOUVILLE

IMG 104 - Le 06 06 1944, matinée, les commandos viennent reprendre leurs sacs laissés à l'aube sur Colleville "La Brèche" - (Musée de Lorient)

IMG_105

IMG 105 - A Bénouville, jonction des commandos avec les paras de la 6 ème Airborne, ce qui est remarquable, à Dixmude les fusiliers-marins portaient le bonnet et les autres unités le casque, ici, les commandos portent le béret et les paras le casque........Tradition oblige....
Vers 19h15, Lord Lovat arrive avec son état-major et vient voir Kieffer à qui il adresse « publiquement des félicitations et des compliments "sur la conduite admirable et le bon travail de mes commandos français – desquels je n’attendais rien de moins" – ».
Après lui avoir donné une idée de la situation générale, Lovat donne l’ordre de pousser d’encore 2 km en avant du Plain, au nord-est d’Amfréville et de prendre position dans le village. L’ascension de la route parait interminable sous le poids des sacs et de la fatigue... (Musée de Lorient)

IMG_106

IMG 106 - Direction Colleville

Normandie_6

IMG 107 - Sur le front, KIEFFER Philippe est décoré par : MONTGOMERY " Monty"

IMG_107_1

IMG 107/1 -  14 Juillet 1944, Philippe KIEFFER décoré par MONTGOMERY " Monty"

Normandie_7

IMG 108 - "Monty" et KIEFFER Philippe se congratulent

Normandie_8

IMG 109 - Les petits français félicités par les anglais

cdo_4x4

IMG 110 - Le Colonel Robert DAWSON en compagnie d'officiers commandos français, à sa droite: LOFI Alexandre,  LT P. CHAUSSE Paul, LT L. HULOT Léopold

Vourch__dawson_lofi

IMG 111 - De Gà D : Guy VOURC'H, DAWSON, LOFI Alexandre, CHAUSSÉ Paul, HULOT Léopold.

IMG_112

IMG 112 - Le père René DE MAUROIS René officie

IMG_112_1

IMG 112/1 - CHURCHILL et DE GAULLE sur les plage du débarquement

IMG_112_2

IMG 112/2 - Français, anglais et civils coopèrent à Ouistreham

IMG_112_3

IMG 112/3 - Un petit coup de ratafia, ça redonne du moral, et puis ça change....du Thé

IMG_112_4

IMG 112/4 - Entre Pont-l'Evêque et Beuzeville, repos dans une ferme pour les rescapés de la Troop 8 avec quelques renforts et quelques blessés revenus à l'unité

IMG_113

IMG 113 - La question primordiale était: " Etions-nous devant notre point de débarquement ?" Oui, gloire à la marine britannique, car 300 mètres à droite ou à gauche, nous tombions sur des points forts - (Cdt Kieffer - Béret vert)

IMG_114

IMG 114 - Un passage supposé miné était forcé et franchi. Canons, mitrailleuses et mortiers ennemis avaient eu beau jeu avec leur tir d'enfilade! Les pertes étaient énormes, mais nous étions maintenant accrochés aux murs de la vieille colonie de vacances - (Cdt Kieffer - Béret vert)

IMG_115

IMG 115 - Tout ce système de défense, tous ces obstacles n'ont pas empêcher le N° 4 commando de débarquer, gloire à eux.

IMG_116

IMG 116 - Les bâtiments détruits que nous occupions en bordure de la plage étaient à la hauteur de la grand-route où passe le tramway, et qui sépare la ville et toutes ses villas d'avec la campagne - (Cdt Kieffer - Béret vert)

IMG_117

IMG 117 - La tâche avait été scindée et l'objectif divisé en secteurs bien nets. Chaque "Troop" porterait l'assaut sur un objectif proportionné à son nombre et à son armement. Elle était également dotée du matériel nécessaire, échelles d'assaut ou lance-flammes pour surmonter les obstacles qui pourraient arrêter son élan. (Cdt Kieffer - Béret vert)

IMG_118

IMG 118 - Le bilan approximatif des pertes françaises durant les 15 minutes de traversée de la plage s'avérait sérieux. Sur 13 officiers dans le bataillon, 4 étaient blessés, dont 3 hors de combat appartenaient à la même compagnie - (Cdt Kieffer - Béret vert)

IMG_119

IMG 119 - Au pas de gymnastique, l'arme à la main, mortiers et munitions au dos, sans tirer un seul coup, les 150 mètres de la plage étaient traversés, les barbelés cisaillés - (Cdt Kieffer - Béret vert)

IMG_120

IMG 120 - Ouistreham, D DAY - Troop 8 - Le 2ème se trimballe une Vickers-K-Machine Gun

IMG_121

IMG 121 - Les anciens combattants (French équivalent of the British légion) of Le Plein ( Amfreville/Le Hauger) join in the parade after the unveiling of N° 1 Spécial Service Brigade's war mémorial at Le Plein on 14 July 1944, the anniversary of the storming of the Bastille - France's National Day

IMG_122

IMG 122 - The curé of Le Plein addresses men of N° 1 Spécial Service Brigade on the occasion of the unveiling of the Brigade war mémorial at Le Plein on 14 July 1944 - Anniversary of the storming of the Bastille

IMG_123

IMG 123 - The abbé De NAUROIS René addresses the parade on the occasion of the unveiling of the Brigade mémorial at Le Plein on 14 July 1944

IMG_124

IMG 124 - Brigadier D. MILLS Roberts, D S O, M C, followed by the fighting french padré (the abbé De NAUROIS René) and Major BLISSET, Bde Major HQ N° 1 S S B

IMG_125

IMG 125 - 18 08 1944, Paris - MEUNIER Albert (encore en civil) vient d'être libéré par ses compagnons d'armes de la prison de Fresnes, il avait été capturé par les allemands le 25 12 1943 lors du raid sur Gravelines (Hardtack 11)

IMG 126

IMG 126 - Après avoir traversé le pont de l'Orne, des commandos ont chargé leur matériel sur une charette tirée par un cheval, pour accélérer leur avance sur Amfreville - (Musée de Lorient, photo L W M)

IMG 127

IMG 127 - Fin Août 1944, Jean COUTURIER lors de sa convalescence après la campagne de Normandie - (Militaria Magazine - Hélias Jean-Pierre)

IMG 128

IMG 128 - Fin Août 1944, photo de groupe des commandos français en convalescence à la maison de santé du Pasteur LISTER, Jean COUTURIER est 4 ème à partir de la gauche - (Militaria Magazine - Hélias Jean-Pierre)

IMG 129

IMG 129 - Août 1944, fin de campagne,  LOFI Alexandre avec ses hommes - (Tanguy Jean-Marc, le commando Kieffer, les 177 français du D DAY)

IMG 130

IMG 130 - La tombe de ROUSSEAU Jean-Pierre - (Florian SDT)

IMG 131

IMG 131 - (Florian SDT)

IMG 132

IMG 132 - La plage de Ouistreham le D DAY - (Florian SDT)

IMG 133

IMG 133 - 2 ème à genoux en partant de la droite: DEMONET Paul Georges, à droite, agenouillé: ANDRIOT François

IMG 134

IMG 134 - A gauche le casino

IMG 135

IMG 135 - Carte D DAY "Bogus Bigot, top secret" distribuée dans le camp de regroupement avant le débarquement -

IMG 136

IMG 136 - Idem: IMG 135 - Si vous avez des infos concernant cette carte et la précédente, bien vouloir me contacter, Merci - (Balisson JC: balisson.jc@wanadoo.fr)

IMG 136_1

IMG 136/1 - Légende la la carte précédents -  (IMG 136)

IMG 137

IMG 137 - Troop 8 ou 1 du N° 4 commando - (Manach Gérard)

IMG 138

IMG 138 - RICHEN Pierre -

IMG 140

IMG 140 - 14 07 1944, Bayeux - DECHAMBOUX: 2 ème en partant de la gauche

IMG 141

IMG 141 MEUNIER à gauche, VALENTIN à droite -

 

IMG 142

IMG 142 - Août 1944 - ROPERT Georges -

 

 

 

 

 

 

 

 

                Trombinoscope des 177   

 

Le premier Bataillon Fusilier Marin Commando, le 6 Juin 1944

Nominal roll of officiers and other ranks french commandos

                                                                                                                      

 TROOP 1 - TROOP 8 - K GUN TROOP 

 

ALLAIN AndréD_C_DLe 30 04 1984 à Stevenage, comté de Hertfordshire (Grande Bretagne)

(1) - ALLAIN André - L/CPL - Raid Hardtack 13 +TROOP 1 + Campagne de Hollande - Badge 21 - Mle: 2396  FN 42 - S'est fait remarquer par son courage et son initiative au cours du combat de rues pour la prise de Flessingue le 01 11 1944; encerclé par l'ennemi, a réussi à se dégager et à rejoindre son inité (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectation: "Marine Saint Pierre" - "Arras" - "1er B F M C" -

AMAURY PierreD_C_DLe 12 05 2008 à Nice, inhumé à Villeneude Loubet (06) 

(2) - AMAURY-AZOULAY Ange Pierre Marc - Lieut/O - K GUN TROOP + Campagne de Hollande - Badge 133 - Blessé le D DAY à Saint Aubin d'Arquenay - Mle 55537 - (CG avec étoile de vermeil) - Officier de grand allant. A commandé la section des mitrailleuses lourdes le 06 06 1944 lors de l'attaque des positions ennemies. A soutenu très efficacement les troupes d'assaut par le feu nourri de ses mitrailleuses. A été blessé plus tard par des tireurs d'élite ennemis alors qu'il allait occuper une position défensive (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Lors des combats pour la prise de Flessingue le 01 11 1944 a fait preuve d'une bravoure exceptionnelle. S'est particulièrement distingué au cours de l'assaut contre une position ennemie très fortement défendue, faisant très habilement progresser sa section et en obtenant finalement, avec l'aide d'une autre section la reddition de 3 officiers ennemis et 53 hommes (C G avec palme à l'ordre de l'armée de Mer) - Affectations: "1 er B F M C" - "B C R A" -

Andriot françoisAndriot François 1Décédés Le 08 02 2016 à Wigmore en Angleterre

(3)  - ANDRIOT  François Marie Camille - PVT - K GUN TROOP + Hollande - Badge 184 - Mle: 1452 T 43 et 1163 FN 43 - (Officier de la L H, 04 07 2014) - Mitrailleur adroit et courageux, harcelant continuellement l'ennemi et lui infligeant de lourdes pertes. A fait preuve de beaucoup de sang froid au cours des combats du bois de Bavent le 26 07 1944 (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectations: "Terre B M 24" - "Caserne Bir-Hakeim" - "1 er B F M C" -

ARCHIERI Albert 1ARCHIERI Albert 1994D_C_D En Novembre 2007 à l'hôpital du Val de Grâce, inhumé au cimetière de Ouistreham

(4) - ARCHIERI Albert - L/CPL -  TROOP 8, affecté troop 1 à compter du 01 07 1944, affecté H Q à compter du 07 08 1944 + Campagne de Hollande - Badge 77 - Mle: 536 FN 43 et 1410 T 41 - Volontaire pour les commandos, a donné dans le débarquement du 06 06 1944 les preuves de son courage et de sa valeur. Le 20 08 1944 dans le secteur de l'Épine alors que sa section s'était emparée de mortiers allemands, a retourné l'un d'eux contre les nouvelles positions ennemies et a déclanché contre elles un tir violent d'une précision parfaite. Par cette initiative a largement contribué à la mise hors de combat d'éléments ennemis et à la capture de nombreux prisonniers. Cette citation entraîne l'attibution de la C G avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'Armée. Affectation: "1 er B F M C" -

AUTIN RenéD_C_DLe 11 01 1960 à Saint Pierre et Miquelon

(5) - AUTIN René Alfred - CPL -  TROOP 1 - Badge 22 - Mle: 6649 FN 42 -  (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division) - Volontaire pour les commandos dès leur création a débarqué le 06 06 1944 à Ouistreham sous le plus violent bombardement. A effectué toute la campagne de Normandie avec l'unité, tenant les lignes pendant 91 jours, sans un jour de repos et donnant à tous un exemple de courage et d'endurance. Affectations: "Marine Saint Pierre" - "Cdos" - "Arras" -

bagot_andr__1BAGOT_Andr__2D_C_D En 2006 à Brest, cendres dispersées au large de la Bretagne

(6) - BAGOT André - 2/Lieut -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 135 - Mle 10802 FN 40 -  - (CG avec étoile de vermeil, commandeur dans l'ordre de la LH, médaillé de la résistance, combattant volontaire de la résistance, médaillé de la France Libre, médaille du mérite maritime) - (blessé le 05 08 1944 au Bois de Bavent - Né en 1916 à Etables S/Mer (22), admis à Maistrance, radiotélégraphiste, affecté sur le torpilleur " Enseigne de vaisseau ROUS". En 1938, suit le cours d'hydrographe. Libérable le 02 09 1939, maintenu au service, affecté à une flottille de dragueurs Franco-Britannique. Dès 1940 rejoint la France libre et désigné pour le 2ème bataillon de fusiliers-marins où il fait campagne en Afrique et au Levant. Dissolution du bataillon en 1943, rejoint Londres où il prend le commandement du patrouilleur "Le Bouclier", se porte volontaire pour les commandos, au 1er BFMC il est chef de section. Blessé en Normandie, il rejoindra son poste en Hollande, s'offrant le luxe de capturer un sous-marin de poche allemand. Récit de la capture de ce sous-marin: Ceci se passe dans les premiers mois de 1945. Le N° 4 commando, dont faisait partie le 1er B F M C des forces navales françaises libres, était en ligne dans l'île de Nord Beveland. La Troop 1 britannique et la Troop 7 française tenait encore une partie de la côte Nord de l'île. J'étais à l'époque lieutenant de la Troop 7 et, au moment de l'événement, j'étais en compagnie de mon camarade Sam MARLEY, lui-même lieutenant de la Troop 1. Un avant poste français nous signale qu'il aperçoit quelque chose sortant de la surface de la mer. Nous décidons tous deux d'aller voir ce qui se passe. La mer descend et sera basse dans quelques heures. Lorsque nous arrivons dans l'avant poste, nous apercevons un petit kiosque de sous-marin à 200 mètres. Nous pensons que ce midget submarine a dû s'échouer parce que son pilote était mort. Nous nous en approchons en même temps que la mer se retirait et, en arrivant près de lui, nous constatons que le pilote est bien vivant derrière les hublots du kiosque. Nous lui faison signe de sortir. De la tête il nous fait comprendre que non. Avec mon camarade nous décidons de le faire sortir contre son gré. Sam MARLEY le tient en respect au cas où il envisagerait de sortir avec une arme, et moi je retourne à la digue prendre un gros caillou. Avec cette arme improvisée, je monte sur le sous-marin pour briser la vitre et ouvrir le kiosque, sous la protection de mon ami. Je frappais fort pour briser ce hublot épais pendant que le pilote hurlait de rage. Je prenais soin de m'écarter à chaque coup pour éviter que le pilote se serve de son pistolet contre moi. La situation était plutôt comique. D'un côté mon camarade amusé qui me protégeait, moi qui frappais de mon mieux pour arriver à estourbir le pilote et, d'un autre côté, ce dernier vociférant sans espoir. Après quelques bons coups, je suis enfin arrivé à sa tête, il en a été groggy, nous avons ouvert le kiosque et sorti le pilote. Pour le ramener à la réalité nous l'avons baigné dans l'eau de mer, et il a pris conscience de ce qu'il lui arrivait. Nous avons pris tous les documents, écrits, boussole, montre, pistolet P 38 et jumelles. Nous avons arrêté une voiture de reconnaissance de l'unité hollandaise "Princesse Irène Brigade" qui, justement passait sur la digue, et nous y avons embarqué notre prisonnier, nous sommes montés, Sam MARLEY et moi sur l'arrière du véhicule dont l'ouverture supérieure était ouverte. Le prisonnier était prêt du conducteur, et ce dernier avait déposé sa Sten Gun entre lui et le prisonnier. Sam et moi étions au-dessus, nous pouvions surveiller le prisonnier qui ne soupçonnait pas notre présence. Ce qui devait arriver, arriva. Le prisonnier en regardant à l'extérieur a vu une campagne à peu près déserte, il a vu le conducteur très occupé à conduire son véhicule sur la digue et a cru le moment venu de lui prendre la Sten Gun. Sam et moi avons suivi le manège avec curiosité et lorsque nous avons estimé qu'il avait été trop loin, l'un de nous l'a rappelé à la raison d'un petit coup de crosse sur la tête. Il a été très surpris de notre présence. En arrivant chez l'officier d'intelligence (Captain Mac DOUGALL, je crois), nous avons remis le prisonnier et le matériel. Les documents que j'avais compulsés permettaient déjà de savoir que le "submarine" venait de Hock Van Holland. Sa navigation était simple: 1): un nombre d'heures à un cap donné - 2): changement de cap et autre nombre d'heures à ce cap - 3): autre changement et autre nombre d'heures. A ce moment le "submarine" devait se trouver à l'embouchure de l'Escaut où tous les navires étaient pour lui des ennemis. Je pense que Captain Mac DOUGALL, qui connaissait déjà beaucoup de choses a pu en apprendre d'autres. Mon camarade Sam MARLEY et moi avons tiré au sort la montre, le compas, les jumelles et le pistolet. Sam a eu, comme il le souhaitait, la montre et moi, à ma grande joie, les jumelles que je possède toujours, et qui m'ont servi par la suite dans la navigation. (Bagot André) - Le 06 06 1944 a conduit sa section à l'attaque avec un élan magnifique, faisant preuve de grand courage et d'un bel esprit d'abnégation. A atteint et détruit son objectif (citation à l'ordre du corps d'armée). Affectations: "Courbet" - "Vikings" -  "2 ème B F M" - "Bouclier" - "1 er B F M C" - 

BALLARO_Noe_lD_C_D En Juillet 2003, Marseille

(7) - BALLARO Noël - L/CPL - Raid Hardtack 21 + TROOP 8 - (Malade, évacué d'Amfreville le 14 06 1944, rejoint le Cdo le 07 08 1944) + Campagne de Hollande - Badge 89 - Mle: 10046 FN 41 et 11440 T 41 - A fait preuve d'une grande bravoure dans les combats de rues pour la prise de Flessingue le 01 11 1944 en se portant volontaire pour des reconnaissances dangereuses (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectations: "1 er B F M C" - "Hercules" - "Marine Levant" - "Caserne Surcouf" -

mauricebarbexg9Barbe__MauriceD_C_D Le 19 03 1994, inhumé au cimetière Ouest Le Mans

(8) - BARBE Maurice Arthur - SGT -  TROOP 8 -Badge 141 - Mle: 1010 CAS 43 et Bordeaux 22740  - Blessé le 24 07 1944 à Bréville, évacué - Affectations: "Ouragan" - "Léopard" - "Marine Douala" - "Arras" - Cdt d'Estienne d'Orves" - "Caserne Surcouf" -

BEGOT_LouisBEGOT_Louis_N_4_Cdo_1Décédés Le 29 03  2016 à Lorient (56)

(9) - BEGOT Louis Vincent Mary - L/CPL -  TROOP 1 - Badge 44, badge bis: 386 - Mle: 7535 FN 41 et 278 L 39 - Brevet para anglais à Ringway, (N° 10 Cdo) - (Blessé à Amfreville le 10 06 1944, fait partie des "gueules cassées") - (Commandeur de la L H, 04 07 2014) - A participé le 06 06 1944 à Ouistreham au débarquement du 1er B F M C et s'est distingué lors de l'assaut des défenses côtières ennemies. Le 10 Juin sur la rive droite de l'Orne au cours de l'un des bombardements les plus violents et les plus soutenus que l'unité ait jamais subis, fut très grièvement blessé au visage, étant de garde à son poste. A toujours été le type de soldat consciencieux et dévoué, CG avec palme et concession de la M M) - Affectations: "Félix Roussel" - "Arras" - "Léopard" - "Caserne Bir-Hakeim" - "1 er B F M C" -

BERNARD_Andre_D_C_D Le 17 12 2002, inhumé au cimetière de Saint Pierre de Maillé (86)

(10) - BERNARD André-Louis - CPL -  TROOP 8, détaché section K G, part à l'hôpital le 28 11 1944 - Badge 152 - Mle: 273 FN 42 et 46 C 38 - Affectation: "1 er B F M C" -

beux_bernard_1D_C_D Le 27 06 1977, Bagneux (92)

(11) - BEUX Bernard Emile  - L/CPL -  TROOP 1 + Campagne de Hollande - Badge 31 et 217 - Mle: 4908 FN 40 - Blessé le D DAY sur la plage de Ouistreham, évacué, rejoint le Cdo le 07 08 1944, affecté Troop 8, évacué à l'hôpital le 11 08 1944, rejoint le Cdo le 18 09 1944, Hollande - S'est particulièrement distingué au cours du débarquement à Flessingue et dans les combats qui ont suivi la prise de cette ville, pour ses qualités de courage et d'endurance (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division) - Affectation: "1 er B F M C" -

BIESTRO JeanBIESTRO Jean 1D C D Le 21 05 1985 à Beasconsfield (GB)

(12) - BIESTRO Jean - CPL -  TROOP 8 - Badge 166 - Blessé le D DAY à Ouistreham, évacué, certificat d'origine remis - Mle 1136 FN 43 et 1663 T 41 - (CG avec étoile de vermeil, citation à l'ordre du corps d'armée) - Volontaire pour les commandos, a toujours fait preuve d'un grand courage et d'un grand mépris de sa sécurité personnelle. A effectué le débarquement le 06 06 1944 sur la plage de Ouistreham. Blessé grièvement lors des combats pour la prise de la ville, a continué de se battre jusqu'à l'épuisement de ses forces. Affectations: "Caserne Bir-Hakeim" - "Caserne Surcouf" - "Surprise" - N° 10 Cdos" - "E M Londres" -

Boccador_Pierre_CharlesD_C_D Le 29 11 2003 Paris, cendres déposées au cimetière du Père Lachaise, Paris

(13) - BOCCADORO Pierre Jean-Charles - SGT -  Raid Forfar Beer+ Hardtack 4 +TROOP 1, affecté Troop 8 à compter du 26 06 1944 (Blessé au bois de Bavent le 31 07 1944, évacué) - Badge 18 - Mle: 606 FN 42 - Le 05 06 1944, le bataillon au complet, 177 hommes, quittait le camp secret de Tichfield, où il était strictement consigné depuis le 25 Mai. Dans ce camp, les hommes des commandos, tant britanniques que français avaient étudié les cartes et les maquettes de la côte normande. Depuis le Dimanche 28 Mai, tout le monde savait très exactement l'endroit où ils allaient débarquer. Tous connaissaient par coeur, les moindres détails des positions ennemies, des blockhaus, défenses anti-chars et champs de mines sur lesquels ils allaient, les premiers,  avoir l'honnneur de se jeter pour "démolir" l'infranchissable mur dr l'Atlantique. Le bataillon français commandé par Philippe KIEFFER comptait 177 hommes, formant les "Troop" N° 1, N°8, la K-GUN Troop et le 4ème commando anglais commandé lui-même par le Colonel DAWSON. Les commandos N° 4, 3, 2 et 45 (Royal Marines Commandos) formaient eux-mêmes la 1 ère Brigade des services spéciaux, partie de Choc de la 6ème Airborn Division, à laquelle était dévolue la lourde tâche de prendre à l'extrême gauche de la ligne du débarquement allié, ce qui était, et ce que l'on a depuis gardé coutume d'appeler la "charnière sur Caen". Un esprit chevaleresque, un enthousiasme unique, incroyable, animait et soulevait les hommes de la 1ère S S Brigade. Ces anglais, ces gallois, ces écossais, ces français se fondaient, se mêlaient, intimement soudés par un même but et commandés par un seul chef, le prestigieux Lord LOVAT, le héros du raid de Dieppe (où il dirigeait déjà, au tritre de Colonel, la poignée de français du N° 4 commandos), le géant aux yeux bleus, le Pair d'Ecosse qui avait déclaré à sa brigade avant le départ "plus de la moitié d'entre vous restera sur la terre de France? Souvenez-vous que vous allez au combat avec "commando" sur les épaules! un commando sait mourir en silence.. nous lutterons à un contre cinq, pas de vivres ni de munitions avant 3 jours...Vous débarquerez avec tout votre ravitaillement personnel, vous nettoierez les plages, ferez le passage de l'infanterie, puis nous irons tenir les positions sur Caen pendant 8 jours, en attendant la relève de la 51ème Division" - Voilà pourquoi, avec un sac lourd de 40 Kg de rations, de munitions et d'explosifs, les commandos français s'étaient embarqués, sans bruit, sans chanson, mais calmes et décidés, pour la France. Entre le port de Southampton et l'île de Weigth, une immense armada s'était groupée depuis des semaines. Le landing Craft infantry 527 (barge de débarquement), sur lequel était embarquée la première troupe du commando français, prit sa place dans un convoi qui s'étira vers le large, protégé déjà par une imposante escorte de vedettes rapides et, lointains par de gros profils de la Royal Navy imposants et superbes chiens de mer parés au combat. A 21 heures, le N° 527 qui louvoyait sans ordre, apparemment, prit nettement cap au large. Partout à babord, tribord, en proue, des taches sombres nous tenaient compagnie, naviguant de conserve. Dans la nuit, un ronflement sourd, hallucinant, grandissait, se précisait et finissait par étouffer le bruit de nos propres diesels, des milliers d'avions nous survolaient, en route vers l'Est, porteurs d'un message de mort et de libération. Dans les postes étroits du L C I, les commandos vérifient leurs armes, lisent une dernière fois le message historique du général Eisenhower que l'on nous a remis il y a quelques minutes et qui se termine par ces mots;" J'ai pleine confiance en votre courage, votre sens du devoir et votre entraînement à la bataille... bonne chance et appelons sur nous toutes les bénédictions de Dieu Tout-Puissant en cette grande et noble entreprise". Les chefs de sections et sous-sections ont dormi sur le pont enroulés dans la couverture de l'équipement à deux pas du poste de commandement où les officiers de marine veillent sur le pont. L'aube vint pour nous, ce matin là, plus tôt que de coutume! depuis 4 heures du matin, un étrange orage, aux éclairs phosphorescents et incessants, a déchiré la nuit blanche...C'était fantastique! Notre L C I avait gagné la tête du convoi à partir de minuit et quand le grand barrage fut déclenché, nous n'étions plus qu'à quelques miles de la côte. Ce fut d'abord de quatre heures à cinq heures, le plus terrible bombardement aérien que j'ai encore, et depuis observé...Des bombes de 6 tonnes, 10 tonnes, des centaines et des milliers de bombes créaient en face, de Ouistreham à Cherbourg, une diversion pendant laquelle les parachutistes de notre division descendaient derrière les lignes après s'être emparés du double pont sur l'Orne, où nous devions les rejoindre ensuite après avoir forcé le "Mur". Puis tout éclate, d'un seul coup l'aurore luit sur la côte normande...Quelle aurore! Déchaînés soudain, à 5H50, des milliers de canons, des lance-fusées Rocket montés sur barge, les canons des chars embarqués, les grosses pièces des croiseurs et cuirassés, même les pièces de moyen calibre des armes anti-aériennes, vomissent sur la côte, là, tout près, des milliers de tonnes de projectiles embarqués spécialement pour cette minute... Il faut cracher, cracher tant et plus pour nettoyer les plages et laisser aux hommes qui vont y poser le pied une chance de survivre et de passer. Apothéose, horrible vacarme déchaîné, quel spectacle inouï! Les commandos parés à débarquer sont déjà massés sur le pont, les chefs ont pris la tête devant les échelles de débarquement, les sections et sous-sections sont dans l'ordre, les hommes se regardent, se retrouvent à l'unisson du même espoir et du même idéal, les dents serrées, à la cadence des salves des lance-fusées aux sifflements stridents, regardant monter l'aube d'un jour nouveau, 6 Juin 1944!  - 7H21, les bateaux de débarquement ont touché le sable, la quille racle le fond, un choc sourd immobilise la barge, les passerelles sont jetées à l'eau...La plage est devant nous, vide, hérissée de blockhaus, de barbelés, de poteaux où sont fixées des mines...Et nous apercevons soudain que des impacts, des gerbes de frisants des éclats tombent autour, devant et derrière nous...En avant! Le gibier devient chasseur, c'est sur nous que tirent ces mitrailleuses qu'il faut réduire...C'est d'abord sur cet espace vide fait de sable et d'eau qu'il faut courir pour sauver sa peau...Nous sommes cibles...Il faut percer ce front qui nous crache ses balles et ses obus. KIEFFER est passé et derrière lui la première section, première et deuxième sous-section, la deuxième, la mienne...Sur la passerelle, une fraction de seconde devant cet abîme, puis en avant, par dessus, par instinct dans l'eau avec le sac, les armes, les explosifs! La passerelle a déjà éclaté sous un obus, sur la plage PINELLI est blessé, DUMENOIR tué net, VOURC'H a roulé à 30 mètres, il ne reste plus un officier à la tête de la première troupe de commandos français. Nous fonçons en aveugle, droit devant, vers ce groupe de bâtiments en ruines, notre point de repère où nous déposons le sac qui nous oppresse et où nous regroupons les hommes en base feu avant l'assaut sur les blockhaus. Comment peut-on en quelques minutes, passer d'un abîme à l'autre? Réunis, les premiers rescapés, sacs décapelés, mitraillettes et lance-flammes, grenades et mortiers en base de feu, les commandos sont redevenus chasseurs et le gibier qui se terre dans ses trous ne tiendra pas longtemps contre l'assaut. Les premiers nids de mitrailleuses sont anéantis à la grenade ou au poignard, on ne sait plus! Les premières villas sont atteintes et les tireurs allemands sont délogés. Les énormes blockhaus dépassés par l'attaque sont repris par derrière à la mine et au lance-flamme. De 8 heures à 13 heures, sans relâche les commandos se ruent sur leurs objectifs. Les morts et les blessés tombent. Sur la plage, dans un champ de mines, une épave tragique qui n'a plus d'uniforme et que des lambeaux sanglants sur tout le corps: le colonel DAWSON indique à ses hommes les objectifs. Le docteur LION, encore un français est tué en se portant au secours du petit ROLLIN qui, lui aussi, meurt en quelques secondes. KIEFFER, BUCHER, LANTERNIER, sont blessés mais poursuivent le combat. Chaque homme qui tombe est immédiatement vengé. Chaque mort marque la place d'un trou près du bastion où 10 cadavres germains ont trouvé le repos. Les premiers chars nous ont suivis. Dans les rues de Ouistreham, les premiers civils français sont sortis et émerveillés de trouver là, des français, ont pillé leurs caves de verres de calvados que l'on vide en courant et qui réchauffent la hargne du combat.. Au milieu du fouillis des armes et des équipements, dans les passages jalonnés de pavillons multicolores, les anglais, imperturbables débarquent des gros chalands. Le barrage d'artillerie est déjà plus en avant, la prise des plages est chose faite. La première phase est accomplie et le Mur de l'Atlantique s'est écroulé sous la poussée des commandos. Ne parlons pas d'héroïsme...Seuls les morts ont droit à notre admiration... Et maintenant sur la plage de Riva-Bella, à Colleville S/Mer, un simple monument rappelle aux touristes et aux visiteurs, les noms des commandos français tombés le 6 Juin 1944... Mais qui sait donc en France, qu'il y avait des commandos français à la tête des armées alliées le 6 Juin??? Ouistreham est à nous! De l'embouchure de l'Orne à Cherbourg, les alliés ont pris pied. Mais de l'Orne à Hermanville, ce sont des français qui ont libéré la Patrie. 177 petits gars, porteurs d'un béret vert et d'un insigne à la croix de Lorraine ont reconquis cette infime parcelle de sol natal. Et ce n'est pas fini, à 14 heures il faut partir, monter en direction de Bénouville, sous le feu des batteries allemandes, sac au dos, 16 kilomètres en combattant, établir la jonction avec les éléments parachutés de la 6ème Airborne, au pont de Bénouville (depuis appelé "Pégasus Bridge", puis continuer pour les relever et les dépasser sur Ambreville et Bréville. Nous devions tenir la poche devant Caen pendant 8 jours... Nous avons tenu pendant 8 semaines devant les S S fanatisés des 21ème, 15ème Das Lehr Divisionnen. A Amfreville, et au cours des corps à corps sanglants de Bréville, où LOVAT tombera gravement blessé, le 10 Juin, le 1er B F M C sera presque anéanti. Les survivants tiendront jusqu'au bout car la 5ème division de renfort a été anéantie en 3 jours devant Caen. De même la 6ème Airborne Division ne fut jamais relevée du front de Normandie; elle y fut très simplement enterrée...Le 31 Juillet 1944, je fus blessé par éclats de mortier à l'attaque du bois de Bavent, il ne restait plus que 28 hommes en ligne dans ma troupe, la troupe N° 1. Mais en Angleterre, une relève composée de "bleus" et des premiers blessés légers récupérés venaient nous relever pour parer à la poursuite, aux combats de l'Epine et la descente sur Paris. Sans arrêt au combat, de 1941 à 1945, le 1er B F M Commando porte fièrement à son fanion, la fourragère de la médaille militaire et quatre citations à palmes collectives. Affectation: "1er B F M C" - "Caserne Bir- Hakeim" -

bollore_1Gwenn_A_l_Bollor_D_C_D Le 12 07 2001 Quimper, inhumé à Ergue-Gaberic (29)

(14) - BOILINGER (BOLLORE) Gwenn Aël Marie - L/CPL -  Médical section - (Infirmerie le 29 07 1944, sorti le 30 07 1944) - Badge 147 - Mle: 191 FN 43 et 34 B 43 -

Pour rejoindre son frère René parti en 1942 en Angleterre, il vend son cheval pour affréter un bateau, il est accompagné de huit volontaires pour la France libre. Affectations: "Caserne Surcouf" - "Caserne Bir-Hakeim" - " 1 er B F M C" - "N° 10 Cdos" -

Bouarfa_ouassiniBOUARFA_Ouassini_1D_C_D en 2007 à Arjuzanx - Morcenx (Landes)

(15) - BOUARFA Ouassini - L/SGT -  Médical section - Badge 129 - Blessé à Ouistreham le 06 06 1944, évacué, rejoint le 07 08 1944, détaché au H Q + campagne de Hollande - Mle: 908 FN 43 - Infirmier dévoué, a montré un esprit total de sacrifice. Etant blessé lui-même a contribué de soigner d'autres blessés sous un bombardement intense de mortiers. Bel exemple de courage (Citation à l'ordre de la Division) - Affectation: "N° 4 Cdos" -

BOUCHARD GeorgesBOUCHARD Georges 1D_C_D Le 03 03 1983, Cusset/villeurbane (Rhône)

(16) - BOUCHARD Georges Adrien - L/CPL -  TROOP 1 - Badge 142 - Mle: 5477 FN 41 et 11410 T 41 -  (Blessé le D DAY au casino à Ouistreham, évacué, rejoint le Cdo le 07 08 1944, affecté Troop 8, évacué infirmerie le 11 08 1944, rejoint le Cdo le 06 09 1944) + campagne de Hollande - (CG avec étoile de bronze à l'ordre du régiment) - Affectations: "Bouclier" - "Minerve" - "1er B F M Cdos" - "Caserne Bir-Hakeim" - "Base Dundee" - "Cdo 10" -

BOUGRAIN Etienne 1D_C_D Le 02 12 1949, Paris, inhumé à Thiais (Val de Marne)

(17) - BOUGRAIN Etienne Louis - L/CPL -  Raid Hardtack 36 + Radio section, détaché HQ à compter du 01 07 1944 + Campagne de Hollande - Badge 83Mle: 10893 FN 42 - Q/M radio auprès du commandant du 1er B F M C lors de la campagne de Normandie et du débarquement de Flessingue le 01 11 1944, par son action constante et son mépris du danger a su conserver les liaisons avec les compagnies d'avant-garde, en dépit des pires difficultés (CG avec étolle d'argent à l'ordre de la division). Affectations: "1er B F M C" - "Caserne Surcouf" - "Caserne Bir-Hakeim" - 

bouilly_jean_1D_C_D Le 02 04 2001 à Aix en Provence, incinéré à Manosque

(18) - BOUILLY Jean Julien - L/CPL -  TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 176 - Mle: 356 CAS 41 et 5385 FN 41 - (CG avec étoile de bronze) - Affectations: du 20 12 1941 au 30 12 1941: Aviso "Arras", capturé par la marine Britannique et tranféré à la F N F L en 1940 - Du 25 07 1941 au 19 12 1941:  "H M S Royal Arthur", ancien camp de vacances réquisitionné pour l'entraînement - Du 30 12 1941 au 02 08 1942: "La Roselys" (K 57), ancien navire de la Royal Navy (H M S Sundew), transféré à la F N F L le 19 09 1941; le 26 01 1942 elle éperonne un U-BOOT allemand - Du 21 08 1942 au 19 10 1942: caserne Bir-Hackeim (Grande Bretagne) - 30 10 1942 au 30 10 1943 1er B F M - 31 10 1943 au 06 03 1944: 1er B F M - Du 07 03 1944 au 21 05 1944: caserne Bir-Hackeim - Du 22 05 1944 au 08 05 1945: 1er B F M C - Du 09 05 1945 au 19 11 1945: 1er B F M C - Engagé F N F L du 21 06 1941, démobilisé le 20 11 1945 - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Agent de transmission rapide et audacieux. Au cours des combats pour la prise du port de Flessingue, a réussi, sous le feu ennemi, à traîner sur une distance de 200 mètres, un camarade britannique blessé à mort par un tireur d'élite allemand. A exécuté par la suite de nombreuses missions de liaison au mépris de tout danger (C G avec palme à l'ordre de l'armée de Mer) - Affectations: "Arras" - "Roselys" - "1er B F M C" - "Skegness" - " Emsworth" - "Cie des Cdos" - "Caserne Bir-Hakeim" - "Hartlepool" -

3Boulanger_Robert_100D_C_D Le 12 03 1975 Le Havre, (76), inhumé à Bléville (Seine Maritime)

(19) - BOULANGER Robert - PVT -  TROOP 8 - Badge  101 - Mle 2037 FN 42 et 1357 C 38 Evacué malade le 30 07 1944, rejoint le Cdo le 07 08 1944 + campagne de Hollande - (CG avec étoile de bronze) - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectation: "1er B F M C" -

bourret_andr_1D_C_D Montpeyroux (Dordogne)

(20) - BOURRET André - L/CPL -  TROOP 1 - (Malade, évacué le 08 08 1944) - Badge 124 - Mle: 190 FN 42 - Affectation: N° 4 Cdos"

BRIAND_GastonD_C_D Le 29 11 2007 à Hamilton Ontario (Canada), cendres dispersées sous un vieux chêne dans la ferme où ses enfants ont grandi à Dundas, Ontario

(21) - BRIAND Gaston Joseph - L/CPL -  TROOP 8 + campagne de Hollande - (canadien) - Badge 95 - Mle 500 FN 43 - (Evacué malade le 16 06 1944 Amfreville) - (CG avec étoile de bronze à l'ordre du régiment) - Affectation: N° 4 Cdos" -

BRIAT_1D_C_D Le 27 06 2003, Saint Brieuc, inhumé à Pléneuf Val André (22)

(22) - BRIAT Paul - SGT -  Raid Hardtack 7 + Radio section D DAY - Badge 3 - Mle 6201 FN 41, 46181 Saint Malo et 359 CAS 41 - (Blessé par accident le 13 06 1944 Amfreville) - (CG avec étoile de bronze) - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission confiée à sa section. Bel exemple de courage (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "Reine des flots" - "Arras" - "1er B F M C" - "Caserne Bir-Hakeim" - "Maison de convalescence Beaconsfield" - "E M Londres" -

Bucher_Roger_T12_500D_C_D Le 06 12 1994, inhumé à Menton (06)

(23) - BUCHER Roger Arthur - SGT -  TROOP 1 - Badge 28  - Mle 240 FN 42 et 1004 C 27 - Blessé le D DAY sur la plage de Ouistreham, continue le combat, évacué après la prise du casino, rejoint le Cdo le 07 08 1944 + campagne de Hollande - (CG avec étoile de bronze) - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectation: "1 er B F M C" -

CABELLAN JeanD C D Le 02 08 1950, Paris, inhumé à Fouesnant (Finistère)

(24) - CABELLAN Jean Louis François - CPL -  Raid Hardtack 26 + TROOP 1 - Badge 17, badge bis: 223, badge ter: 293  - Mle:428 FN 42 et 125 CAS 34 - Blessé le D DAY sur la plage de Ouistreham, évacué - (CG avec étoile d'argent, à l'ordre de la division) - Inapte commando, débarqué du Cdo le 05 02 1945, en traitement à Beasconsfield. Affectation: "Caserne Bir-Hakeim" - "Maison de repos à Beaconsfield" -

CAILLE Maurice 1CAILLE MauriceD C D Inhumé à Eastbourne, Sussex (Angleterre)

(25) - CAILLE Maurice Raymond - L/CPL -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 88 - Mle: 10409 FN 42 et 874 C 39 - Affectation: "1 er B F M C" -

CARTIER AndréD C D Le 22 11 1995, Grenoble

(26) - CARTIER André Roger - SGT -  K GUN TROOP, malade, évacué le 12 08 1944, rejoint le 20 08 1944 + Campagne de Hollande -Badge 151 - Mle: 10422 FN 43 - Affectations: "Marine Levant" - "2 ème B F M" - " 1er B F M C" -

CASALONGA_LaurentD_C_D Le 22 11 1987 Paris (75), inhumé à Hendaye (66)

(27) - CASALONGA Laurent Pierre Ignace François - CPL -  Raid Forfar Beer + TROOP 1 + campagne de Hollande - Né le 05 06 1923 à San Sébastien, Espagne - Badge 13, badge bis: 201  - Mle 1429 FN 42 - Blessé le D DAY sur la plage de Ouistreham, rejoint le commando le 07 08 1944, évacué malade le 27 08 1944, rejoint le Cdo le 07 09 1944 - (CG avec étoile de bronze) -

Le Q/M 2 Laurent CASALONGA faisait partie du N° 4 commando, Troop 1 à bord du L C I (S) 527 - Le 21 06 1940, rejoint l'Angleterre à bord du "Batory" vers Plymouth. 01 07 1940, engagé volontaire à 17 ans dans la Légion des Jeunes Volontaires Français du général De GAULLE. Juillet/Septembre 1940: camp de Brynbach, comté de Denbighshire au Pays de Galles - 15 11 1940, Prytanée militaire de la France Libre à Rake-Manor, manoir situé au bord de la rivière Ock, près de Milford, à 55 Km au S/Ouest de Londres. Laurent CASALONGA est Ff, caporal du 2ème groupe de la 1ère section (Ff, sergent Jean BRIAND), puis au moment du départ de Rake-Manor Ff, caporal de la 3ème section. 4 Février 1941, arrivée à Malvern, collège britannique dans le Worcesterhire, école militaire des Cadets de la France Libre. 11 Février 1941, il est sanctionné pour avoir fait le mur à Malvern avec J. NEDELEC. Avril 1941, préférant rejoindre sans plus attendre une unité combattante, il démissionne de la première promotion d'élèves aspirants "Libération", et se porte volontaire pour rejoindre les commandos sous les ordres du Cdt Philippe KIEFFER. Avril 1942: N° 2 commando - N° 10 commando (inter-alliés). Juillet 1943: affecté au N° 12 commando - Raids de sondages et missions-small scale raids (séries FORFAR et HARDTACK). Octobre 1943: retour aux commandos français, raids de sondage et missions-small scale raids (séries FORFAR et HARDTACK). 10 Mai 1944, au cours d'une prise d'armes, Laurent CASALONGA a reçu en même temps que ses 29 premiers compagnons commandos du 1er B F M C son badge de béret qui portait le N° 13. le  06 06 1944, D DAY, N° 4 commando, Troop 1, Riva-Bella, Ouistreham, blessé, évacué en Angleterre - Fin Juillet 1944, retour volontaire à l'unité, campagne en Normandie. Octobre 1944: Belgique. 01 01 1944: attaque et prise de Flessingue, dans l'île de Walcheren (Hollande), campagne de Hollande et d'Allemagne. 08 05 1945: fin de la guerre, démobilisé le 17 11 1945.

Lundi 05 06 1944, au Titchfield Camp (camp 18), près de Fareham, face à l'île de Wight, England, le général Lord Lovat annonce à l'ensemble de ses hommes que D DAY est pour demain matin. Après avoir roulé en camions jusqu'au port de Warsash (Southampton Hampshire, England) à l'embouchure de la rivière Hamble base des Combined Opérations Commandos Units, les hommes du commando Kieffer vont prendre place, vers 17 heures à bord de deux L C I (S), Landing Craft Infantry (Small). Le L C I S 523 de Jack W. BERRY transporte la Troop 8 et une moitié de la K GUN section - Le L C I S 527 de Charles CRAVEN transporte la Troop 1 et l'autre moitié de la K GUN section. Les L C I (S) sont les plus petits bateaux de la flotte alliée ayant traversé la Manche par leurs propres moyens. Les unités britanniques du N° 4 commando qui ont été conduites à Southampton embarquent à bord des navires H M S "Princess Astrid" et H M S "Maid of Orléans": appareillage vers 18 heures. La flotte alliée converge lentement jusqu'au point de rassemblement fixé en mer ( nom de code: Piccadilly Circus). Entre 21 h et 22 h, en fonction de leur vitesse propre, les différents navires en convoi prennent ensuite leur route respectivent en direction des plages de débarquement assignées afin de parvenir en France à l'heure fixée. La mer est mauvaise, la houle "en bonne brise" (force 5) et les conditions de traversée éprouvantes pour tous ces hommes engagés dans l'opération OVERLORD - Mardi, 6 Juin 1944 - D DAY - À 5h50 la flotte ouvre le feu - 7h21, nos 177 valeureux bérets verts débarquent successivement de leurs L C I (S) 523 et 527 sur SWORD, sous-secteur Queen Red Beach: en clair: au lieu dit la Brèche d'Hermanville, à la hauteur du chemin qui mène de la mer vers Colleville S/Orne (aujourd'hui parking de la rue de Bruxelles à Colleville-Montgomery), donc à 500 mètres de Riva-Bella/Ouistreham (Calcados) - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "Ecole des cadets de la France Libre" - " N° 2 Cdos" - "N° 10 Cdos" - "N° 12 Cdos" - 

Cevoz_mami_jean_100D_C_D Le 02 1990 Die (26)

(28) - CEVOZ-MAMI Jean-Marie Auguste - CPL -  TROOP 8, détaché H Q auprès de LOFI, 2 ème section Troop 8 à compter du 12 07 1944 - Badge   84 - Mle 1836 FN 40 et 4342 T 40 - Blessé le 25 07 1944 à Bréville, évacué, certificat d'origine remis - (CG avec étoile de vermeil, citation à l'ordre du corps d'armée) - Volontaire pour les commandos, a débarqué à Ouistreham le 06 06 1944 dans des conditions extrêmenent difficiles. A participé aux durs combats défensifs qui ont suivi sur la rive droite de l'Orne, volontaire pour toutes les missions périlleuses a été grièvement blessé en portant secours à un camarade, bel exemple de courage et d'abnégation. Affectations: "Cdt Duboc" - "Vikings" - "Marine Levant" - "Atlas" - "C P L Londres" - " 1er B F M C" -

CHAUSSE_Paul_1CHJAUSSE_Paul_1D_C_D Le 04 05 2005, cendres dispersées au large de Ouistreham

(29) - CHAUSSE Paul - SGT/Major -   Raid Hardtack 26 + TROOP 8 + campagne de Hollande (Flessingue Octobre 1944) - Badge 65 - Mle 10804 FN 40 et 1557 C 32 - Affectation: "2 ème B F M" - "1 er B F M C" -

22 Janvier 1915, naissance de Paul CHAUSSE à Chanteloup (50), son père était garde Républicain, puis garde champêtre. En Septembre 1932, il s'engage pour 5 ans  dans les fusiliers marins. Retourné à la vie civile,, il est ensuite auxiliaire de contrôle puis contrôleur adjoint au service des fabrications dans l'industrie, administration dépendant du ministère de la guerre, dans la région d'Evreux. Affecté spécial, Paul CHAUSSE est mobilisé sur sa demande en Novembre 1939 et sert, jusqu'en Avril 1940, comme Q/M fusilier sur le patrouilleur "Léoville". Il participe à des escortes de convois entre Brest et Casablanca. Il embarque ensuite à bord du H 79 "Léopold Néra", chalutier belge réquisitionné pour servir à l'évacuation des réfugiés des ports de la Manche. Sous les ordres du C/C ORTOLI qui commande la petite flottille de chalutiers, il quitte Brest pour l'Angleterre où il débarque à Plymouth en Juin 1940. Paul CHAUSSE signe un engagement dans les F N F L le 19 07 1940 à Londres et rejoint le 2ème bataillon de fusiliers marins. Sous les ordres du L/V  THULOT, il est chargé de l'instruction des recrues. Il quitte l'Angletterre avec son unité en Octobre 1940, rejoint l'A E F où il est affecté à la surveillance des côtes du Cameroun, du Gabon puis du Moyen Congo. De Janvier 1943 à Avril 1943 il est chargé avec son unité de la surveillance des côtes de Syrie et du Liban et de l'instruction des recrues comme S/M puis Maître fusilier. En Mai 1943, il choisit d'intégrer le 1er B F M C où il arrive le 17 06 1943 après son stage de commando à Achnacarry. Il est alors Premier-Maître et participe au raid de sondage Hardtack 26 sur Middelkerke dans la nuit du 20 au 21 Janvier 1944. Paul CHAUSSE débarque en Normandie le 06 06 1944 à la tête d'une sous-section de la Troop 8 du 1er B F M C. Il se distingue ensuite le 17 08 1944 en conduisant avec sa section l'attaque à la baïonnette de la "ferme de l'Epine", contre une unité allemande d'arrière-garde. Il se signale ensuite dans des opérations défensives et des patrouilles jusqu'en Septembre. Après une période de repos en Angleterre avec son unité, il prend une part active à la prise du port de Flessingue en Hollande en Novembre 1944. Conduisant sa section à l'assaut d'une position ennemie fermement défendue, il inflige aux allemands de sérieuses pertes et fait de nombreux prisonniers. Il participe à toute la campagne qui suit jusqu'à la capitulation allemande le 08 05 1945. Le 17 11 1945, le général De GAULLE l'élève au rang de Compagnon de la Libération. Il sera l'un des seuls commandos du 1er B F M C avec Philippe KIEFFER, Alexandre LOFI et René NAUROIS à recevor cette distinction. Il termine la guerre comme officier des équipages de la flotte de 2ème classe. Promu officier des équipages de la flotte de 1ère classe en 1953, Paul CHAUSSE est rappelé en Algérie à la D B F M de Nemours et est en poste à Bab-El-Assa près de Marnia en Algérie de Mai à Décembre 1956. Dans le civil, il est agent de maîtrise puis cadre et enfin chef du personnel, d'avril 1947 à Mars 1976 au sein de la société Dubonnet-Cinzano. Commandeur de la L H, croix de guerre 39/45 avec 3 citations, croix de la valeur militaire avec 2 citations, croix du combattant 39/45, médaille des services volontaires dans la France Libre, médaille commémorative 39/45, croix de guerre belge et chevalier de l'ordre de Léopold de Belgique, compagnon de la libération. Officier Marinier de valeur. Adjoint au chef de section, a montré un grand esprit d'initiative et de courage durant les différentes missions qui lui avaient été confiées lors de l'attaque, lors de la progression et en position défensive entre le 06 06  et le 12 06 1944. A été un bel exemple pour les hommes de sa section (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Lors des combats pour la prise de Flessingue, le 01 11 1944, a fait preuve d'une bravoure exceptionnelle. S'est particulièrement distingué au cours de l'assaut contre une position ennemie fortement défendue, en faisant très habilement progresser sa section et en obtenant finalement avec l'aide d'une autre section, la reddition de 3 officiers ennemis et 53 hommes (CG avec palme à l'ordre de l'armée de Mer)

Chauvet_maurice_1CHAUVET Maurice 2Décédés Le 21 05 2010, Paris, inhumé au cimetière de Versailles

(30) - CHAUVET Maurice - CPL -  Raid Hardtack 26 + H Q: Headquarters - Badge 119 - Badge bis: 202 - Mle 538 FN 43 et 1154 T 39 - Blessé le 10 06 1944, redébarque à Arromanches le 07 08 1944 - (CG étoile d'argent à l'ordre de la division + CG étoile de bronze)

De Paris pour rejoindre Londres: 881 jours, entrecoupés de geôles vichystes, puis surtout franquistes ( 21 mois au camp de Miranda)

1943, FNFL, Troop 8 du Cpt Trépel (a imaginé notre insigne)

Jour J : section de renseignements du Cdo Kieffer - Affectations: "Cdos" - "Caserne Bir-Hakeim" -

CHOUTEAU_PCHOUTEAU PaulDécédés Le 26 01 2017

(31) - CHOUTEAU Paul - CPL -  TROOP 8 + Campagne de Hollande - Badge 126 - Blessé le D DAY à Ouistreham, évacué, rejoint le 07 ??? - Mle 968 FN 43 et 1944 T 39 - (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division + Officier de la L H, 04 07 2014) - Affectation: "1er B F M C" - 

COPPINCOPPIN Daniel 1D_C_D Le 01 01 1978, Paris, inhumé à Mareuil le Port (Marne)

(32) - COPPIN Daniel Jules Marcel - L/CPL -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 204, badge bis: 229 - Mle: 10892 FN 40 ezt 330 CAS 40 - Blessé le 06 06 1944 à Ouistreham, évacué, rejoint le 07 08 1944 - Né le 18 03 1921 à Venteuil - Engagé volontaire FNFL le 20 juillet 1940- 2ème bataillon de fusiliers marins (AOF, LYBAN, EGYPTE ) - 1er BFMC - Fusilier plein d'allant et de courage, n'a pas hésité à s'infiltrer dans les lignes ennemies pour tenter une diversion au cours des combats de Flessingue le 01 11 1944 - Affectations: "Capo Olmo" - "2 ème B F M" - "1er B F M C" -

corbin_1D_C_D Inhumé à Granville

(33) - CORBIN Maurice - PVT -  TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 190, badge bis: 337 - Mle: 1337 T 42 - Affectation: N° 4 Cdos" -

COSTE Georges 1COSTE Georges N° 4 CdoD C D Avril 2010, inhumé au cimetière d'Olivera (Argentine)

(34) - COSTE Georges Emile - L/SGT -  K GUN TROOP, nommé sergent à titre provisoire à compter du 19 06 1944 + campagne de Hollande - Badge 168 - Mle 1155 FN 43 et 151 CAS 38 - (CG avec étoile de vermeil) - Grande connaissance du combat, esprit d'initiative, a pris le commandement d'une sous-section de mitrailleuses lourdes, son officier ayant été blessé. A contribué d'une façon efficace à désorganiser l'ennemi par la puissance de son feu (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Echappé de France, volontaire pour les commandos, a débarqué à la tête de son groupe le 06 06 1944 à Ouistreham. Son chef de section ayant été blessé, a pris le commandement de sa section s'imposant à tous par ses qualités de chef et ses remarquables connaissances militaires. Au cours d'une contre-attaque allemande, sur la rive droite de l'Orne a fait preuve du plus extraordinaire sang froid en dirigeant sous un feu ennemi des plus violents et sans le moindre souci de sa sécurité personnelle, le tir de ses mitrailleuses. Infatigable, d'un cran admirable et d'une bonne humeur sans pareille, a été un exemple constant pour le Bataillon, (C G avec palme + concession de la M M) + campagne de Hollande 01 11 1944 Flessingue. Affectations: "Camberley" - N° 10 Cdos" - "N° 4 Cdos"

Couturier_Jean_500_CouturierD_C_D Le 12 07 2006 (île de la Réunion) - En 2007, cendres dispersées au large de Ouistreham

(35) - COUTURIER Jean Victor Maxime - Mle: 2402 T 38 et 14624 FN 43 - L/CPL -  Radio section - Badge 155, badge bis: 215 - Brevet para anglais (N° 10 Cdo) - Blessé le 06 06 1944 à Ouistreham, évacué  -

École des Mousses à Brest en 1938 - Contre torpilleur Adroit (Narvik, Dunkerque), le 20 05 1940 il est coulé par les Stukas ( Hôpital de Cherbourg).

Juin 40, navire Algérie, puis école des sous-mariniers à Toulon- Embarquement sur le Casabianca.

- Londres - 1er Bataillon d'infanterie de l'air, breveté para à Camberley- rejoint les "bérets verts" à Whrexham puis Achnacarry - Commando 10 - N° 4 Commando Troop 8, stage radio à (School signalmen) - Ouistreham- Flessingue- Démobilisé à Belfort, anecdote: " un sous officier nous a réparti en groupes par ces mots: les français d'un côté, les Gaullistes de l'autre". Les tickets de rationnement n'étaient pas les mêmes que les autres, notre ration était divisée par 2 ...........

Chevalier de la Légion d'Honneur,  Médaille Militaire, Croix de guerre 4 citations dont deux de vermeil, Médaille de la résistance, Croix du combattant volontaire, Engagé volontaire 39-45, Médaille de la France Libre - Grièvement blessé durant l'assaut du 06 06 1944, a été un exemple magnifique de courage pour ses camarades (citation à l'ordre du corps d'armée -  Inapte commando, débarqué du Cdo le 05 02 1945, en permission. Affectation: "1 er B F M C" -

CROIZER_69CROIZER_RobertMort_our_la_France_N__4_Cdo

(36) - CROIZER Robert Raymond - L/SGT -  TROOP 8 - Badge 97 - (Tué après le D-DAY, le 10 06 1944 derrière la ferme SAULNIER à Amfreville, éclat d'obus de mortier dans la tête) - Mle 390 FN 43 et 2110 T 41 - Inhumé au cimetière de Ranville

École des fusiliers marins, cours du CAT, 45 ème session du 17 07 2007 au 07 12 2007, cours CROIZER. Le vice-amiral Lemonnier, chef d'état-major général de la marine commandant les forces maritimes et aéronavales, cite à l'ordre du corps d'armée, à titre posthume le matelot Robert CROIZER, Mle 390 FN 43. Volontaire pour les commandos en Juin 1943. Toujours plein d'entrain et de courage, a participé avec la première vague d'assaut, sous le plus violent bombardement à la prise de Ouistreham, puis aux opérations défensives qui suivirent. Tué à l'ennemi dans sa tranchée au cours d'une contre-attaque allemande le 10 06 1944. Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec étoile de bronze. Le C/F Robert PELLEGRIN, commandant l'école des fusiliers marins. Affectation: "1 er B F M C" -

DANSON_LouisD_C_D Le 15 10 1988, Brest (29), inhumé au cimetière de Lambezellec

(37) - DANSON Louis André - L/CPL -  K GUN TROOP, malade, évacué le 14 06 1944 à Amfreville, rejoint le 07 08 1944, affecté Troop 8, affecté K G, rejoint le 04 09 1944, + campagne de Hollande - Badge 169 - Mle: 487 FN 43 et 3908 T 41 - Affectations: "Amiens" - "N° 10 Cdos"- "Roselys" -

DECHAMBOUX RenéD C D Le 24 02 1963 Annecy

(38) - DECHAMBOUX René Jules - L/CPL -  TROOP 1 (affecté à la Troop 8 à compter du 26 07 1944, en détention à la prison de Caen, 60 jours de cellule à compter du 04 08 1944, rejoint le Cdo le 31 08 1944 + campagne de Hollande - Badge 145 - Mle: 68 FN 43 et 638 T 421 - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "Savorgnan de brazza" - "Caserne Bir-Hakeim" - "Roselys" - "Cdos" -

DEMONET Paul GeorgesD C D Le 21 07 1995 à Vienne, inhumé à Lyon (Rhône)

(39) - DEMONET Paul Georges - CPL -  K GUN TROOP - Badge 182  - Mle: 1205 FN 43 - Blessé à Ouistreham le 06 06, évacué, rejoint le 07 08 1944 + campagne de Hollande - Affectation: "1 er B F M C" -

de_MONTLAUR_GuyDe_MONTLAUR_Guy_1de_MONTLAUR_Guy_2D_C_D Le 10 08 1977, inhumé à Ranville au War cemetery britannique

(40) - De MONTLAUR Guy Joseph Marie de VILLARDI (Comte) - SGT -  TROOP 1 (nommé Maître à titre provisoire à compter du 26 06, permission exceptionnelle à compter du 16 08, rejoint le Cdo le 02 09 1944) + Campagne de Hollande - (Sorbonne, académie Julian, corps francs en 1940) - Badge 45 - Mle 9 FN 43 - (LH , CG avec étoile de vermeil) - Né le 09 1918, campagne de Normandie 06 06 1944) et de Hollande (01 11 1944), le Capitaine Guy VOURC'H écrivit de lui:"Blessé à mes côtés, il refuse de se laisser évacuer. Son courage touchait à l'insolence, il était humiliant pour l'ennemi" (Sept citations et la Légion d'Honneur à 25 ans)(Blessé le 01 11 1944 à Walcheren) - Officier-Marinier adjoint au chef de section, a pris le commandement de la section alors que l'officier qui la commandait avait été blessé. A montré un grand esprit d'initiative et de commandement le 06 06 1944. A pleinement assuré les missions d'assaut et les missions défensives confiées à sa section en atteignant son objectif et en repoussant plus tard les contre-attaques ennemies. A été un exemple magnifique pour le bataillon, CG avec palme à l'ordre de l'armée de Mer. Affectation: N° 4 Cdos"

DeNaurois_smallde_NAUROIS_Rene__Paulinj_1de NAUROIS René 4D_C_D Le 12 01 2006 à Brunoy (Essonnes), inhumé à Ranville au War Cemetery britannique (14)

(41) - De NAUROIS René Paulin - Captain -  H Q: Headquarters + campagne de Hollande - (Aumônier) - Badge 396 - (Evacué malade le 21 07 1944 à Bréville)

Né le 24 11 1906 à Paris - Licencié es-sciences mathématiques, licencié en lettres et théologie - 1931 service militaire: EOR école d'artillerie de Poitiers - Ordonné prêtre en 1936 -  Résistance 1940 1942 -  Espagne décembre 1942 -  Londres 15 03 1943 et FFL avril 1943 - 1er BFMC mai 1944 - Jour J - Rejoint les commandos en Hollande le 2 Mai

- Commandeur de la légion d'honneur, croix de guerre 39/45 (deux citations), Military Cross, Officier de l'ordre national de la République islamique de Mauritanie, Compagnon de la Libération, le mémorial de Yad Vashem lui confère en 1989 le titre de "Juste" pour son action de protection des juifs en 1941/42 - Aumônier du bataillon. A montré pendant l'attaque et continuellement par la suite, le plus grand esprit d'abnégation et de sacrifice. Encourageant tous les hommes de sa parole ardente et soignant les blessés après que le médecin eut été tué (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Débarqué le 06 06 1944, avec le 1 er B F M C à Ouistreham, sous le feu violent de l'ennemi, a donné les premiers soins aux blessés en remplacement du médecin du bataillon tué dès le début des opérations et a su, par son parfait mépris du danger et son inlassable dévouement au cours de 2 mois de campagne, s'attirer l'admiration sans bornes du Bataillon et de la Brigade britannique des commandos (C G avec palme à l'ordre de l'armée de Mer) - Affectation: "F N F L parachutiste" -

DENERE_AZ_Andre_D_C_D 03 08 1966, inhumé au cimetière de Hounslow, Chiswick old cemetery, banlieue de Londres (Angleterre)

(42) - DENEREAZ André Emile - L/CPL -  Radio section + campagne de Hollande - Badge 15 - Mle 177 FN 42 et 2016 CAS 42 - (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division) - Volontaire pour les commandos, a participé au débarquement le 06 06 1944, puis aux campagnes de Normandie et de Hollande. A fait preuve au cours de ces combats d'un grand sang froid. Employé comme radio, a toujours su conserver le contact avec les autres troupes, grâce à son calme et à ses grandes qualités professionnelles. Toujours volontaire pour des missions dangereuses. Affectation: "1 er B F M C" -

DERRIEN_2D_C_D Le 18 08 1978, Le Havre (76)

(43) - DERRIEN Marcel - L/CPL -  TROOP 1 + Campagne de Hollande - Badge 53 - Mle: 328 FN 43 et 967 CAS 43 - Blessé au pont de l'Orne (Bénouville) le 06 06 1944, évacué, rejoint le Cdo le 07 08 1944 - A donné une haute mesure de son courage au cours de la progression à travers la ville de Flessingue le 01 11 1944. A tenu pendant 24 heures un poste avancé contribuant, par son attitude, à repousser les nombreuses contre-attaques d'un ennemi supérieur en nombre (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectations: "Caserne Bir-Hakeim" - "1er B F M C" -

DEVAGERD_C_D Le 28 09 1956,Dinan (Côtes d'Armor)

(44) - DESVAGERS Fernand - L/CPL -  H Q: Headquarters + campagne de Hollande - Badge: 25 - Mle: 5702 FN 41 et 5168 B 35 - évacué malade le 29 07 1944 - rejoint le commando le 07 08 1944 + campagne de Hollande - (CG étoile de vermeil) - Matelot d'une calme bravoure, a rempli plusieurs missions de liaison avec témérité et grand succès. A, par deux fois, délogé de leur poste des tireurs ennemis de précision. A donné des soins constants à son commandant, trois fois blessé entre le 6 et 08 06 1944 (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectation: "N° 4 Cdos" - "1 er B F M C" -

DorfsmanD_C_D Le 10 02 1996, Paris (75), cendres dispersées devant Ouistreham

(45) - DORFSMAN Henri Rachmil - L/SGT -  TROOP 8, affecté Troop 1 à compter du 26 06 1944 - Badge 118 - Mle: 731 FN 43 -

(1919-1996), né à Varsovie de parents juifs et polonais - En 1940 : régiment d'artillerie (fait prisonnier à Dunkerque), s'évade et rejoint le Maroc - Unité disciplinaire en métropole ( sentiments Gaullistes)- re évasion, camp espagnol de Miranda - Gibraltar - Londres. Il sera l'un des 25 miraculés du commando à avoir combattu 83 jours en Normandie  sans être blessé. Affectations: "1 er B F M C" - "Caserne Bir- Hakeim" -

DUCASSE RogerD C D Le 15 12 1979 Bruges (Gironde), inhumé à Illiats (Gironde)

(46) - DUCASSE Roger Jean - L/CPL Raid Hardtack 28 + TROOP 8, blessé par accident le 06 08 1944, bois de Bavent, évacué - Badge 106, badge bis: 232 - Mle: 728 FN 40 et 500 R 38 - (+ Campagne de Hollande) - Paris le 24 02 1945, Ministère de la Marine, Etat-Major Général, 3 ème bureau, N° 150 EMG/3.REC. Le Vice Amiral LEMONNIER, Chef d'Etat-Major de la Marine, commandant les forces Maritimes et Aéronavales, cite à l'ordre du Corps d'Armée, le S/M fusilier DUCASSE Roger du 1er Bataillion de Fusiliers-Marins Commandos pour le motif suivant: Sous-Officier d'un sang froid remarquable, toujours en tête de son groupe dans les moments les plus dangereux, n'hésitant pas à s'exposer pour permettre de localiser la position de l'ennemi. A fait l'admiration de tous au cours des combats du bois de Bavent le 26 07 1944 et de Flessingue le 01 11 1944. (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée). (P/O le contre-Amiral SOL, Major Général, le Capitaine de Frégate AMMAN chef du cabinet du C E M G, PCC: l'officier des équipages de 1 ère classe LOFI, officier en second du 1 er B F M C. Affectations: "Melpomène" - "La Comnattante" - "Caserne Bir-Hakeim" - " 1er B F M C" -

Dumanoir__Raymond_T_1_500DUMENOIR_Raymond_1Mort_our_la_France_N__4_Cdo

(47) - DUMENOIR Raymond Eugene Ernest - SGT -  Raid sur Dieppe + TROOP 1 - Badge 7 - Mle 736 FN 40 et 128 L 30 - Brevet para à Ringway - Blessé mortellement le D DAY sur la plage de Ouistreham: balle dans le ventre. Inhumé au cimetière d'Hermanville

Ecole des fusiliers marins, cours du CAT 3 ème session du 29 03 1999 au 24 09 1999, cours DUMENOIR. Décret du 21 10 1944, est décoré de la médaille militaire à titre posthume: DUMENOIR Raymond du 1er BFMC. Officier marinier de grand dévouement, très aimé de ses chefs et de ses hommes est tombé mortellement atteint le 06 06 1944 à la tête de sa sous-section. Est resté grièvement blessé sur la plage sans pouvoir recevoir de soins et est mort des suites de ses blessures le même soir sans proférer une plainte. La présente citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec palme et étoile de bronze à l'ordre du corps d'armée + MM à titre posthume (21 10 1944). Le C/F Bruno de ZÉLICOURT, commandant l'école des fusiliers marins. Le Contre-Amiral AUBOYNEAU, Commissaire National de la Marine, témoigne sa satisfaction au S/M fusilier DUMENOIR Raymond de la première Compagnie des Fusiliers Marins Commandos pour sa belle attitude sous le feu au cours du raid sur Dieppe le 19 08 1942. Affectations: "Melpomène" - " 1er B F M C" -

DUPONT AlexandreDUPONT Alexandre + legionDUPONT Alexandre 1D C D Le 17 02 1980,Guénange (Moselle)

(48) - DUPONT Alexandre Eloi - L/CPL -  TROOP 8 - Badge 158, badge bis: 234 - Mle 4137 T 41 - Blessé Août 1944, bois de Bavent, évacué le 31 07 1944 - ( CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division) - Volontaire pour les commandos, a débarqué à Ouistreham le 06 06 1944 sous le feu intense des défenses côtières. A participé aux durs combats défensifs qui on suivi sur la rive droite de l'Orne, blessé, a donné un bel exemple de courage et de discipline. Affectation: "N° 4 Cdos" - Légion étrangère -

ERNAULT_PierreERNAULT_Pierre_1ERNAULT_Pierre__certif_CdoD C D 13 Février 2015, Ploudalmézeau

(49) - ERNAULT Pierre Jean - L/CPL -  TROOP 8, affecté Troop 1 à compter du 01 07 1944 + Campagne de Hollande - Badge 87 - Mle: 87 FN 43 et 96 B 39 - (Officier de la L H, 04 07 2014) - S'est particulièrement distingué pour ses qualités de courage et d'endurance au cours du débarquement à Flessingue le 01 11 1944 et dans les combats qui ont suivi la prise de cette ville (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectation: "1er B F M C" -

FAGOU GeorgesDécédés Le 18 08 1981 Toulouse

(50) - FAGOU Georges - L/CPL -  TROOP 1 - (Dyssenterie , malade, évacué d'Amfreville le 15 06 1944 + Campagne de Hollande - Badge 146 - Mle: 200 CAS 43 - A donné une haute mesure de son courage au cours de la progression à travers la ville de Flessingue le 01 11 1944. A tenu pendant 24 heures un poste avancé, contribuant par son attitude à repousser les nombreuses contre-attaques d'un ennemi bien supérieur en nombre (CG avec étoiule d'argent à l'ordre de la division). Affectations: "Caserne Bir-Hakeim" - "N° 4 Cdos" -

faure_hubert_1FAURE Hubert

(51) - FAURE Hubert Emile - WO 1 -  TROOP 1 + Campagne de Hollande (Schouwen) - Badge 134 - Mle 1149 FN 43 - Evacué malade le 07 07 1944 à Amfreville, rejoint le Cdo le 16 08 1944 - (Grand Officier de la L H, 04 07 2014) - Officier Marinier de grande valeur, a pris le commandement des deux sections de la première compagnie, tous les officiers ayant été blessés au cours de la progression. A montré une grance perspicacité et un esprit organisateur de position défensive. A été un bel exemple de courage pour la bataillon, C G avec palme à l'ordre de l'armée de Mer. Affectation: "1er B F M C" -

FLESCH Raymond 1FLESCH RMort our la France N° 4 Cdo

(52) - FLESCH Raymond William - L/CPL -  TROOP 1 - Badge 153  - Mle 66 FN 43 et 159 T 41 - Mortellement blessé le D DAY, sur la plage de Ouistreham, évacué, mort de ses blessures - (CG avec étoile de bronze, citation à l'ordre du corps d'armée à titre posthume)

École des fusiliers marins, cours du CAT, 35 ÈME session du 07 09 2005 au 17 02 2006, cours MLOT FLESCH. Le vice-amiral Lemonnier, chef d'état-major général de la marine, commandant les forces maritimes et l'aéronavale cite à l'ordre du corps d'amée à titre posthume le matelot Raymond FLESCH. Volontaire pour les commandos, a été mortellement blessé le 06 06 1944 sur la plage de Ouistreham alors que sa Troop attaquait les défenses côtières allemandes, est mort sans proférer une plainte. Cette citation comporte l'attibution de la croix de guerre avec étoile de bronze. Affectations: "Caserne Bir-Hakeim" - "1er B F M C" -

Inhumé en Angleterre, puis rapatrié au Mans, et inhumé dans la tombe familiale, tombe qui n'existe plus.

FOLIOT AndréD_C_D Le 16 12 1978, Issoudun (Indre)

(53) - FOLIOT André Georges - CPL -  TROOP 8, détaché H Q auprès de LOFI à compter du 08 06 1944 au 16 07 1944 + campagne de Hollande - Badge 76, 227 et 357 - Mle 10525 FN 41 et 1106 R 38 - (CG avec étoile de bronze) - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "1er R F M" - "Marine Levant" - "1er B F M C" -

FOUGERE_17D_C_D Le 16 08 1969, Fontainebleau (Seine et Marne)

(54) - FOUGERE Robert Edouard - L/CPL -  TROOP 8 - (Blessé le 11 06 1944 à Amfreville, évacué le 11 06, rejoint le Cdo le 15 08 1944 + campagne de Hollande) - Badge 91, badge bis: 219 - Mle: 537 FN 43 et 571 T 41 - Affectation: "1er B F M C" -

FOURER Lucien 1Fourer_lUCIEN_T8_500FOURER_Lucien_1Mort_our_la_France_N__4_Cdo

(55) - FOURER Lucien Joseph - CPL -  TROOP 8 - Badge 99 - (Tué après le D-DAY à Amfreville, le 10 Juin après CROIZIER, aucune blessure apparente, souffle de l'explosion ou suite d'une chute lors d'un exercice d'escalade) - Mle 10407 FN 42 et 5605 T 38 - (CG avec étoile de vermeil) - Inhumé au cometière de Ranville - (Citation à l'ordre du corps d'armée à titre posthume) - Affectation: "1er B F M C" -

FROMAGER MarcelD C D Le 14 09 1975, Quessoy, (Côtes d'Armor)

(56) - FROMAGER Marcel Valentin - L/CPL -  TROOP 1 - Badge 127, badge bis: 213, badge ter: 295 - Mle 642 FN 42 - (Blessé le D. DAY  à Ouistreham, évacué, rejoint le Cdo le 15 08, évacué malade le 25 08 1944 + campagne de Hollande) - (CG avec étoile de bronze) - Affectations: "C P L" - "N° 4 Cdos" - "1er B F M C" -

GABRIEL_Roland_1D_C_D le 25 01 1994, Saint Vit, (Doubs)

(57) - GABRIEL Roland - L/CPL -  TROOP 1 - Badge 41 - Mle 4781 FN 40 - Blessé le 12 06 1944 à Amfreville-Écardes, évacué + campagne de Hollande - (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée) - Volontaire pour les commandos, a débarqué à Ouistreham le 06 06 1944 dans des conditions extrêmement périlleuses, a participé aux durs combats qui ont suivi sur la rive droite de l'Orne au cours desquels il a été très grièvement blessé. A toujours été un modèle de courage, de discipline et d'endurance. Affectations: "Courbet" - "Bouclier" - "Aconit" - "Roselys" - "1er B F M C" -

gadou_robert_1D_C_D 18 06 2008, Bordeaux, inhumé au cimetière de Plessac-Mérignac-Audenge (33)

(58) - GADOU Robert Paul Lucien - CPL -  Radio section D DAY + Campagne de Hollande - Badge 39, badge bis: 278 - Mle: 5821 FN 41 et 248 R 38 - Tireur d'élite de FM, a tenu pendant 24 heures un poste avancé dans la ville de Flessingue, contribuant par son action au mépris du danger à repousser d'incessantes attaques de l'ennemi auquel il inflige de lourdes pertes. A notamment neutralisé un lance-flammes en tuant ses servants au moment où ceux-ci attaquaient sa position (CG avec palme à l'ordre de l'armée de Mer) - Affectations: "Junon" - "1er B F M C" -

GALTON JackD C D En Mars 1978, Pontorson, inhumé à Beauvoir (50)

(59) - GALTON Jack Edouard Julien - L/CPL TROOP 8, affecté HQ à compter du 07 08 1944 + campagne de Hollande - Badge  117, badge bis: 257 - Mle: 389 FN 43 et 2591 B 33 - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "Caserne Bir-Hakeim" - "1er B F M" - "1er B F M C" -

GANNAT_Marcel_100D_C_D Le 14 08 2005 Quimperlé

(60) - GANNAT Marcel - CPL -  Raid Hardtack 21 + TROOP 8  - Badge 86, badge bis: 284 - Mle 14503 FN 43 et 759 T 35 - Blessé le 05 08 1944 Bois de Bavent, évacué - (CG avec étoile de vermeil, MM en 1948, LH en 2004). Né le 19 09 1919 à Quimperlé. Ecole des mousses en 1935 à bord de l'Armorique à Brest.1936, école des fusiliers à Lorient sur le Condet. 18 06 1940, embarque à bord du Lorrain où il entend l'appel du général de Gaulle et rejoint les FNFL. En 1943, effectue le stage commando et débarque le D DAY. Promu S/M au feu. Poursuit sa carrière militaire jusqu'en 1952, est rappelé en 1956 pour participer à la guerre d'Algérie. Décédé le 17 08 2005. Volontaire pour les commandos, a débarqué à Ouistreham le 06 06 1944 sous le feu intense des défenses ennemies. Est resté en ligne pendant 60 jours participant aux durs combats offensifs de la rive droite de l'Orne au cours desquels il a été grièvement blessé. A toujours été un bel exemple de courage et de discipline, citation à l'ordre du corps d'armée. Affectation: "1er B F M C" -

GARRABOS JosephDécédés Le 10 08 1983, Londres, cendres dispersées le 06 06 1984 au large de Portsmouth

(61) - GARRABOS Fernand Joseph - CPL -  TROOP 1 - Badge 123 - 68 FN 42 et 236 R 36 - Blessé le 12 06 1944 à Amfreville, évacué + campagne de Hollande - (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée) - Affectations: "Arras" - "Lobélia" - "M T B 96" - "1er B F M C" -

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Alias: GAUTHIER Jean (nom à la légion étrangère) - voir: ZIVOHLAVA Otto Jean -

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GAUTIER_L_onGAUTIER Léon

(63) - GAUTIER Léon Charles Alexandre - CPL -  TROOP 8 - Évacué à l'hôpital le 11 08 1944, malade, rejoint le Cdo le 17 08 1944 - Badge 98 - Mle: 10887 FN 40 et 812 B 40 - 1940 : apprenti canonnier à 17 ans - 20 06 1940 : Londres - Canonnier sur un bateau de transport "Le Gallois" (convois dans l'Atlantique) - Jusqu'en 1943 : fusilier marin au Liban - Volontaire pour les commandos - Jour J avec le Cdo Kieffer - (Commandeur de la L H, 04 07 2014) - Affectations: "Caserne Surcouf" - "2 ème B F M" - "1er B F M C" -

GERY MarcelD C D Le 29 056 1980,Levallois-Perret (Seine)

(65) - GERY Marcel - PVT -  K GUN TROOP + campagne de Hollande - Badge 185 - Mle: EY 340 CAS 41 puis: 11559 T 41 et: 4788 FN 41 - (CG avec étoile de vermeil et bronze + port de la fourragère croix de guerre à titre individuel) - A réussi une mission de grande importance et très dangereuse le 06 06 1944 en traversant un barrage de mitrailleuses ennemies pour aller porter un message au chef de section de mitrailleuses lourdes (Citation à l'ordre de la division) - Affectations: "Courbet "- "Chasseurs" - "Président Houduce" - "1er B F M C" -

GERSEL RenéMort our la France N° 4 Cdo

(64) - GESREL René Auguste Francis, sur les documents anglais: GERSEL - PVT -  K GUN TROOP - Badge 175 - (Tué le 10 Juin 1944 lors de la contre-attaque allemande, enterré à Amfreville) - Mle 900 FN 43 - (CG avec étoile de vermeil) - Servant d'une mitrailleuse, a participé le 06 06 1944 au débarquement allié à Ouistreham. A donné par la suite des preuves décisives de courage et de sang froid. A trouvé la mort à son poste de combat en contribuant à repousser une attaque ennemie aapuyée par un très violent tir d'artillerie (citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectation: N° 4 Cdos" -

GICQUEL Henri GeogesMort our la France N° 4 Cdo

(66) - GICQUEL Henri Georges - L/CPL -  TROOP 8 - Badge 163 - Mle 4822 FN 40 et 451 L 39 - Blessé puis fait prisonnier, les allemands l'ont torturé puis pendu à un arbre le 24 Juillet 1944 à Amfreville - (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée) - Volontaire pour les commandos, a débarqué le 06 06 1944 en Normandie et combattu avec la première vague d'assaut. Volontaire pour toutes les patrouilles, au cours de l'une d'elles, a attiré sur lui le feu de l'ennemi afin de permettre le repli de camarades blessés. A été lui-même grièvement blessé et capturé par l'ennemi avant l'arrivée des renforts. Affectation: "1er B F M C" -

godard_louis_1D_C_D Tours

(67) - GODARD Louis Eugène - L/CPL -  Radio section, affecté Troop 8 à compter du 20 07 1944, malade, évacué hôpital le 08 08 1944, rejopint le Cdo le 17 09 1944 + campagne de Hollande - Badge 148 - Mle 643 FN 43 - (CG avec étoile de bronze à l'ordre du régiment) - Affectation: "N° 4 Cdos" -

goujon_ren_D_C_D Le 09 08 1999 à Ploubalay (22), cendres dispersées au large de Ouistreham

(68) - GOUJON Léon René - PVT -  Radio section + Campagne de Hollande - Badge 143 - Mle 1162 FN 43 et 2086 T 43 - Evacué malade le 20 06 44 à Amfreville, rejoint son unité le 15 08 1944, évacué malade le 17 08 1944 à Bavent - (CG avec étoile de bronze à l'ordre du régiment) - Volontaire pour les commandos, a débarqué le 06 06 1944 à Ouistreham sous un feu ennemi des plus violent. A participé à la prise de la ville et aux combats qui suivirent. Employé comme radio y a fait preuve de très grandes qualités de courage et de sang froid. Tombé très gravement malade au cours de la campagne de Normandie, a rejoint son unité en Hollande. Affectations: "Ecole de transmission" - "1er B F M C" -

GOURIOU_OlivierD_C_D Le 24 12 1985, Brest, inhumé à Saint Pierre Quilbignon (29)

(69) - GOURIOU Olivier - CPL -  HQ: Headquarters + campagne de Hollande - Badge  12, badge bis: 236 - Mle: 425 FN 42 - Affectation: "1er B F M C" 

albertgrailjp4D_C_D En 2003 à Saint Etienne, inhumé à Saint Didier en Velay (Haute Loire)

(70) - GRAIL Albert Marius - L/CPL -  TROOP 8 + Campagne de Hollande, blessé le 25 07 1944 à Bréville, évacué + campagne de Hollande - Badge  167, badge bis: 238 - Mle: 880 FN 42 et 2727 T 40 - Eclaireur plein d'allant, volontaire pour toute reconnaissance dangereuse. A été blessé lors d'une attaque alors qu'il se trouvait en tête de son groupe au cours des combats de Flessingue le 01 11 1944 (CG avec étolle d'argent à l'ordre de la division). Affectations: "Anadyr" - "Roselys" -"1er B M F C" -

GrinspinGRINSPIN_Fe_lix_1D_C_D Inhumé à Paris au cimetière de Montmartre le 02 05 2011

(71) - GRINSPIN Félix (GRISPIN) - L/CPL -  Raid Hardtack 4 + Hardtack 36 + TROOP 8 - Blessé à Amfreville le 10 06 1944, évacué, rejoint le Cdo le 04 07 1944 + campagne de Hollande - Badge 121 - Mle: 508 FN 43 - Affectation: "Cdos" -

GUEZENNECGUEZENNEC FD C D Le 18 03 2006, Lesneven (29)

BADGE_GUEZENNER_N_177

(72) - GUEZENNEC Francis Hyacinthe Auguste - PVT -  K GUN TROOP + campagne de Hollande - Badge  177, badge bis: 340 - Mle: 1157 FN 43, 1025 CAS 42 et 176 B 43 - Décoré de la L H par Jacques Chirac  le 06 06 2004 - Fusilier courageux, toujours aux postes les plus exposés a montré un mépris du danger total lors de l'assaut final de Flessingue sous le feu de l'ennemi le 01 11 1944 (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectations: "Cdos" - "1er B F M" -

GUIDICELLI PierreD_C_D Le 30 06 1994 à Lyon (Rhône)

(73) - GUIDICELLI Pierre - PVT -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 164 - Mle: 12592 FN 43 - Tireur d'une adresse et d'une audace rares dont les interventions judicieuses ont permis maintes fois à ses camarades par la mise en fuite de l'infanterie de poursuivre plus sûrement les attaques engagées. A toujours fait preuve d'un mépris complet du danger particulièrement au cours de l'attaque de la ferme de l'Epine le 17 08 1944 (CG avec étolie de vermeil à l'ordre du corps d'armée). Affectations: "Caserne Surcouf" -"Caserne Bir-Hakeim" - "Cdos" -

GUILCHER_JosephGUILCHER_Joseph_1D_C_D Le 01 01 2013 Pont l'Abbé (Finistère), inhumé à l'Echiagat (29)

(74) - GUILCHER Joseph Prosper Marie - CPL -  TROOP 8 + campagne de Hollande -Badge 102, badge bis: 214 - Blessé  le D DAY à Ouistreham, évacué - Mle 5056 FN 40 et 233 CAS 40 - (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division)  - Né le 09 03 1923 à l'île de Sein, Joseph GUILCHER avait d'abord travaillé comme apprenti dans la boulangerie de son père sur son île natale. Le 22 06 1940, de jeunes Sénans comme Joseph GUILCHER, rassemblés sur un quai autour de l'un des quatre postes T S F de l'île entendent une rediffusion de l'appel du 18 Juin puis apprennent la capitulation française le lendemain. Aussitôt les jeunes se rendent chez le recteur Louis GUILLERM et annoncent qu'ils veulent rejoindre ce Général De GAULLE à Londres. Le soir, après concertation avec le maire Louis GUILCHER, ils décident de partir pour le Lundi 24 à bord du Velléda et du Rouanez Ar Mor. Un second départ aura lieu le 26 sur deux autres bateaux. Agé de 17 ans, Joseph GUILCHER est l'un de ces 128 jeunes hommes de l'île (dont la moitié n'a pas 17 ans) qui décident de partir. Son père, ancien de 14/18, lui dit: "il vaut mieux que tu partes, plutôt que de rester avec les boches". Embarqué le 24 06 1940 à bord de la vedette des Ponts et Chaussées le Vellédia, Joseph GUILCHER avait débarqué à Penzance en Cornouailles après 19 heures de traversée puis s'était engagé à Londres dans les F N F L en Novembre après un passage dans un camp scout au Pays de Galles où l'on mettait les moins de 18 ans. D'abord affecté en Avril 1941 comme boulanger sur l'Anadir, il fait plusieurs voyages en Afrique afin de ramener du minerai, puis sur le Courbet jusqu'à son désarmement au début de l'année 1943. C'est lors d'un transit par la caserne Bir Hakeim qu'il rencontre le Cdt KIEFFER venu faire du recrutement. Il se porte volontaire pour les commandos et fait le stage Achnaccary 4 avant de rejoindre le N° 10 commando à Eastbourne le 26 06 1943. Affecté à la Troop 8, il fut choisi par le Lt HULOT pour prendre part à un raid qui n'eut finalement pas lieu. Blessé sur la plage le 06 06 1944 par des éclats à la cheville et dans le dos, il passa la journée dans un fossé avec un camarade jusqu'à ce qu'un civil vienne les chercher. Il fut évacué sur Portsmouth le 7. Après une convalescence à l'hôpital de Stoke On Trent et à Beaconsfield, il rejoignit l'unité et participa au débarquement de Flessingue le 01 11 1944 ainsi qu'à la campagne de Hollande. Démobilisé à Brest en Octobre 1945, Joseph GUILCHER était retourné vivre à l'île de Sein, où il avait repris son métier de boulanger avant de devenir employé à la criée de Guilvinec - Affectations: "Courbet" - "Anadyr" - "Ouragan" - "Caserne Bir-Hakeim" - "1er B F M C" -

GUILLOU GuillaumeD_C_DLe 19 05 1999, Pleubian, (Côtes d'Armor)

(75) - GUILLOU Guillaume Augustin - L/CPL -  Raid Hardtack 13 + TROOP 1 (Malade, évacuié d'Amfreville le 17 06 1944, rejoint le Cdo le 07 08 1944) + Campagne de Hollande - Badge 49 - Mle: 215 FN 43 - S'est fait remarquer par son courage et son initiative au cours du combat de rues pour la prise de Flessingue le 01 11 1944. Encerclé par l'ennemi a réussi à se dégager et à rejoindre son unité (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectation: "1er B F M C" -

GUINEBAULT_Eug_ne_100GUINEBAULT_Eug_neD_C_D En 2012, Leigh on Sea, London road

(76) - GUINEBAULT Serge Eugène Joseph - L/CPL -  TROOP 8 -Badge 78, badge bis, 222 - Blessé le D DAY à Ouistreham, évacué - Mle 469 FN 43 et 10403 T 41 - (CG avec étoile de vermeil, citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectations: "Caserne Surcouf" - "1er B F M C" -

OLIVIER -GUIVARCHD_C_D 29 03 1959, Nemours (Algérie)

(134) - GUIVARCH Olivier, alias OLLIVIER Jean - PVT -  K GUN TROOP + campagne de Hollande - Badge  172, badge bis: 228 - Mle: 1151 FN 43 - Jeune matelot d'une héroïque bravoure, ayant montré un esprit total de sacrifice durant l'attaque du port de Flessingue le 01 11 1944. Alors qu'un de ses camarades, au cours d'une progression, venait de tomber sous un violent barrage de mitrailleuse ennemie qui balayait la rue, s'est avancé, debout en tenant sa mitraillette à la hanche, sur le poste ennemi. Bien qu'atteint, a continué à avancer sur l'ennemi, le réduisant au silence permettant ainsi à une compagnie entière de traverser la rue et de s'établir sur une position convoitée. S'est offert spontanément plus tard, à plusieurs reprises, pour des missions dangereuses, C G avec palme et concession de la M M) + campagne de Hollande. Affectation: "1er B F M C -

GUY_emile_rectifiee_marqueeD C D Le 18 04 1990 Edimbourg (Écosse)

(77) - GUY Emile Paul Albert - PVT -  K GUN TROOP + Campagne de Hollande - Badge  187, badge bis: 334 - Mle: 1003 CAS 43 - Lors des combats de rue de Flessingue, le 01 11 1944, s'est porté volontaire pour une mission dangereuse au cours de laquelle il fut gravement blessé, a fait preuve d'un grand dévouement (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectation: N° 4 Cdos" -

GuyaderD_C_D Le 07 10 1995 à Paris, Inhumé au Havre, cimetière Sainte Marie

(78) - GUYADER Jacques Noël - L/CPL -  TROOP 8+ campagne de Hollande - Badge 160 - Mle: 980 FN 43 et 10055 C 43 - Nommé sergent à titre provisoire à compter du ???, affecté Troop 1 à compter du 21 07 1944 -  Affectation: "1er B F M C" - 

Hattu_GuyHATTU_Guy_1D_C_D Le 09 02 1978, Morainvilliers (Yvelines)

(79) - HATTU Guy Jean Marie - SGT -  HQ: Headquarters + campagne de Hollande - Badge 46 - Mle: 75 FN 41 - Malade le 07 07 1944 - rejoint son unité le 22 07 1944 - Officier Marinier a montré durant les diverses phases de la bataille du 06 06 1944 une calme bravoure jointe à un jugement juste et a été une aide précieuse comme liaison entre le commandant du Bataillon et ses compagnies. Infatigable dans l'action (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Officier d'une calme bravoure. S'est spécialement distingué au cours des opérations du 1 er et 2 11 1944 à Flessingue. Alors que les transmissions entre le P C et les troupes d'assaut étaient compromises, s'est spontanément offert pour aller établir le contact avec les troupes d'assaut en divers points de la ville avec le plus grand mépris du danger, et sous le feu continuel des tireurs d'élite ennemis, a réussi à porter des ordres et à établir la liaison compromise. S'est dépensé sans compter, au cours de ces deux journées, contribuant ainsi grandement au succès de nos opérations (CG avec palme à l'ordre de l'armée de Mer) - Affectation: "1er B F M C" - 

HORNY_41HORNY Joseph 1D_C_D Le 20 10 1972, Marmoutier, (Bas Rhin)

(80) - HORNY Joseph - SGT -  TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 74, badge bis: 203 - Mle: 5899 FN 40 et Marseille 18735 - Sous-Officier d'un grand mérite et d'un grand sang froid. Au cours du débarquement de Flessingue le 01 11 1944, a toujours été au premier rang pendant la progression de sa troupe à travers la ville occupée par l'ennemi, tuant à la mitraillette plusieurs allemands, arrêtant ainsi l'élan d'une contre-attaque ennemie (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée) - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "Félix Roussel" - "2ème B F M" - "1er B F M C" -

HOURCOURIGARAY_2HOURCOURIGARAY Joseph 2D_C_D Le 12 04 2008, Aramitz (64)

(81) - HOURCOURIGARAY Joseph Julien - SGT -  Raid Hardtack 28 + TROOP 8 - Badge 114, badge bis: 355 - Blessé le D DAY à Ouistreham en débarquant, évacué vers l'angleterre à 16 h 30, rejoint le 07 08 1944 et blessé le 19 08 1944, évacué - Mle 3712 FN 40 et 1318 R 37 - (CG avec étoile de vermeil) - Né le 23 03 1921, décédé le 12 04 2008 - Il assistait rarement aux cérémonies en Normandie, (5 fois en 60 ans). Dans son village des pyrénées personne ne semblait savoir qu'il avait été commando et d'ailleurs il ne s'en vantait jamais. Est revenu en Normandie avec le gros des renforts le 17 08 1944 devant le " bois de Bavant " avant d'être blessé une 2 ème fois par un sniper à Briqueville à la sortie du bois (Blessures dans le dos et aux jambes). Il est rapatrié une nouvelle fois et réintègre ultérieurement les commandos qui sont parvenus au lac de Constance en Avril 1945. (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectations: "Bouclier" - "Aconit" - "1er B F M C" - "Centre Siroco, instructeur, 1945/46" -

hubertHUBERT_Augustin_1Mort_our_la_France_N__4_Cdo

(82) - HUBERT Augustin Marie Louis Joseph - 2/Lieut -  K GUN TROOP - Badge 136Tué le D DAY, boulevard d'Angleterre à Ouistreham d'une balle dans la tête: sniper - Mle 56123 Terre - (CG avec palme à l'ordre de l'armée de Mer et LH à titre posthume) - Inhumé au cimetière d'Hermanville

Né le 05 03 1918 à Nantes - 5ème régiment d'infanterie en 1940 (simple soldat) - EOR en mai 1940, aspirant le 25 08 1940, puis démobilisé - Chantiers de jeunesse en Tunisie - Londres 25 12 1943 - Mars 1944 Troop K Gun. Le jour J avec le L/Cpl Labas, ils sont tous deux atteints mortellement à la tête en quelques secondes par des snipers - Jeune officier commandant une sous-section de mitrailleuses lourdes au 1er B F M C, a soutenu sans arrêt avec un calme parfait, par le feu de ses mitrailleuses la progression des troupes d'assaut. A été tué le 06 06 1944 à la tête de sa sous-section alors qu'il la portait vers une nouvelle position. Affectation: N° 4 Cdos"

hulot_l_opold_1Mort_pour_la_France_Indochine

(83) - HULOT Léopold Hyacinthe - 2/Lieut -  Raid Hardtack 28 + TROOP 8 - Badge 64 - Blessé le D DAY à Ouistreham (plusieurs éclats) évacué le 12 Juin, rejoint son unité le 07 08 1944, évacué malade le 09 08 1944, rejoint son unité le 15 08 1944, tué en Indochine le 27 09 1948 à Non Het (Laos), Inhumé au cimetière militaire de Sainte Anne d'Auray - Mle 54759 Terre - (CG avec étoile de vermeil)

École des fusiliers marins, cours du BE 175 ème session du 01 01 1976 au 01 05 1976, cours  HULOT. Citation à l'ordre de la légion d'honneur décernée au lieutenant HULOT Léopold du 1 er BFMC. Jeune officier animé d'une foi profonde et d'un grand esprit d'abnégation. A rejoint l'Angleterre en 1941 après un internement de 7 mois dans les prisons espagnoles au camp de Miranda. Volontaire, a suivi le cours d'officier pour regagner le bataillon de commandos. A participé à des raids de sondage sur les côtes de France avant le débarquement. Le 06 06 1944 a débarqué avec les premières troupes d'assaut à Ouistreham, sérieusement blessé a refusé d'être évacué et a continué le combat en donnant à ses hommes un exemple de grand courage. A participé ultérieurement brillamment à plusieurs engagements, à des raids sur les îles hollandaises, montrant dans les moments les plus difficiles de grandes qualités de bravoure et de sang froid. A été deux fois cité à l'ordre de l'armée de mer et est titulaire de plusieurs distinctions britanniques. Le lieutenant HULOT est mort des suites de ses blessures le 27 09 1948 à Non Het ( Indochine) alors qu'il continuait à servir la France au 5 ème bataillon de chasseurs laotiens. PCC le C/F HELIES commandant l'école des fusiliers marins. Au cours d'une reconnaissance de positions fortifiées ennemies, a pris le commandement du groupe franco-britannique dont il était second après que son chef eût été gravement blessé, l'a ramené et a achevé sa mission dans des conditions trè difficiles, CG avec étoile de bronze à l'ordre du régiment - Le 06 06 1944 a conduit sa section à l'attaque avec un élan magnifique, faisant preuve d'un grand courage et d'un bel esprit d'abnégation. A atteint et détruit son objectif (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectation: "1er B F M C" -

JOVENIN_Raymond_100D_C_D Le 15 11 1984, Drancy, (Seine St Denis), inhumé au cimetière du Père Lachaise, Paris

(84) - JOVENIN Raymond Albert - L/SGT -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 159 - Mle 1164 FN 43 - Evacué malade le 15 06 1944, Amfreville - (CG avec étoile de bronze à l'ordre du régiment) - Gradé possédant de hautes qualités militaires, a débarqué le 06 06 1944 dans des conditions extrêmement difficiles. A participé aux durs combats défensifs qui ont suivi sur la rive droite de l'Orne. Bel exemple pour ses hommes. affectation: N° 4 Cdos" -

JUNG ArmandJUNG Armand 1D_C_D Le 29 12 1984 Sarralbe (Moselle)

(85) - JUNG Armand Jean Hyacinthe Henri - L/CPL -  TROOP 8 - Badge 100, badge bis: 279 - Mle: 14506 FN 43 et 610 T 39 - (Blessé le 06 Juin, non évacué, blessé à nouveau le 10 Juin à Amfreville, évacué + campagne de Hollande) - Mitrailleur adroit et courageux, harcelant continuellement l'ennemi et lui ayant infligé de lourdes pertes. A fait l'admiration de tous particulièrement au cours des combats du bois de Bavent le 26 07 1944  (CG avec étoile d'argent à m'ordre de la division). Affectations: "Marine Londres" - "1er B F M C" -

KERMARREC JeanD C D Le 10 04 1973 à Watford, Hertfordshire (Grande Bretagne)

(86) - KERMAREC Jean Joseph François - CPL -  TROOP 1 (malade, évacué le 02 08 1944, bois de Bavent) + campagne de Hollande - Badge 11, badge bis: 281, badge ter: 287 - Mle: 427 FN 42 - Brevet para anglais à Ringway, (N° 10 Cdo) - Marié en Angleterre, il prend la nationalité anglaise. Affectations: "Détaché armée" - "1er B F M C" -

PhKiefferD_C_D 20 11 1962, inhumé à Grandcamp-Maisy

Badge_KIEFFER

(87) - KIEFFER Pihilippe Marie Joseph Charles, alias FURCY - O/Major -  Commanding Officer + campagne de Hollande - Badge: 1, 341 et 354 - Mle 1123 FN 40 Blessé le D DAY à Ouistreham, évacué le 8 Juin -

Né le 24 10 1899 à Port au Prince (Haïti), décédé le 20 11 1962. Diplômé H E C (États Unis), engagé volontaire dans la marine (à 40 ans), le 10 09 1939 - FNFL le jour de leur création: 01 07 1940:

- 1942: constitution de la Troop 1

- 1943, trois Troops : 1, 8, K Gun.

Promu Capitaine de Corvette la veille du jour J, blessé deux fois ce même jour J

- Commandeur de la légion d'honneur

- Compagnon de la libération

- Croix de guerre 39-45, cinq citations

- Military Cross ( GB) et British Empire Medal (GB)

Le L/V auxiliaire KIEFFER Philippe (C) commandant le 1er B F M C. A débarqué à la tête de son unité à Ouistreham le 06 06 1944 sur une côte puissamment défendue, bien que blessé sérieusement dès le début du combat, a continué à commander son unité avec une ardeur admirable refusant de se laisser évacuer avant le 8 Juin au soir. A grandement contribué par l'entraînement et l'enthousiasme qu'il avait su donner à ses hommes au succès de cette opération provoquant l'admiration du commandement britannique. Chevalier de la LH et CG avec palme de bronze. - Le 1 er Bataillon de fusiliers-Marins Commandos, sous le commandement du C/C Philippe KIEFFER, a fait preuve d'un magnifique esprit de sacrifice dans la conduite de raids secrets et de sondages de défenses ennemies sur les côtes de France destinés à préparer le débarquement final. Au prix de pertes sérieuses a participé et joué un rôle de premier plan dans l'exécution des raids glorieux de Dieppe, Isigny, Gravelines, The Hok of Hollande, Bray-Dunes qui ont permis de recueillir des renseignements de la plus haute importance. Cette citation comporte pour le C/C KIEFFER, l'attribution de la C G avec palme à l'ordre de l'Armée de Mer - Le 1 er Bataillon de Fusiliers-Marins Commandos: magnifique unité détachée au 4 ème Commando Britannique, sous les ordres du C/C P. KIEFFER, a participé le 01 11 1944, après un débarquement par surprise à l'assaut du port de Flessingue (île de Walcheren) qui a été conquis de haute lutte en 7 heures en dépit d'une résistance acharnée de l'ennemi fortement retranché et 3 fois supérieur en nombre. A ensuite participé à l'attaque générale de l'île, mettant fin le 7 ème jour à toute résistance ennemie et obtenant la reddition du Colonel allemand, des 35 officiers et 1500 hommes qui la défendaient. Ce brillant fait d'armes a été relaté par le commandement suprême des armées alliées comme un des plus braves et des plus audacieux de la guerre. Cette citation comporte, pour le C/C KIEFFER l'attribution de la C G avec palme à l'ordre de l'Armée de Mer. Affectation: "1er B F M C" -

 

nassau_de_warignyD_C_D Le 23 12 1971, Lima (Pérou), inhumé au cimetière de Louisiana Pike County (Pike), Missouri, U S A

(128) - KINET Henry Robert Lawrence - Alias NASSAU de WARIGNY Henry - SGT -  Raid Hardtack 26 + Transport section D DAY + campagne de Hollande, Flessingue: 01 11 1944 - Badge 27 - Mle: 433 FN 42 - Citoyen américain surnommé "Pull-Trou" - Affectation: "Cdos" -

KLOPFENSTEIN_43D_C_D Le 08 03 1964, Inhumé au cimetière de Corpont, Lanester

(88) - KLOPFENSTEIN Frédéric - SGT/Major -  Raid Hardtack 21 + TROOP 8 - Badge 67, badge bis: 282 - Blessé le D DAY à Ouistreham, évacué, rejoint le Cdo le 07 08 1944 + campagne de Hollande - Mle 4810 FN 40 - (CG avec étoile de vermeil) - Né en Alsace en 1912 - Officier Marinier d'une bravoure téméraire. A nettoyé les postes ennemis à la tête de sa sous-section faisant de nombreux tués et capturant des prisonniers. A été blessé durant l'assaut du 06 06 1944 (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectations: "CAM Londres" - "Théodore Tissier" - "Courbet" - "Reine des Flots" - "2ème B F M" - "Caserne Surcouf" - "1er B F M C" - "F. du lac de constance" -

LABAS_MarcelLABAS_MMort_our_la_France_N__4_Cdo

(89) - LABAS Marcel Pierre- L/CPL -  K GUN TROOP - Badge 170 Tué le D DAY, boulevard d'Angleterre à Ouistreham avec le Lt HUBERT: même sniper, enterré au cimetière d'Hermanville - Mle 458 FN 43 et 3566 T 41 - (CG avec étoile de vermeil) - Tenue magnifique au feu durant l'attaque du 06 06 1944, a assuré sans arrêt sur une position dangereuse son débit de feu préparant ainsi l'assaut de la 8ème compagnie. A été tué à sa pièce (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectations: "1er B F M C" -

LAFFONT JeanLAFFONT Jean 2D C D Le 30 12 1996, Saint Renan (29)

(90) - LAFFONT Jean Henry - CPL -  Radio section + campagne de Hollande - Badge 82 - Mle: 10448 FN 43 Le 30 12 1996, Jean LAFFONT s'est éteint paisiblement dans son sommeil à St Renan. En 1936, il s'engage dans la marine, il obtient son brevet de timonier et servira sur le Courbet et le Suffren. Le 05 07 1943, d'Alexandrie, il rejoint la France Libre. En Juin 1943 il est volontaire pour servir aux commandos en Angleterre. Il rejoindra la Troop 8 du Lt TRÉPEL. Ses connaissances le désigne pour faire partie de l'équipe radio. Le 06 06 1944, il débarque en Normandie avec le N° 4 commando, il fera toute la campagne sans une blessure. Au cours d'une incursion en territoire ennemi, il recueille et ramène un jeune normand de 17 ans, laissé pour mort:celui-ci saigne mais sera définitivement rétabli. Il participe ensuite à toute la campagne de Hollande qui a suivi la prise de Valcheren. Nommé S/M en 1945, il décide de faire carrière dans la marine. Il sera instructeur au centre Siroco. De 1948 à 1950, il servira à Marine Madagascar. Après une affectation à Hourtin, il rejoint le commando Montfort en Indochine jusqu'en 1953. Après un séjour à Brest, il sera détaché à l'État-Major de Diégo-Suarez de 1955 à 1957. Titulaire de la médaille Militaire, de la croix de guerre avec 5 citations, en 1959, il est nommé Chevalier de la Légion d'Honneur. Notre camarade Jean LAFFONT était pour tous "Le petit Laffont", doué d'une grande gentillesse et d'une discrétion rare. Au cours des combats de rues pendant l'attaque de la ville de Flessingue le 01 11 1944, a fait preuve d'une audace et d'une adresse remarquables en qualité d'artificier chargé d'assurer sous le feu de l'ennemi la pénétration de maison en maison. (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée) - Volontaire pour les commandos a débarqué le 06 06 1944 à Ouistreham participant à la prise de la ville et aux divers combats de la campagne de Normandie. Volontaire pour toutes les missions dangereuses, y a montré un constant mépris du danger et un calme sans pareil. Tireur d'élite de sa troupe, a infligé de lourdes pertes à l'adversaire au cours de reconnaissances à l'intérieur des lignes ennemies. A participé aux campagnes de Normandie et de Hollande gardant un entrain exceptionnel et faisant preuve des plus brillantes qualités morales et militaires, (C G avec palme + concession de la M M) - Affectations: "2 ème B F M" - "1er B F M C" - "Centre Siroco, instructeur, 1948/50" - "Cdos de Montfort en Indochine" -

LAHOUZE MarcelLAHOUZE Marcel 1D_C_D Porté disparu en 1975

(91) - LAHOUZE Marcel Jean - CPL -  TROOP 1 (Blessé sur la plage de Ouistreham le 06 06 1944, évacué) + campagne de Hollande - Badge 33, badge bis: 200 - Mle: 427 FN 40 et 916 R 39 - Brevet para anglais à Ringway, (N° 10 Cdo) - A fait preuve du plus grand courage lors de l'attaque de Flessingue le 01 11 1944 en éclairant la marche de sa section et en pénétrant dans l'hôtel des postes aux côtés de son chef pour y faire une cinquantaine de prisonniers. Par la suite, a tenu pendant 24 heures un poste avancé et a contribué à repousser d'incessantes attaques ennemies (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée). Affectations: "Bse Liverpool" - "Léopard" - "1er B F M C" -

LANTERNIER_2LANTERNIER_Louis_1D_C_D Le 02 04 1986, Salon de Provence (13), inhumé à Ouistreham

(92) - LANTERNIER Louis - SGT -  Raid Hardtack 4 + TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 9 - Mle 1578 FN 40 et 4638 T 40  - Excellent chef se sous-section. Au cours du combat de rues pour la prise de Flessingue le 01 11 1944, est entré, accompagné seulement de deux hommes dans l'hôtel des postes et y a fait une cinquantaine de prisonniers. Par la suite, sa sous-section s'étant trouvée isolée au milieu des positions allemandes, a réussi à la dégager en infligeant des pertes à l'ennemi et à rejoindre son unité (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée) - Officier marinier de grande compétence et bravoure, a mené le 06 06 1944 sa sous-section à l'assaut des positions fortifiées de l'ennemi faisant de nombreux prisonniers après avoir conquis la position qui lui avait été assignée comme objectif. A par la suite organisé la position défensive qui lui avait été confiée (citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectations: "Courbet" - "Président Théodore TRissier" - "CH 42 Larmor" - "CH 41 Audierne" " - "CH 43 Lavandou" - "1er B F M C" -

LaotLAOT_GuyMort_our_la_France_N__4_Cdo

(93) - LAOT Guy Jean André - L/CPL -  Raid Hardtack 21 + TROOP 8 - Badge 90 - (Blessé le D DAY à Ouistreham, reste à l'unité, Blessé mortellement à Amfreville au retour d'une patrouille par un tir allié, la rafale l'a coupé en deux, est décédé le 25 06 1944 à Saint Gratien Calvados) - Mle 10899 FN 40 et 166 CAS 40 - Inhumé au cimetière de Ranville

École des fusiliers marins, cours de BE, 204 ème session du 01 09 1981 au 01 01 1982, cours LAOT. Par décret en date du 10 12 1947 est décoré de la médaille militaire à titre posthume le matelot fusilier LAOT Guy du 1 er BFMC ( N°4 commando). Bel exemple de bravoure et d'esprit d'initiative, toujours à l'avant sans répit, bien que blessé à continué de combattre et d'accomplir les missions de liaison qui lui étaient confiées entre le 6 et le 10 juin 1944. Décédé des suites de ses blessures le 25 06 1944, cette concession comporte l'attribution de la croix de guerre avec palme et étoile de vermeil. Le C/F GUYVARC'H, commandant l'école des fusiliers marins. Affectation: "1er B F M C" -

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Alias: LARDENOIS Abel - voir: VOIRIN François Marie jean -

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////

laventure_mathurin_1D_C_D Le 05 07 1985, Hailsham, Sussex (Angleterre)

(95) - LAVENTURE Joseph Mathurin - SGT -  TROOP 1 - Badge 139 - Mle: 10533 FN 41 et 528 L 38 - Blessé le D DAY sur la plage de Ouistreham, évacué, certificat d'origine remis à l'intéressé - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section. Bel exemple de courage (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "Cdt Dominé" - "Cdos" - "Maison de santé Beaconsfield" -

LAVEZZI_2D_C_D 12 07 1979, Cannes (06)

(96) - LAVEZZI Michel Marcel - SGT/Major - TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 66 - Mle 10808 FN 40 et 94 T 36 - Blessé le 10 06 1944 à Amfreville, évacué - (CG avec étoile de vermeil) - Officier Marinier de valeur. Adjoint au chef de section a montré un grand esprit d'initiative et de courage durant les différentes missions qui lui avaient été confiées lors de l'attaque, lors de la progression et en position défensive entre le 06 et le 12 06 1944. A été un bel exemple pour les hommes de sa section (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectations: "2ème B F M" - "1er B F M C" - 

LE BRIS JosephD_C_D Plomodiern (29)

(97) - LE BRIS Joseph - CPL -  K GUN TROOP, blessé à Amfreville le 10 06, évacué, rejoint le 07 08 1944 + campagne de Hollande - Badge 174, badge bis: 235 - Mle: 1017 CAS 44 - Affectation: N° 4 Cdos" -

Le_chaponnierD_C_D 22 03 1986, Paris, cendres dispersées au large de Ouistreham

(98) - LE CHAPONNIER Henri - CPL - TROOP 8 - Badge 115, 218 et 221 - Mle: 501 FN 43 et 9501 T 37 - Blessé le D DAY à Ouistreham, évacué, certificat d'origine remis - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Volontaire pour les commanbdos, a débarqué le 06 06 1944 sur la plage de Ouistreham. Lors des combats pour la prise de la ville a montré une exceptionnelle bravoure. Alors qu'une position de mitrailleuses ennemies avait décimé l'un de nos groupes, s'est lancé seul à l'assaut de la position pour attirer sur lui le feu de l'ennemi et faciliter ainsi la progression de son groupe. Est tombé criblé de balles. Evacué au milieu de souffrances terribles, n'a pas proféré une plainte forçant ainsi l'admiration de tous ses camarades. Tant à l'entraînement qu'au combat, a toujours été un exemple de discipline, de tenue et de bonne humeur, (C G avec palme et concession de la M M) - Inapte commando, débarqué du Cdo le 05 02 1945, en traitement à Beasconfield. Affectation: "1er B F M C" -

LE FLOCH Maurice 1LE_FLOCH_MauriceLE_FLOCH_Maurice_3D_C_D 1989, Inhumé à Ouistreham

(99) - LE FLOCH Maurice Frédéric - L/CPL -  Raid Hardtack 4 + TROOP 8 - (Blessé, évacué le 20 09 1944 près de Bricqueville - Badge 40, badge bis: 302 - Mle: 1419 FN 40 - et 418 C 38 - Affectations: "Chevreuil" - "Cdt Duboc" - "Léopard" - "Savorgnan de Brazza" - "1er B F M C-

LE GOFF JeanD C D Lasse (Pyrénées Atlantiques)

(100) - LE GOFF Jean Joachim Albert - CPL -  TROOP 1 - Badge 191 - Mle: 214 FN 42 - Affectations: "Président Théodore Tissier - "Bouclier" - "1er B F M C" -

LEGRAND_Maxime_200D_C_D Le 12 10 1971 Belley, inhumé à Neuville les Dieppe (Seine Maritime)

(101) - LEGRAND Maxime Georges - L/CPL -  Radio section + campagne de Hollande - Badge 156, badge bis: 339 - Mle : 756 FN 42 - Blessé le 11 06 1944 à Amfreville, évacué - (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division) - Volontaire pour les commandos, a participé au débarquement du 06 06 1944 dans la première vague d'assaut. Blessé lors des combats du premier jour, a fait preuve d'un grand esprit d'abnégation. A participé plusieurs mois après, le 01 11 1944 à la prise du port de Flessingue, île de Walcheren, y faisant preuve des plus grandes qualités morales et militaires. Affectations: "Cdt Detroyat" - "Caserne Bir-Hakeim" - "Aéronavale 6 F" - "N° 4 Cdos" -

Lemoigne_j_KG_500Mort_our_la_France_N__4_Cdo

(102) - LE MOIGNE Jean Louis - CPL -  K GUN TROOP - Badge  181 - Tué le D DAY, dans les jardins, derrière la rue Pasteur, balle dans la tête - Mle 470 FN 42 et 314 B 40 -Affectation: "1er B F M C"

École des fusiliers marins, cours du C A T, 22 ème session du 28 04 2003 au 06 10 2003, cours QM LE MOIGNE. Citation à l'ordre du corps d'armée en date du 12 08 1944 au Q/M Jean LE MOIGNE, Mle 470 FN 42. Tenue magnifique au feu durant l'attaque du 06 06 1944, a assuré sans arrêt sur une position dangereuse, son débit de feu préparant ainsi l'assaut de la 8 ème compagnie, a été tué à sa pièce. Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre 1939-1945 avec étoile de vermeil, à l'ordre du corps d'armée. Le C/F Pol Henri DESGRÉES DU LOU, commandant l'école des fusiliers marins

Inhumé au cimetière de Locarn (22)

le_morvan_raymond_1D_C_D Le 15 10 1998 Aubervilliers, inhumé au cimetière du Père Lachaise, Paris

(103) - LE MORVAN, Raymond Georges - L/CPL -  TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 43 - Mle 762 FN 40 et 1961 T 38 - (CG avec étoile de bronze) - Né le 15 01 1922 à Paris, engagement dans la France Libre: Septembre 1940 - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "Melpomène" - "Renoncule" - "Roselys" - N° 10 Cdos" - "N° 4 Cdos" -

le_naourD_C_D Le 18 12 1985, Tréby (22)

(104) - LE NAOUR Joseph Vincent Corentin - L/SGT -  TROOP 1 (Malade, évacué du bois de Bavent, rejoint le Cdo le 02 09 1944 + campagne de Hollande) - Badge 75 - Mle: 14502 FN 40 et 1070 B 37  - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à  la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "Caserne Surcouf" - "1er B F M C" - 

l_osticD_C_D Brest

(105) - LEOSTIC Roger - L/CPL -  TROOP 1 - Badge 30 - Blessé le D DAY à Ouistreham, évacué -  442 FN 40 - (CG avec étoile d'argent, à l'ordre de la division) - Affectations: "Léopard" - "Arras" - "Cdos" -

LE RESTE PierreD_C_D Le 04 09 1989, Concarneau

(106) - LE RESTE Pierre Charles Alphonse, dit"Rabiot" - L/CPL - Raid Hardtack 26 + TROOP 8, affecté Troop 1 à compter du 01 07 1944 + Campagne de Hollande - Badge 85, badge bis: 206 - Mle: 10435 FN 43 etb 690 B 39 - Toujours volontaire pour des missions dangereuses. Peu après le débarquement des commandos dans le port de Flessingue le 01 11 1944, a effectué seul avec son chef de section, une reconnaissance sur l'arsenal de la ville qui a permis d'avoir le contrôle d'une position clef dans la défense de l'ennemi (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectation: "1er B F M C" -

LE_RIGOLEUR_AlbertLE_RIGOLEUR_Albert_n_4_CdoD_C_D Le 09 04 2009, Guingamp (22), inhumé au cimetière de Plouagat (22)

(107) - LE RIGOLEUR Albert - L/CPL -  TROOP 8 - (Blessé à Amfreville le 08 06 1944, évacué le 10 06 1944, rejoint le Cdo le 07 08 1944) + campagne de Hollande - Badge 130 - Mle: 1043 FN 43 et 3768 B 39 - Anecdote: En Indo à Montfort, inspection par l'amiral X, à son passage les hommes se nomment:

- Le RIGOLEUR, Amiral

- Le RIGOLOT, Amiral

c'était le genre de farce qu'ils adoraient faire en se mettant toujours à côté l'un de l'autre. Le pacha a dû prouver l'identité de ces deux "marrants" afin que l'amiral n'en prenne point ombrage. (+ Penfen du 20 03 1948 au 15 11 1948 + Montfort du 10 02 1949 au 23 01 1951) - (Chevalier de la LH  en 2004, officier de la L H en 2008) - Affectations: "F N G B" - "1er B F M C" -

LESCAT_48D_C_D Le 26 07 1967 aux Sables d'Olonne, inhumé à La Chaume

(108) - LESCA Robert Léon - PVT -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 109, badge bis: 230 - Mle 2403 FN 40  - (CG avec étoile de bronze à l'ordre du régiment) - En détention à la prison de Caen (30 jours) à compter du 09 06 1944, rejoint le Cdo le 03 08 1944. Affectation: N° 4 Cdos" -

L_tang_J_T_8_500LETANG_JMort_our_la_France_N__4_Cdo

(109) - LETANG Jean-Charles - CPL -   Raid Hardtack 28 + TROOP 8 -Badge 105 - Mle: 10870 FN 40 et 327 CAS 40 - Tué le 06 06 1944 aux abords du château de Ouistreham à Hermanville, une balle a fait sauter les grenades qui étaient sur son ceinturon, enterré au cimetière d'Hermanville - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "2 ème B F M" -"Caserne Surcouf" -"1er B F M C" -

Cp_LionLION_RMort_our_la_France_N__4_Cdo

(110) - LION Albert Victor - Captain -  Médical section - Badge 193 - Tué  le D DAY, devant la villa "la rafale" à Ouistreham en portant secours à ROLLiN, balle dans le coeur: sniper - Mle 55533 Terre - Inhumé au cimetière d'Hermanville (14)

Résistant dès 1940 il s'évade de France pour rejoindre l'Afrique du Nord. Dénoncé il est enfermé pendant deux ans au camp d'Ifrane.  Il réussit à rejoindre Londres et demande son affectation chez Kieffer. Au jour J, alors qu'il soigne Rollin, il reçoit une balle en plein coeur.

École des fusiliers marins, cours du CAT, 27 ème session du 01 06  au 19 11 2004, cours LION. Par décret en date du 21 10 1944, est nommé au grade de chevalier de la légion d'honneur le médecin capitaine Robert LION mort pour la France le 06 06 1944 à Ouistreham. Officier d'un grand charme et d'un dévouement sans limites, a fait preuve du plus grand courage le 06 06 1944 lors de l'attaque des positions fortifiées ennemies de Ouistreham par le 1 er BFMC, a suivi les troupes de choc, aidant et pansant les blessés. A été tué d'une rafale de mitrailleuses alors qu'il rampait vers une position avancée pour porter secours à un blessé. Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec palme de bronze. Le C/F Pol Henri DESGRÉES du LOU, commandant l'école des fusiliers marins. A fait preuve du plus grand courage le 06 06 1944, lors de l'attaque des positions fortifiées ennemies de Ouistreham par le 1er B F M C, a suivi les troupes de choc, aidant et pansant les blessés. A été tué d'une rafale de mitrailleuse alors qu'il rampaint vers une position avancée pour porter secours à un blessé, CG avec palme à l'ordre de l'armée de Mer à titre posthume. (Cette citation a été annulée par decret du 21 10 1944 portant nomination dans l'ordre de la LH avec attribution de la CG avec palme de bronze). Affectation: "1er B F M C" -

A_Lofi_02XD_C_D Le 22 03 1992 à Cuers où il est inhumé

(111) - LOFI Alexandre - Lieut/O - TROOP 8 - Commandant le Bataillon à compter du 08 06 1944, passe au H Q, nommé Capitaine le 27 06 1944, reprend le commandement de la Troop 8 à compter du 16 08 1944 + campagne de Hollande - Badge 63 - Mle 10801 FN 40 - Brevet para N° 13488 le 01 05 1947 (Siroco) -

Né le 21 02 1917 à Dudweiler (Allemagne) - École des pupilles de la marine :1930 et s'engage en 1933. Quartier-maître fusilier marin en 1935, instructeur et moniteur d'éducation physique à l'école navale de Brest, il gagne l'Angleterre et s'engage dans les FFL le 27 06 1940. - 1 er BFMC puis 2ème BFM ( 1940 à 1941 au Cameroun).- Officier des équipages, défense des côtes du Liban de Nov 41 à Dec 42. Juin 1943, rejoint Kieffer avec 45 volontaires du 2ème BFM - Jour J - Flessingue (Il reçoit l'arme du Cdt allemand qui se rend à lui).

- Officier de la légion d'honneur

- Compagnon de la libération

- Commandeur de l'ordre national du mérite

- Croix de guerre 39-45 ( trois citations)

- Médaille d'or de l'éducation physique

- Military Cross

Officier commandant la 2ème compagnie (Troop 8)  du 1er B F M C , a attaqué le 06 06 1944 son objectif avec succès faisant de nombreux prisonniers. A montré un grand courage et beaucoup d'esprit d'initiative. A pris le commandement provisoire du bataillon sur la position défensive alors que le commandant, blessé, était évacué, CG avec palme à l'ordre de l'armée de Mer - Commandant une compagnie du 1er B F M C, détaché au N° 4 commando. Officier d'un courage et d'un allant à toute épreuve. Lors de l'attaque alliée du 01 11 1944 sur la ville de Flessingue a méné sa compagnie à l'attaque d'une redoute ennemie, position-clef dont elle s'est emparée en dépit de la supériorité de l'ennemi, faisant une centaine de prisonniers dont le commandant, et ouvrant ainsi la voie à l'arrivée de renforts alliés, (CG avec palme à l'ordre de l'armée de Mer) - Affectations: "2 ème B F M" - "1er B F M C" -

LOGEAIS_58D_C_D Le 14 11 1988, Astugue (Hautes Pyrénées)

(112) - LOGEAIS Michel Emmanuel - SGT -  Raid Hardtack 26 + TROOP 8 - Malade, évacué le 29 07 1944, hôpital de Reviers, rejoint le Cdo le 03 08 1944 Badge 69 - Mle: 10838 FN 40 - Affectation: "1er B F M C" -

LOSSEC_Ren___Jean__Fran_oisD_C_D Le 24 05 2008, Brest

(113) - LOSSEC René Jean-François - CPL -  Raid Hardtack 13 + TROOP 1 (Blessé à Amfreville le 12 06 1944, retour à l'unité le 04 07 1944, blessé le 05 08 1944, à l'infirmerie, évacué le 08 08 1944) + Hollande - Badge 10 - Mle: 423 FN 42 - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Inapte commando, débarqué du Cdo le 10 02 19145 du front de Hollande sur un hôpital anglais actuellement inconnu. Affectations: "base chasseurs" - "1er B F M C" -

madrias_roger_1MADRIAS RogerD_C_D Le 15 09 1995, Lebouscat (33)

(114) - MADRIAS Roger Jean - L/CPL -  TROOP 1 - Badge 57 - Mle 10162 FN 41 et 272 R 37 - Evacué malade le 02 08 1944 au bois de Bavent, rejoint son unité le 09 08 1944 - (CG avec étoile de vermeil) - Officier Marinier infatigable et d'une téméraire bravoure. A accompli de belles missions de patrouilles entre le 06 et le 10 06 1944 arrêtant et désorganisant les patrouilles ennemies par le feu précis de sa mitrailleuse (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectations: "Marine Douala" - "Caserne Bir-Hakeim" - "Léopard" - "1er B F M C" -

MAGY FélixD C D Le 12 03 1985 à Woodacre, Marin County (Californie), cendres dispersées au large de San Francisco

(115) - MAGY Félix Roger - CPL -  TROOP 1 + campagne de HollandeBadge 35, badge bis: 211 - Mle 4801 FN 41 - Blessé le 11 06 1944 à Amfreville, évacué, rejoint le Cdo le 07 08 1944 -  (CG avec étoile de bronze) - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "Amiens" - "Courbet" - "1er B F M C" -

MALER_1D_C_D Le  30 01 1992, Prades

(116) - MALER André Jean François - PVT -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 162, badge bis: 233 - Mle 1159 FN 43 - Blessé le 24 07 1944 - (CG avec étoile de bronze à l'ordre du régiment) - Affectations: "EM Londres" - "1er B F M C" -

Mariaccia_kieffer_marqueD_C_D le 28 01 1991 Carbuccia, (Corse du Sud)

(117) - MARIACCIA Paul - SGT -  TROOP 8 - Badge 73, badge bis: 333 - Mle 10540 FN 41  - Blessé le 10 06 1944 à Amfreville, évacué - (CG avec palme) - Gradé possédant de hautes qualités morales et militaires. A débarqué le 06 06 1944 à Ouistreham dans des conditions extrêmement difficiles, participant aux durs combats défensifs qui suivirent sur la rive droite de l'Orne. Très grièvement blessé le 10 06 1944 pendant une contre-attaque ennemie a continué jusqu'à son évacuation à encourager ses hommes de la parole et du geste. Bel exemple de courage, de discipline et d'endurance (Citation à l'ordre de l'armée de mer, CG avec palme) - Affectations: "Marine Levant" - "1er B F M C" -

MASSIN_22MASSIND_C_D Le 27 05 1995, Inhumé à Peacehaven, Sussex (Angleterre)

(118) - MASSIN Roger Emile Marie - L/CPL -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 94 - Mle: 483 FN 43 et 10399 T 41 - Affectations: "Caserne Bir-Hakeim" - "1er B F M C" -

masson_jean_1MASSON Jean

(119) - MASSON Jean Camille Joseph - L/CPL -  TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 144, 218 et 220 - Mle: 1610 T 41 - Blessé sur la plage de Ouistreham le 06 06 1944, évacué) - (Officier de la L H, 04 07 2014) - Excellent agent de transmission ayant accompli de nombreuses liaisons au cours du combat pour la prise de Flessingue le 01 11 1944. Enfermé pendant 24 heures dans un poste avancé, s'est établi dans une position dangereuse d'où il a infligé des pertes sensibles à l'ennemi (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée). Affectation: "N° 4 Cdos" -

MAZ_AS_Jean_100D_C_D Le 18 03 1972, Laval (53)

(120) - MAZEAS Jean Louis Alain - 2/Lieut -  TROOP 1 - Badge 37 - Blessé le D DAY sur la plage de Ouistreham, évacué + campagne de Hollande - Mle 5746 FN 40 et Brest 8422 - (CG avec étoile de vermeil) - Le 06 06 1944, ayant pris pendant quelques temps le commandement de la 1 ère compagnie, a été blessé alors qu'il allait en reconnaissance avant l'assaut avec le colonel anglais commandant le 4 ème commando. A montré beaucoup de courage et d'esprit de décision dans l'accomplissement de sa tâche, CG avec palme à l'ordre de l'armée de Mer. Affectations: "Marine Pointe Noire" - "Caserne Surcouf" - "1er B F M C" -

MESSANOT_2D_C_D Le 12 04 1984, Fréjus

(121) - MESSANNOT Georges André Victor, dit "Biscuit" - SGT -  Raid Hardtack 21 + Hardtack 28 + TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 71, badge bis: 338, badge ter: 344 - Mle 10410 FN 42 - (Military Médal) - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Sous-Officier d'un courage remarquable, plein d'initiative, toujours en avant dans les situations dangereuses. Au cours des combats pour la prise de Flessingue, s'est lancé à l'assaut d'un point de résistance ennemi accompagné seulement de deux hommes, faisant deux prisonniers et obligeant le reste des défenseurs à se replier (C G avec palme à l'ordre de l'armée de Mer) - Affectations: "2 ème B F M" - "1er B F M C" -

meudal_yves_1MEUDALDécédés Le 09 09 2106, Pleubian

(122) - MEUDAL Yves - L/CPL -  TROOP 1 (Evacué malade de Bréville le 21 07 1944, rejoint le Cdo le 26 07 1944) + campagne de Hollande - Badge 59 - Mle: 287 FN 43 - (Officier de la L H, 04 07 2014) - Affectation: "1er B F M C" -

moalD_C_D Le 03 03 1986 à Brest, inhumé à Batz (Finistère)

(123) - MOAL Jean François - L/SGT -  Raid Hardtack 21 + Radio section D DAY + campagne de Hollande - Badge 113 - Mle: 14511 FN 43 -  Affectations: "2 ème B F M" -"1er B F M C" - "Centre Siroco, instructeur, 1945/46" -

MOGUEROU RobertD_C_D Le 15 10 2002, Pabu (22), inhumé au cimetière de Locquenolé (29)

(124) - MOGUEROU Robert - PVT -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 161 - Mle: 1165 FN 43 - (+Campagne de Hollande) - Tireur remarquable et d'un courage éprouvé a, par ses interventions audacieuses apporté une heureuse contribution au succès de l'assaut qui a conduit à la prise de Flessingue le 01 11 1944. (CG evec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée). Affectations: "Caserne Surcouf" - "1er B F M C" -

Monceaux_J__KG_500Mort our la France N° 4 Cdo

(125) - MONCEAU Yvan - L/CPL -  K GUN TROOP, blessé à Amfreville le ???, rejoint son unité + campagne de Hollande - Badge 173, badge bis: 227 - Mle 169 R 39 - Tué le 01 11 1944 à Flessingue -  Inhumé au cimetière de Lanquais (Dordogne) - Citation à l'ordre du corps d'armée à titre posthume  - Ecole des fusiliers-marins, cours du B E, 268 ème session, du 06 05 1996 au 20 09 1996 - Cours MONCEAU - Décret du 19 02 1952 portant la concession de la médaille militaire à titre posthume au Q/M fusilier MONCEAU Yvan du 1er B F M C. Volontaire pour les commandos a participé à la campagne de Normandie en y montrant de grandes qualités d'endurance et de dévouement. Au cours du débarquement à Flessingue, le 01 11 1944, a fait preuve d'un courage remarquable au cours de diverses missions qui lui ont été confiées. A été tué alors qu'il défendait avec sa troupe un carrefour important conte une compagnie allemande. Le Q/M MONCEAU a été cité à titre posthume àl'ordre du corps d'armée le 02 07 1945 avec l'attribution de la croix de guerre 39/45 avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée, à titre posthume. Le Capitaine de Frégate GRANDEMANGE, commandant l'école des fusiliers-marins. Affectation: "N° 4 Cdos" -

P10009999P10100011

Le premier badge de MONCEAU Yvan certainement perdu lors de sa blessure à Amfreville. Ce badge m'a été cédé gracieusement par mon ami : VERDURE Georges - Stac : "Marin" (1956) - Cdo "Jaubert" (1956/58)

 

Mont_an_J_T_8_500jpgMort_our_la_France_N__4_Cdo

(126) - MONTEAN Jean Robert - L/CPL -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 112 - (Tué à Flessingue, île de Walcheren le 01 11 1944, avait mis un prisonnier devant lui pour se protéger, les allemands ont tiré et tué les deux hommes) - (CG avec étoile de bronze et MM) - Mle 657 FN 43 et 1038 T 41 - Affectation: "1er B F M C" -

École des fusiliers marins, cours du CAT, 29 ème session su 11 10 2004 au 11 02 2005, cours MONTÉAN. Le vice-amiral Lemonnier, chef d'état-major général de la marine, cite le matelot fusilier Jean MONTÉAN, Mle: 757 FN 43. Volontaire pour les commandos, a fait la campagne de Normandie totalisant 91 jours de ligne sans aucun repos, faisant preuve en toutes circonstances d'un courage et d'une abnégation totale. Volontaire pour toutes les missions dangereuses. A participé à la prise de Flessingue, île de Walcheren, se distinguant par son esprit d'initiative. Est tombé à l'ennemi quelques heures avant la libération de la ville. Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec étoile de bronze. Par décret en date du 19 02 1952 le matelot fusilier Jean MONTÉAN est décoré de la médaille militaire à titre posthume. Le C/F Jérôme MANDIN commandant l'école des fusiliers marins.

MorelMOREL Jean 2

(127) - MOREL Jean Marie Maurice Eugène - CPL - STAC Cdo Achnacarry 2 -   TROOP 8 (évacué malade le 22 06 1944) - Badge 20, badge bis: 309 - Brevet para anglais à Ringway, (N° 10 Cdo) - Mle: 4165 B 39 et 4839 FN 40 - (Officier de la L H, 04 07 2014) - Affectations: Courbet, Reine des flots, Arras, 1er B F M C, Caserne Bir Hackeim - Malouin d'origine, Jean est né dans le XV ème arrondissement de Paris le 27 09 1922. Entré à l'école des Mousses en 1939 avant de s'engager en Novembre 1939 dans la Marine Nationale pour faire son apprentissage de radio, Jean fait partie des premiers français à quitter leur pays en Juin/Juillet 1940 à 18 ans, alors que les côtes ne sont pas encore verrouillées par les allemands. A bord du "Pourquoi pas", sablier de 8,50 mètres, Jean et 31 autres évadés de France parviennent à quitter le port de Carantec puis à rallier Plymouth le 04 07 1940, après 31 heures de traversée. Conduit à Portsmouth, il rallie la France Libre. Transféré au dépôt de l'Olympia Hall, il embarque rapidement à bord de la "Reine des Flots" (surnommée "La pute"), puis sur "l'Arras" à Portsmouth. C'est au cours de ses visites au dépôt de Portsmouth qu'il rencontre Philippe KIEFFER qui cherche un radio pour sa future unité commando à Achnacarry avec Charles TRÉPEL et Philippe KIEFFER qui vient déjà de subir le stage commando avec le premier groupe et renouvelle avec le second. Sa troop s'installe au N° 2 commando à Ayr puis à Criccieth. Il participe au défilé du 14 07 1942 devant le Génaral de GAULLE et l'Amiral MUSELIER. En 1943,, Jean MOREL est détaché de la troop 1 pour devenir instructeur à la troop 8. Il fait partie de l'équipe formée à Ringway pour un raid commando parachutiste sur Lorient qui n'aura jamais lieu. Il faisait partie de l'équipe devant sauter sur Vannes pour détruire ensuite la base sous-marine de Lorient. Le raid fut annulé au dernier moment car voué au suicide. Ainsi il est également un des premiers commandos marine à avoir été breveté parachutiste. Il débarque le 06 06 1944 à Colleville. Tombé entre deux barges, il manqua de se noyer. Sur la plage, il prendra l'arme d'un camarade blessé. Chargé par KIEFFER d'effectuer une jonction avec les hommes de la troop 8 lors des combats dans Ouistreham, il dut courir sous le feu des mitrailleuses allemandes et eut pour l'occasion la peur de sa vie. Blessé à la jambe et au bas ventre à Bavent, il fut rapatrié inconscient en Angleterre, avac le béret vert et la dague qu'un de ses camarades lui, avait mis entre les mains. Blessé trop grièvement, il ne revint jamais au commando. Démobilisé à Cherbourg en 1946, Jean refusa de passer devant une commission (d'anciens vychistes) qui lui demandait de" baisser son froc" pour attester de sa blessure. Il ne reçut donc pas de médaille des blessés, ni de pension. Il fit ensuite de nombreux métiers: démineur, docker, électronicien. Ce n'est qu'en 1983, qu'il reviendra sur les lieux des combats de Normandie avec sa femme. Passant devant le musée du N° 4 commando, celle-ci voulut le visiter. C'est là qu'il vit Léon GAUTIER. Celui-ci ne le reconnut pas et lui expliqua l'histoire du 1er B F M C alors que Jean ragardait la liste des noms. Il sortit alors sa carte d'identité. C'est lors de cette soirée, à parler souvenirs que la femme de Jean MOREL découvrit l'histoire de son mari. Il avait gardé tout cela au fond de lui et n'avait jamais rien raconté  à personne. (MASSIEU Benjamin)  Affectations: "Courbet" - "Reine des Flots" - "Arras" - " 1er B F M C" - "Caserne Bir-Hakeim" -

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Alias: NASSAU de WARIGNY Henry - voir: KINET Henry Robert Lawrence -

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

NEVEN Antoine 1NEVEN AntoineD C D Dietrich (Grand duché du Luxembourg)

(129) - NEVEN Antoine Etienne - L/CPL -  TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 62 - Mle: 10002 FN 43 et 201 CAS 43 - Coupé de son commando a fait preuve des plus belles qualité de courage au cours d'une mission difficile sous le bombardement ennemi près de Bréville le 19 07 1944 (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectation: "1er B F M C" -

NEVEN JeanMort our la France N° 4 Cdo

(130) - NEVEN Jean Etienne - PVT -  TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 189, badge bis: 225 - Mle 10023 FN 43Tué en Hollande le 01 11 1944 - (CG avec étoile de vermeil, citation à l'ordre du corps d'armée à titre posthume) - Luxembourgeois, engagé dans les forces françaises libres, volontaire pour les commandos, a participé avec son unité au débarquement du 06 06 1944 à Ouistreham, ainsi qu'à toute la campagne de normandie. Au cours du débarquement de Flessingue, le 01 11 1944, coupé de son unité et isolé dans les lignes allemandes, a refusé de se rendre, a continué le combat seul, cherchant à rejoindre sa compagnie jusqu'à ce qu'il soit mortellement blessé. S'est enfermé à clef dans une chambre pour empêcher l'ennemi de le découvrir. A été trouvé quelques heures après par nos troupes au cours d'une contre attaque et est mort pendant qu'on l'évacuait - Inhumé à Dietrich, (Grand duché du Luxembourg) - Affectation: "1er B F M C"

NICOT JosephD C D Le 06 10 1982 Ermont, (Val d'Oise)

(131) - NICOT Joseph Jean Marie - L/CPL -  Raid Hardtack 7 + TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 42 - Mle: 5373 FN 41 - Mitrailleur adroit et courageux, harcelant continuellement l''ennemi et lui infligeant de lourdes pertes, a fait preuve de beaucoup de sang froid au cours des combats de Flessingue le 01 11 1944 (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectations: "Ouragan" - "Roselys" - "1er B F M C" -

NICOT JosephD_C_D Le 17 02 1998, Inhumé au Havre (76)

(132) - NIEL Marcel Jules - L/CPL -  TROOP 1 (Blessé par accident à Amfreville le 13 06 1944, évacué, rejoint le 15 08 1944, évacué hôpital le 20 08 1944 + Campagne de Hollande - Badge 54, badge bis: 280 - Mle: 5728 FN 41 et Le Havre 19540 - S'est fait remarquer par son courage et son initiative au cours du combat de rues pour la prise de Flessingue le 01 11 1944. Encerclé par l'ennemi, a réussi à se dégager et à rejoindre son unité (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division) - Débarqué du commando le 07 04 1945 pour incapacité physique (fatigue générale). Affectations: "C H 8 Rennes" - "CH 14 Dielette" - " 1er B F M C" -

Richard_OhligerD_C_D Nay, (Pyrénées Atlantiques)

P1240309
P1240311

(133) - OHLIGER Richard - PVT -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 154 - Mle: 1152 FN 43 - (Après la guerre, s'est retiré à Nay dans les Pyrénées Atlantiques. Est décédé à la suite d'un malaise dans l'entreprise "Turboméca" où il travaillait - Lors du débarquement de Flessingue, le 01 11 1944, s'est fait remarquer par son courage et son calme dans les nombreuses missions de liaisons particulièrement difficiles qu'il a accomplies dans la ville encore occupée par l'ennemi. Volontaire en toute occasion, s'est dépensé sans compter au cours des combats de rues qui ont précédé la prise de la ville (CG avec palme à l'ordre de l'armée de Mer) - Affectation: "N° 4 Cdos" -

////////////////////////////////////////////////////////////

 alias OLLIVIER Jean - voir: GUIVARCH Olivier -

///////////////////////////////////////////////////////////

PAILLET GeorgesD_C_D Le 09 01 1955 Toulon, inhumé à Nantes (Loire Atlantique)

(135) - PAILLET Georges - L/SGT -  Raid Hardtack 21 + Transport section + campagne de Hollande + Cdo Montfort (1947/49) - Badge 80 - Mle: 10655 FN 40 et 161 R 38 - D'un sang froid et d'un mépris du danger exceptionnels, a entraîné avec lui sa demi-section à l'assaut à la grenade d'une position ennemie au cours des combats pour la prise de Flessingue le 01 11 1944. Blessé par un éclat, a refusé de se faire évacuer. (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée). Affectations: "1er B F M" - "1er B F M C" -

PERRONE Jean 1D C D Le 25 07 1984, Embrun, (Hautes Alpes)

(136) - PERONE Jean - L/CPL -  TROOP 1 - (Blessé au pont de l'Orne (Bénouville) le 06 06 1944, évacué + campagne de Hollande -Badge 149 - Mle: 10401 FN 40 - Affectation: "N° 4 Cdos" -

PETERS FélixMort our la France N° 4 Cdo

(137) - PETERS Félix François - PVT -  K GUN TROOP - Badge  179 - (Tué le 17 06 1944 par un copain à Amfreville), inhumé à Useldange (Grand Duché de Luxembourg) - Mle 10023 FN 43 - (CG avec étoile de vermeil) - Luxembourgeois, engagé dans les forces françaises, volontaire pour les commandos, a participé le 06 06 1944 au débarquement allié à Ouistreham. Servant d'une arme automatique, a donné maintes preuves de son courage et de son dévouement, a trouvé la mort à son poste de combat le 20 06 1944 au cours des opérations défensives sur la rive droite de l'orne, (Citation à l'ordre du corps d'armée à titre posthume) - Affectation: "1er B F M C" -

piaug__robert_1PIAUG__Robert_1PIAUGE_Robert_3D_C_D Le 01 1998, inhumé à Ouistreham

(138) - PIAUGE Robert Yvon Camille Marcel - L/CPL -  TROOP 1 - Badge 48, badge bis: 212 - Mle: 5442 FN 40 - Brevet para anglais à Ringway, (N° 10 Cdo) - Blessé le D DAY sur la plage de Ouistreham, évacué, rejoint l'unité le 07 08 1944, blessure non guérie, re-évacué le 08 08 1944 + campagne de Hollande - Robert PIAUGÉ dit "Boby", figure emblématique du N° 4 commando nous a quittés le 07 01 1998, ses obsèques ont été célébrées en l'église de Ouistreham. Il est né en 1920 et dès le début des hostilités, en 1939, fera preuve d'un grand patriotisme en s'engageant immédiatement dans l'armée de terre, il est affecté au Liban où il apprend la débâcle de nos armées. Il entend le discours du Général De GAULLE le 18 06 1940 et n'acceptant pas la défaite, il réussit à s'évader et à rejoindre les forces navales françaises libres à Londres. Il s'engage en qualité de matelot fusilier. Il est embarqué sur différents navires qui participent aux durs combats dans la Manche. Il veut combattre l'ennemi de plus près et participer dès les premiers jours à la libération de la patrie. En Avril 1943, il rejoint le 1er B F M C. En vue des prochains combats, cette petite unité française est intégrée à la brigade commando sous les ordres du prestigieux Lord LOVAT. Le 06 06 1944, à l'aube, Robert PIAUGÉ avec ses 176 camarades débarque à Colleville sous le feu violent de l'ennemi. Les combats se poursuivent avec violence pour la libération de Ouistreham. Robert PIAUGÉ est très grièvement blessé sur tout le corps. Evacué et soigné en Grande-Bretagne, il insiste pour rejoindre le petit nombre de ses camarades qui luttent dans les tranchées autour des communes avoisinantes. Il revient le 07 08 1944, mais ses blessures s'aggravent, il est renvoyé immédiatement pour hospitalisation. Le patriotisme et le courage du Q/M fusilier Robert PIAUGÉ ont été récompensés par les principales décorations suivantes: Chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire, Croix de guerre avec citation à l'ordre de l'armée, Médaille de la résistance, Croix du combattant volontaire, Croix du combattant, Médaille des blessés. Cher Robert PIAUGÉ, au paradis des braves, tu as rejoint tes camarades de combat - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Inapte commando, débarqué du Cdo le 05 02 1945, en subsistance à Marine Paris. Affectations: "Le Triomphant" - "Cuba" - "1er B F M C" -

picou_guy_1D_C_D En Juin 1987, cimetière de Lanriec, Concarneau (Finistère)

(139) - PICOU Guy - L/CPL -  TROOP 1 - Badge  14 - Mle 5850 FN 41 - Blessé le 15 08 1944 à Bois de Bavent, évacué - (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée) - Affectations: "Cdos" - "La Surprise" - 

PINELLI Jean 1PINELLI_JeanD_C_D Le 19 07 1993 à Brighton (Angleterre), inhumé au cimetière Ocklynge à Eastbourne (Angleterre)

(140) - PINELLI Jean - Lieut -  Raid Hardtack 13 + TROOP 1 - Badge 2, badge bis: 343 - Blessé le D DAY sur la plage de Ouistreham, évacué - Mle 994 FN 40 - Brevet para polonais N° 1211 (CG avec étoile de vermeil) - Officier de grand allant. Pendant le débarquement du 06 06 1944, est tombé blessé en faisant franchir la plage à sa section sous un bombardement intense. Malgré sa blessure, a continué d'encourager sa section de la voix et du geste jusqu'à ce qu'elle soit passée. A montré un grand courage et un bel esprit d'abnégation (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Chevalier de la LH et CG avec palme de bronze. Affectation: "F N F L Parachutistes" -

PIRIOUD_C_D Le 05 03 2001, inhumé au cimetière de Châteauneuf S/Sarthe (49)

(141) - PIRIOU Jérôme Henri Marie - CPL -  K GUN TROOP + campagne de Hollande - Badge  60 - (Instructeur  commando à Siroco + Jaubert en Indochine) - Mle: 326 FN 43 et 1945 B 36 - S'est particulièrement distingué pour ses qualités de courage et d'endurance au cours du débarquement de Flessingue le 01 11 1944 et dans les combats qui ont suivi la prise de la ville (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectation: "1er B F M C" - "Centre Siroco, instructeur,1945/46" -

PLANCHER Jules MartinD C D Le 26 01 1985 Aubenas (Ardèche), inhumé à Asperjac (Ardèche)

(142) - PLANCHER Jules Martin - L/CPL -  TROOP 8, blessé par accident à l'Epine le 20 08 1944, évacué + campagne de Hollande - Badge 103 - Mle: 470FN 43  - A au péril de sa vie et dans une situation dangereuse mis en action  contre les défenses ennemies un des canons d'accompagnement au cours des combats de Flessingue le 01 11 1944 (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division). Affectation: "N° 4 Cdos" -

POLI_NicolasD_C_D Le 18 10 1973, Marseille (13)

(143) - POLI Nicolas - L/CPL -  TROOP 1 + Campagne de Hollande - Badge 61 - Mle: 238 FN 43 et 2929 T 38 - Affectations: "Caserne surcouf" - "1er B F M C" -

PR_VOST_5D_C_D Le 11 09 1948, Douvres (GB), inhumé à Douvres

(144) - PREVOST Pierre - L/CPL -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 92 - Mle: 290 FN 40 et 561 T 40 - A l'entrée de la guerre, il se trouvait sur le contre-torpilleur "Le Malin", volontaire au N° 4 Cdo en Ecosse où il passa avec ses frères d'armes l'entraînement que nous connaissons, il survécut à Ouistreham. Affectations: "Triomphant" - "Marine Nouméa" - "Caserne Bir-Hakeim" - "1er B F M C" - il décèdera d'épuisement en 1948 dans un hôpital britannique à Douvres - 

PIREZ_JeanD_C_D Le 08 01 1955, Clichy la Garenne, inhumé le 17 01 1955 à Rosny S/Bois. Le 04 12 1976 le corps a été exhumé pour être transféré dans le cimetière de Waben (Pas-de Calais)

(145) - PRIEZ Jean - PVT -  K GUN TROOP - Badge 180 - Mle 108 FN 42 - Blessé le 10 06 1944 à Amfreville, évacué - (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division) - Volontaire pour les commandos, après avoir participé au débarquement allié, du 06 06 1944, a donné maintes preuves de son courage et de son esprit d'initiative au cours des combats qui suivirent. Toujours volontaire pour des missions dangereuses, a été grièvement blessé en effectuant une liaison importante sous un très violent bombardement ennemi. Affectation: N° 4 Cdos" -

quentric_yves_1D_C_D Le 13 12 1984, Paimpol, inhumé au cimetière de l'Armor Pleubien (22)

(146) - QUENTRIC Yves - L/CPL -  Raid Hardtack 7 + TROOP 1 (Infirmerie du 15 08  au 17 08 1944) + campagne de Hollande - Badge 58, badge bis: 210 - Mle: 213 FN 43 et 959 CAS 43  - Tireur d'élite de fusil mitrailleur. S'est fait remarquer par son sang froid et son ardeur au cours des combats pour la prise de Flessingue le 01 11 1944. A été blessé au cours de cette action, CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée. Affectations: "1er R F M " - "Cdos" -

QUERE_Pierre_CDO_4D_C_D En 1976 à Marseille

(147) - QUERE Pierre - CPL -  TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 125, badge bis: 342, ter: 356 - Mle: 38 FN 42 - Blessé en Normandie (au pont de l'Orne, Bénouville le 06 06 1944, évacué, rejoint l'unité le 04 07 1944), en Hollande et en Allemagne - Né le 28 09 1921 au Havre, décédé en 1976 à Marseille - mécanicien dans la marine marchande - 4 ème commando S A S - Croix de guerre, médaille de la résistance, médaille des blessés - Chargé d'éclairer la marche de sa section, a fait preuve du plus grand courage en la guidant à travers les rues de Flessingue le 01 11 1944. Est entré dans l'hôtel des postes avec son chef de sous-section et un camarade et y a fait une cinquantaine de prisonniers. A été blessé en s'efforçant d'établir la liaison avec une sous-section encerclée pa l'ennemi (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée). Affectations: "2 ème B F M" - "N° 4 Cdos" -

raulin_marcelRAULIN Marcel 2Décédés Me 03 12 1991 Le Havre (76), cendres dispersées au large de Ouistreham

(148) - RAULIN Marcel - L/CPL -  TROOP 1 + campagne de Hollande -Badge 23 - Mle: 5394 - 40 - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectations: "Courbet" - "Aconit" - "Léopard" - "1er B F M C" -

RAVEL MarcelD_C_D Le 20 05 1988 La tronche (Isère), inhumé à Grenoble

(149) - RAVEL Marcel Maurice - PVT -  K GUN TROOP + campagne de Hollande - Badge 171 - Mle: 1161 FN 43 - La K Gun du lieutenant Amaury progresse dans Ouistreham, sur la route de Lion, Ravel porte une Vickers 303 - Servant de fusil mitrailleur, a donné de belles preuves de courage au cours du combat de rues pour la prise de Flessingue le 01 11 1944. A tenu pendant 24 heures dans un poste avancé infligeant des pertes sévères à un ennemi bien supérieur en nombre (CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée). Affectation: "Cdos" -

REIFERS_2D_C_D Le 21 08 1993 à Bruxelles, inhumé à Useldange, (Grand Duché de Luxembourg)

(150) - REIFFERS Jean-Marie - L/CPL -  Raid Hardtack 26 + TROOP 8 - (Luxembourgeois) - Badge 116, badge bis: 332 - Blessé le D DAY à Ouistreham, évacué - Mle 10001 FN 43 - (CG avec étoile de vermeil, citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectation: "Cdos" -

Badge_N__4_Cdo_1Mort_our_la_France_N__4_Cdo

(151) - RENAULT Emile Marie Léon - L/CPL -  TROOP 1 - Badge 55  - Mle: 203 FN 43 et 433 CAS 42Tué le D DAY au casino à Ouistreham: obus de mortier en pleine poitrine. Inhumé au cimetière d'Hermanville - A été tué alors qu'il accomplissait une mission dangereuse de progression le 06 06 1944. Belle conduite au feu (Citation à l'ordre de la Division) - Affectation: "1er B F M C" -

RICHEMONT HenriD_C_D Le 01 09 1997 à Ossining (U S)

(152) - RICHEMONT Henri - CPL -  Radio section D DAY (blessé à Amfreville le 12 06 1944, évacué, certificat origine remis à l'intéressé - Badge 32 - Mle: 446 FN 42 - Affectations: "Cdos" - "Maison de repos Beaconsfield" -

RICHEN_PierreMort_pour_la_France_Indochine

(153) - RICHEN Pierre Gabriel Ernest - CPL -  Transport section + campagne de Hollande: Flessingue 01 11 1944 - Badge 79 - Mle 10833 FN 40 et 764 L 38 - (S/M fusilier de la compagnie Jaubert), a été tué en opération le 23 10 1947 à Khoan Bo sur la rivière Claire (Indochine).

École des fusiliers marins, cours de BE, session du 15 04 1972 au 15 08 1972, cours RICHEN. Citation à l'ordre du corps d'armée à titre posthume décernée au S/M fusilier: RICHEN Pierre. S/M d'élite, s'est fait remarquer au cours des opérations d'octobre 1947, s'étant embarqué avec sa section sur le LCM "D" en protection d'un convoi fluvial violemment attaqué par les adversaires à Kho An Bo, au canon et aux armes automatiques a été mortellement blessé par un projectile de 75 au moment où il se préparait à débarquer sous le feu à la tête de son groupe. Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre des T O E avec palme. Le C/F FUZEAU, commandant l'école des fusiliers marins. Affectations: "2 ème B F M" - "1 er B F M C" - "Centre Siroco, instructeur, 1945/46" - "Cie Jaubert en Indochine" -

RIVEAU_Marcel_100RIVEAU_Marcel_2D C D En Décembre 2013, Saint Philibert, (Morbihan)

(154) - RIVEAU Marcel - LCPL -  TROOP 8 - Badge 107, badge bis, 285 - Mle 10428 FN 43 et 1910 L 39 - Blessé le 24 07 1944 à Bréville, évacué + Campagne de Hollande - (CG avec étoile de vermeil, citation à l'ordre du corps d'armée, chevalier de la L H en 2003) - Inapte commando, débarqué du Cdo le 05 02 1945, en permission en France. Affectations: "1er B F M C" - "La Surprise" -

ROELANDT_Robert_100D_C_D Le 12 06 1989

(155) - ROELANDT André - SGT -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 68 - Mle 10839 FN 40 et 467 C 37 - Évacué malade le 02 08 1944 Bois de Bavent, rejoint le Cdo le 15 08 1944, abandon de poste et disparu le 19 08 1944, rejoint le Cdo le 03 09 1944 - (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division) - Volontaire pour les commandos a fait preuve comme chef de groupe des plus grandes qualités professionnelles durant toute la campagne de Normandie. A fait de nombreuses patrouilles à l'intérieur des lignes ennemies. A toujours montré beaucoup d'entrain et un total mépris du danger. Affectations: "Courbet" - "2 ème B F M" - "Marine Levant" - "1er B F M C" - "Centre Siroco, instructeur, 1946/46" -

ROLLIN_Paul_2ROLLIN_Paul1Mort_our_la_France_N__4_Cdo

      Barcelone, 01 03 1943                       Au N° 4 commando

(156) - ROLLIN Paul Jean Gabriel - L/CPL -  Raid Hardtack 13 + TROOP 1 - Badge 120 - Blessé le D DAY, devant la villa "La Rafale" à Ouistreham d'une balle en pleine tête, évacué, mort de ses blessures en Angleterre, Gosport, il avait 18 ans) - Mle 492 FN 43 - (CG avec étoile de bronze) - A été tué alors qu'il accomplissait une mission dangereuse de progression le 06 06 1944. Belle conduite au feu (Citation à l'ordre de la Division) - Affectation: "1er B F M C" -

ROPERT_2D_C_D Le 19 10 1971 Toulouse, inhumé à Cornebarrieu

(157) - ROPERT Georges Jean - CPL -  Raid sur Dieppe + TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 19 - Mle 422 FN 42 et 132 CAS 42 - Evacué malade le 27 06 1944 - (CG avec étoile de bronze) - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section. Bel exemple de courage (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Citation à l'ordre de la première Compagnie des Fusiliers Marins Commandos, le Q/M fusilier ROPERT Georges de la première compagnie des Fusiliers Marins Commandos. A fait preuve le 19 08 1942 des plus belles qualités de courage et de cran en prenant part à trois tentatives de débarquement successives à Bruneval après que le convoi eût été attaqué par des vedettes rapides allemandes et malgré le feu meurtrier de l'artillerie et des armes automatiques établis à terre. Cette citation donne droit au port de la C G avec étoile de bronze. Affectation: "1er B F M C" -

ROSSEY René 1ROSSEY RenéDécédés Le 19 05 2016, inhumé à Maurepas (Seine Saint Denis)

(158) - ROSSEY René - PVT -  K GUN TROOP + campagne de Hollande - Badge 183 - Mle: 12767 FN 43 - Né en 1926. Engagé en Mai 1943, il rejoint Beyrourth puis Londres avant de se porter volontaire pour le commando Kieffer avec lequel il débarque le 06 06 1944. J'étais à Colleville sur la barge 527. Toute la nuit on pensait à ce qu'il allait arriver. Nous, on savait où on allait. On avait bien reçu un entraînement adapté, pourtant dans la barge j'étais soucieux, Je n'avais pas encore 18 ans et, étant originaire de Tunis, j'allais découvrir la France d'une manière bizarre. Aux premières heures du matin, j'ai vu tous les bateaux et le déploiement énorme de matériel. Comment j'ai sauté de la barge, je ne peux vous le dire, je ne me souviens pas. Je roulais dans l'eau où il y avait des fils de fer barbelés et des défenses anti-tanks. Le long de la plage il y avait des petites dunes. On courait et on essayait de se camoufler. Je me suis aperçu que j'avais été touché qu'après être arrivé en haut de la plage, au moment où l'on s'est débarrassé de nos sacs. Ce qui m'a surpris alors, c'est que contrairement à l'entraînement on voyait des types tomber, mourir pour de bon. Mias sur le coup je n'ai pas fait de rapprochement. Je me raccrochais à de petites choses: j'ai vu des peupliers qui ressemblaient à des eucalyptus comme ceux que je connaissais en Tunisie. C'est ça qui m'a frappé. Je n'ai eu peur qu'à la fin, quand j'ai vu le Colonel blessé au front et un camarade plein de sang. Là ça m'a refroidi. J'ai alors pris conscience que l'on était en train de faire la guerre. Cela me fait revenir à la mémoire ce camarade qui avait reçu une balle de 20m/m dans la poitrine. C'est son frère qui était dans la même unité qui a pris sa montre quand tout était fini. C'est ça qui était vraiment dur. (Officier de la L H, 04 07 2014) - Volontaire pour les commandos, âgé de moins de 17 ans, a toujours fait preuve au cours des opérations de débarquement le 06 06 1944 et des trois mois de combat qui suivirent, des plus belles qualités de courage et de sang froid. Lors d'une contre-attaque le 10 06 1944 s'est avancé, debout en tête de sa section, sous un feu ennemi très violent et armé d'une arme automatique a continué son chemin avec un mépris total du danger (C G avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée) - Affectation: "1er B F M C" -

ROUGIER MariusROUGIER MariusD_C_D En Décembre 1983, Tours (37)

(159) - ROUGIER Marius - L/CPL - Mle: 543 FN 43 et 1383 R 37-   Raid Hardtack 26 + TROOP 8 - Badge 108 - Blessé le 06 06 à Ouistreham, rejoint le 07 08 1944 - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a aidé fortement à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectation: "1er B F M C" -

ROUSSEAU JeanROUSEAU JMort our la France N° 4 Cdo

(160) - ROUSSEAU Jean Pierre Iréné Emmanuel - PVT -  TROOP 1 - Badge 186 - Mle: 5857 FN 41 Blessé mortellement le D DAY, sur la plage de Ouistreham, enterré au cimetière d'Hermanville - Grièvement blessé le 06 06 1944 en se portant à l'attaque d'une position ennemie. Belle conduite au feu (Citation à l'ordre de la Division) - Affectations: "Ville d'Amiens" - "1er B F M C" -

roux_robert_1D_C_D Le 14 05 2000, Meaux (77)

(161) - ROUX Robert Marcel - CPL -  Raid Hardtack 28 + Transport section D DAY + campagne de Hollande - Badge 81, badge bis: 231, badge ter: 209 - Mle 10453 FN 43 zet 6003 T 38 - Blessé le 10 06 1944 - (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division) - Affectations: "2 ème B F M " - "1er B F M C" -

ROUXEL MarcelROUXEL Marcel 2D C D En 2008 à Cuinchy (59)

(162) - ROUXEL Marcel Emmanuel Marie - CPL -  TROOP 8 + campagne de Hollande - (Permission exceptionnelle, mise en route sur l'Angleterre le 23 07 1944, rejoint le Cdo le 15 08 1944 - Badge 131 - Mle 799 FN 43 et 1502 B 38 - (CG avec étoile de bronze à l'ordre du régiment) - Affectation: "1er B F M C" -

RUPPE Yvon`$RuppeYvanReneMort our la France N° 4 Cdo

(163) - RUPPÉ Yvan René - Cpl - TROOP 1 (A l'infirmerie à la suite de fortes brûlures, du 25 06 au 07 07 1944, rejoint le Cdo le ??? + campagne de Hollande - Badge: 150 - Mle: 1129 FN 43 et 891 R 39 - Tué à Walcheren le 02 11 1944 (Bergen of Zoom), inhumé au cimetière militaire de Kapelle - Carré, rang, tombe = E, 3, 2 - CG avec étoile d'argent à l'ordre du corps d'armée à titre posthume - Volontaire pour les commandos, a participé à la campagne de Normandie en y montrant de grandes qualités d'endurance et de dévouement. Au cours du débarquement à Flessingue le 01 11 1944 a fait preuve d'un courage  remarquable au cours de diverses missions qui lui ont été confiées. A été tué alors qu'il défendait avec sa troupe un carrefour très important contre une compagnie allemande. Affectation: "1er B F M C" -

saeren10SAERENSD_C_D Le 21 01 2009, inhumé au cimetière de Kerletu, Lorient

(164) - SAERENS Robert Henri - SGT - Raid Hardtack 28 + K GUN TROOP + campagne de Hollande - Badge  72 - Mle: 10828 FN 40  et 1660 C 36- (Military Médal) - (+ Campagne de Hollande) - Sous-Officier remarquable, méprisant le danger, a par son allant et son courage contribué au succès des opérations. Volontaire pour toutes reconnaissances dangereuses, toujours au premier rang pour l'assaut. A suscité l'admiration de tous au cours des combats de Flessingue le 01 11 1944 ( CG avec étoile de vermeil à l'ordre du corps d'armée). - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Officier-Marinier adjoint au chef d'une section de fusiliers-commandos . A pris le commandement de la section après que son officier eut été blessé. A montré lors du débarquement du 06 06 1944 sur les côtes de Normandie un grand esprit d'initiative. A mené avec succès sa section à l'assaut de positions fortifiées ennemies faisant de nombreux prisonniers. Dans les jours qui suivirent lors des opérations défensives sur la rive droite de l'Orne a repoussé avec succès de très violentes contre-attaques ennemies faisant preuve des plus hautes qualités militaires. Lors de la prise de l'île de Walcheren en Hollande a réussi sous le feu de l'ennemi une progression particulièrement dangereuse. A toujours été un exemple pour le Bataillon, (C G avec palme + concession de la M M) - Affectations: "2 ème B F M" - "1er B F M C" - "Centre Siroco, instructeur, 1945/46" -

scherer_georges_1SCHERER_GeorgesD_C_D Le 19 08 2002, Carentan (50),Inhumé au cimetière de Ouistreham

(165) - SCHERER Georges - CPL -  TROOP 1 (Evacué suite brûlures le 18 07 1944 de Bréville + Campagne de Hollande) - Badge 29 - Mle: 6299 FN 41 et 3555 T 39 - Lors de l'attaque du 06 06 1944, a constitué une aide précieuse pour son chef de sous-section qu'il a suivi partout avec son demi-groupe montrant une grande bravoure et participant à la capture de nombreux prisonniers (Citation à l'ordre du corps d'armée) - Affectation: "1er B F M C" -

s_n_e1Mort_pour_la_France_Indochine

(166) - SENEE Jacques Pierre Antoine - SGT -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Blessé le 09 06 1944 à Amfreville, demeure à l'unité, nommé Maître à titre provisoire à compter du 26 06 1944  - Badge 140 - Mle: 1185 FN 43 - Brevet para N° 13490 le 01 05 1947 (Siroco) - Mai 1940, aspirant de l'école des officiers d'administration du service de santé. Démobilisé il entre dans la résistance, agent P2 du réseau " ceux de la libération", le 4 juillet 43, sabotage de 13 locomotives. Rejoint de Gaulle à Londres et le 1er BFMC. N° 4 commando, débarquement à Ouistreham, en août 44 promu EV à titre provisoire, campagne de Hollande: attaque du port de Flessingue. Fin de la guerre, affectation  au centre Sirocco, il est adjoint de Lofi au stage commando pendant 2 ans. Il retrouve des anciens du BFM : Lofi, Saerens; Moal, Laffont, Roeland, Piriou, Baumer, Richen, Hourcourigaray Picard et Guivarch et également des anglais du N° 4 commando le LT Croxton, le Cpt Frank. En 1948 il demande son changement d'arme et son affectation dans une unité de commandos parachutistes de l'armée de terre, le 6ème BCCP. En 49 il rejoint l'indochine, le 10 01 1950 il est tué à Yan-Ne-Nam dans le secteur de Tourane. Mort pour la France à 30 ans. Officier d'un courage émérite. Au cours du débarquement allié à Flessingue le 01 11 1944 a ouvert avec sa section la marche sur la ville, faisant 50 prisonniers et progressant méthodiquement vers la position importante qui lui avait été assignée et qu'il a su tenir contre les attaques d'un ennemi bien supérieur en nombre (C G avec palme à l'ordre de l'armée de Mer)

École des fusiliers marins, cours du CAT 7ème session, du 20 03 2000 au 20 09 2000, cours SENÉE. Décret du 13 10 1945 portant promotion et nomination dans l'ordre de la légion d'honneur. Est nommé dans l'ordre national de la légion d'honneur, au grade de chevalier, l'E/V Jacques SENÉE des fusiliers marins commandos. Officier animé d'un grand esprit d'abnégation et possédant une connaissance approfondie de son métier militaire. A contribué à couvrir son unité de gloire, tant par son travail que par sa fougue au combat. Résistant de la première heure, traqué en France par la police allemande, a rejoint l'Angleterre. Volontaire pour les commandos a toujours fait preuve des plus hautes qualités morales et militaires. Deux fois cité, cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec palme. Le C/F Bruno de ZÉLICOURT, commandant l'école des fusiliers marins.

Il fut enterré le 12 01 1950 à Tourane (Indochine), puis son corps fut rapatrié en France le 26 06 1951 et inhumé dans sa ville natale à Antony (92). N'ayant plus de famille dans cette ville, il fut transféré le 13 05 1993 dans le caveau de famille de sa femme en Haute-Marne à Champcourt, près de Colombey-les- Deux-Eglises où il repose actuellement. Affectations: "1er B F M C" - "Centre Siroco, instructeur, 1945/46" - "6 ème B C C P, Indochine" -

SIMON_JeanD_C_D Le 15 07 1982, Hastings (Angleterre)

(167) - SIMON Jean François - CPL -  Raid sur Dieppe + TROOP 1 + Campagne de Hollande - Badge 6 - Mle 37 FN 40 et 3022 B 39 - Brevet para polonais N° 1214 (CG avec étoile de bronze) - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Chef de groupe d'un courage et d'un sang froid exemplaires. Au cours du débarquement de Flessingue, le 01 11 1944, a conduit son groupe, en tête de sa troupe, à travers la ville occupée par l'ennemi, jusqu'à la position essentielle qu'il devait tenir. A tenu cette position presque seul au début, isolé du reste de sa troupe en face d'une compagnie allemande qui cherchait à s'infiltrer dans nos lignes, lui infligeant de lourdes pertes. Dégagé, a continué à tenir sa position pendant 24 heures déjouant toutes les contre-attaques ennemies. A fait preuve des plus hautes qualités morales et militaires, (C G avec palme et attibution de la M M) - Le Contre-Amiral AUBOYNEAU, Commissaire National de la Marine, témoigne sa satisfaction au matelot fusilier SIMON Jean de la première Compagnie des Fusiliers Marins Commandos pour sa belle attitude sous le feu au cours du raid sur Dieppe le 19 08 1942. Affectation: "Cdos" -

STRINA_21D_C_D En Juillet 1975, Marseille

(168) - STRINA Robert - L/CPL -  TROOP 8, évacué malade de Beuzeville le 27 08 1944 + campagne de Hollande - Badge 104 - Mle: 10040 FN 41 - Affectation: "1er B F M C" -

TANNIOU_Pierre_100TANNIOU_Pierre_1D_C_D Inhumé à Ranville au War Cemetery britannique

(169) - TANNIOU Pierre - CPL -  Raid sur Dieppe + TROOP 1 + campagne de Hollande -Badge 4, badge bis: 108 - Mle 5235 FN 40 - Brevet para anglais à Ringway, (N° 10 Cdo) - Evacué malade le 21 08 1944, rejoint l'unité le 02 09 1944 - (CG avec étoile d'argent à l'ordre de la division) - Le Contre-Amiral AUBOYNEAU, Commissaire National de la Marine, témoigne sa satisfaction au matelot fusilier TANNIOU Pierre de la première Compagnie des Fusiliers Marins Commandos pour sa belle attitude sous le feu au cours du raid sur Dieppe le 19 08 1942. Affectations: "Courbet" - "Léopoard" - "1er B F M C " -

THUBE MarcTHUBÉ Marc 1D C D Le 03 02 1997, Montpellier, inhumé au cimetière de Boulou (66)

(170) - THUBE Marc Emmanuel - SGT -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 138 - Mle: 1203 FN 43 - (Blessé le 31 07 1944, bois de Bavent, évacué)  - Après une grave maladie et une dure opération, Marc THUBÉ décède le 03 02 1997. En Septembre 1996, il avait participé au voyage pour la première rencontre des vétérans du N° 10 commando inter-allié, en Angleterre. Marc était plein de joie de vivre et le plus gai des onze participants français à cette rencontre. En 1938, il est appelé au service militaire, affecté à un régiment d'infanterie, il est rapidement nommé sergent. En 1942, il gagne la Bretagne où son cousin Gwenn-Aël BOLLORE fait remettre en état un petit bateau, le: "S'ILS TE MORDENT". Avec sept compagnons, volontaires et personalités choisies, le bateau rejoindra l'Angleterre dans la nuit du 06 03 1943 après 36 heures de traversée dangereuse. Arrivé en Angleterre, Marc rencontre le LT AMAURY qui recrute des hommes volontaires pour le commando. Avec son cousin BOLLORE, il rejoint le N° 10 commando. Le 06 06 1944, les commandos débarquent face à Colleville-Montgomery ( plage Sword, secteur Quenn-Red). Marc THUBÉ parvient à sectionner les rouleaux de barbelés et livrer le passage à toute la troupe. La ville de Ouistreham sera conquise dans la matinée. C'est la dure campagne de Normandie qui commence, Marc y participe de façon exemplaire. Le 31 Juillet, il est blessé, rapidement rétabli, il est présent au débarquement de Flessingue en Hollande. Démobilisé en 1945, il est titulaire de la Médaille Militaire, de deux croix de guerre, de la médaille de la résistance, de la médaille des évadés. Plus tard il sera nommé Chevalier de la Légion d'Honneur. Rendu à la vie civile, il fera carrière en Afrique. L'âge venu, il prend sa retraite à Boulou ( Pyrénées Orientales) où il repose à jamais dans le cimetière communal - Officier marinier très courageux, lors du débarquement à Ouistreham, le 06 06 1944, a montré un bel exemple de bravoure, en s'élançant dans un champ de mines et sous le bombardement ennemi réussissant à forcer les barbelés avec des pinces et ouvrant ainsi au groupe qu'il dirigeait un passage permettant à sa compagnie de se porter à l'attaque de la ville. (CG avec étolie de vermeil à l'ordre du corps d'armée). Affectation: "1er B F M C" -

TROYARD_7TROYARD Eugène marie ange 2D_C_D Ste Adresse

(171) - TROYARD Eugène Marie Ange - Sgt -  TROOP 8 (En détention à la prison de Caen, 15 jours de cellule à compter du 04 08 1944, rejoint le Cdo le 19 08 1944) - Badge 96 - Mle 5492 FN 41 et 2188 C 38 - (CG avec étoile de bronze à l'ordre du régiment) - Volontaire pour les commandos, a participé au débarquement le 06 06 1944, puis à la campagne de Normandie. A fait preuve de grandes qualités militaires et de beaucoup d'endurance. A participé à de nombreuses patrouilles de jour et de nuit. Affectations: "Cap des Palmes" - "Félix Roussel" - "2 ème B F M" - "1er B F M C" - "Cdt d'Estienne d'Orves" -

VALENTIN CharlesD C D  Le 30 04 1990, Avignon, incinéré à Cabries, (Vaucluse)

(172) - VALENTIN Charles Marius - L/CPL -  K GUN TROOP + Campagne de Hollande - Badge 178 - Mle: 241 FN 40 et 3993 T 38 - Brevet para anglais (N° 10 Cdo) - S'est particulièrement distingué pour ses qualités de courage et d'endurance au cours du débarquement de Flessingue le 01 11 1944 et dans les combats qui ont suivi la prise de la ville (CG avec étolie d'argent à l'ordre de la division). Affectations: "Junon" - "1er B F M C" - 

VINAT Pierre 2VINAT Pierre 1Mort our la France N° 4 Cdo

(173) - VINAT Pierre Alphonse Georges - CPL -  Raid Hardtack 4 + TROOP 1 - Badge 34 - Mle: 94 FN 42 et 4639 T 37 - Tué le 11 06 1944 à la Basse Écardes (Amfreville), éclat d'obus de mortier dans le foie. Inhumé au cimetière de Ranville

École des fusiliers marins, cours du B E , 259 ème session du 14 03 1994 au 22 07 1994, cours VINAT. Ayant rejoint le BFMC le 09 09 1942, le Q/M infirmier VINAT Pierre demande à débarquer le 06 06 1944 les armes à la main en tant que fusilier marin commando. Affecté à la première section de la Troop 1, il meurt au champ d'honneur le 11 06 1944 près d'Amfreville le 11 06 1944 lors de l'attaque de la 21 ème SS Panzer. Il est cité à l'ordre du corps d'armée de la croix de guerre 39-45 avec étoile de vermeil décernée à titre posthume. L'ordre du 04 02 19?? lui concède la médaille militaire. Le C.F CADUDAL, commandant l'école des fusiliers marins - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectation: "1er B F M C" -

VINCENT_Michel_1VINCENT_Michel_2D_C_D Le 27 09 2003 Le Havre, inhumé au cimetière de Ouistreham, exhumé puis inhumé à Manneville-la Goupil

 (174) - VINCENT Michel Adrien Pierre - L/CPL -  TROOP 1 - Badge 56 - Blessé le D DAY sur la plage de Ouistreham, évacué + campagne de Hollande - Mle 239 FN 43 - (CG avec étoile d'argent, à l'ordre de la division) - Volontaire pour les commandos, a débarqué à Ouistreham le 06 06 1944 dans des conditions extrêmement périlleuses. A été blessé dans les combats qui ont assuré aux troupes alliées la prise des plages. A toujours été un modèle de courage, de discipline et d'endurance. Affectations: "Caserne Surcouf" - "1er B F M C" -

LARDENOIS_AbelD_C_D Le 14 09 1988 à Chaumont (Haute-Marne)

(94) - VOIRIN François Marie, Jean - alias LARDENOIS Abel - SGT/Major - TROOP 1 - Badge 137 - Mle 1166 FN 43 - (CG avec étoile de vermeil) - Officier-Marinier adjoint au chef de section, a pris le commandement de la section alors que l'officier qui la commandait avait été blessé. A montré un grand esprit d'initiative et de commandement le 06 06 1944. A pleinement assumé les missions d'assaut ou les missions défensives confiées à sa section en atteignant son objectif et en repoussant plus tard les contre-attaques ennemies. A été un exemple magnifique pour le bataillon, CG avec palme à l'ordre de l'armée de Mer. Affectation: N° 4  Cdos" -

F_Vourch_smallVOURC_H_Francis_1D_C_D En 1987

(175) - VOURCH Francis Joseph Marie - Lieut -  Raid sur Dieppe + Raid Hardtack 21 + TROOP 8, permission de 48 heures du 29 06  au 01 07 1944, affecté au H Q à compter du 16 07 1944 - Badge 5, badge bis: 208 - Mle 5608 FN 40 - (CG avec étoile de vermeil)

Né le 06 01 1913 à Lanhonarneau (29), il grandit à Brest où son père est employé à l'arsenal. Pupille de la marine en 1926, il entre à l'école des Mousses en 1928 à l'âge de 15 ans et rejoint la spécialité d'électricien. Embarqué à bord d'une vedette rapide à Cherbourg, il rejoint l'Angleterre le 19 06 1940. Il est alors second-maître éléctricien. Il entre d'abord au service de la Royal Navy au sein de la 4ème flottille de vedettes rapides à Fowey avant de rallier les F N F L le 09 12 1940. Entre temps, il a rencontré Philippe KIEFFER à Portsmouth où il participait à la défense anti-aérienne de Juillet 1940 à Mars 1941. Embarqué sur le chasseur 106 pendant un temps, puis à nouveau sur une vedette rapide, il est l'un des premiers volontaires pour les commandos et rallie Philippe KIEFFER dont il devient le premier adjoint dès Janvier 1941, à la naissance de l'unité. Il portera le badge commando N° 5. Le 19 08 1942, c'est à liui que le pacha confie le commandement de l'ensemble du détachement de 3 groupes de commandos français prenant part au raid de Dieppe. Son groupe, le N° 1, qui doit débarquer avec les canadiens devant Dieppe ne réussira pas finalement à prendre pied. Dans la nuit du 26 au 27 Décembre 1943, il dirige le raid "hardtack 21" sur Quinéville. Son équipe opérera pendant deux heures sans être découverte, amassant quantité de renseignements sur les champs de mines, obstacles anti-chars, le courant, la pente de la plage, parvenant même à scier un morceau d'une asperge de Rommel pour en analyser le métal ainsi que de très nombreux carottages de sable. Ils venaient de découvrir et décrire le futur site d'Utah Beach où prirent pied les soldats américains le 06 06 1944. Il débarqua le 06 06 1944 à Colleville S/Orne et fit toute la campagne de Normandie. Après guerre, Francis VOURC'H reste dans la spécialité de fusilier marin et commande la compagnie de garde à Brest de 1945 à 1946, est officier en second de l'unité marine Dakar de 1947 à 1950, commande à nouveau la compagnie de garde à Brest de 1954 à 1958 puis sert à l'Etat Major de centre Europe à Fontainebleau, à la base aéronavale de Khourigba de 1958 à 1960, avant d'être affecté comme commandant en second du centre d'entraînement des réserves à Brest de 1960 à 1967. Il commande la compagnie de protection du port de Brest de 1967 à 1971, année de son départ du service actif avec le grade d'officier en chef des équipages. Francis VOURC'H s'est éteint en 1987 - Le 06 06 1944 a conduit sa section à l'attaque avec un élan magnifique, faisant preuve d'un grand courage et d'un bel esprit d'abnégation. A atteint et détruit son objectif (citation à l'ordre du corps d'armée) - Le Contre-Amiral AUBOYNEAU, Commissaire National de la Marine, témoigne sa satisfaction à l'officier des équipages de 2 ème classe VOURCH de la première Compagnie des Fusiliers Marins Commandos pour sa belle attitude sous le feu au cours du raid sur Dieppe le 19 08 1942. Affectation: "1er B F M C" -

vourch_guy_1D_C_D En 1988, Plomodiern (29)

(176) - VOURCH Guy - LT/O -  TROOP 1 + campagne de Hollande - Badge 36  - Mle 52822 Terre - Brevet para anglais à Ringway, (N° 10 Cdo) -  Blessé le D DAY sur la plage de Ouistreham, évacué, rejoint le Cdo le 07 08 1944 - (CG avec étoile de vermeil)  - (Chevalier de la L H, Military Cross) - Officier de grande valeur. Pendant le débarquement du 06 06 1944, est tombé blessé en franchissant la plage avec sa compagnie sous un bombardement intense. Malgré sa blessure, a continué d'encourager sa compagnie de la voix et du geste jusqu'à ce qu'elle soit passée. A montré un grand courage et un bel esprit d'abnégation (citation à l'ordre du corps d'armée) - Chevalier de la LH et CG avec palme de bronze. Affectation: "1er B F M C" -

WALLEN HenriDécédés Le 06 01 1972, Paris. Était inhumé au cimetière de Pantin, la tombe n'existe plus

(177) - WALLEN Henri Jean Alexandre - L/CPL -  TROOP 8 + campagne de Hollande - Badge 165 - Mle: 6958 T 42 - Blessé à Ouistreham le 06 06 , évacué, rejoint le ??? - A montré un élan magnifique au moment de l'attaque du 06 06 1944 et a fortement aidé à la réussite de la mission qui avait été confiée à sa section (Citation à l'ordre du Bâtiment) - Affectation: "cdos" - 

ZYVOLAWAZIVOHLAVA_Otto_2D_C_D Inhumé au cimetière de Ouistreham

ZIVOHLAVA Otto Jean, alias: GAUTHIER Jean (nom à la légion étrangère) - Autrichien -  CPL -  TROOP 1 (Blessé le 20 08 1944, évacué de l'Epine) - Badge 16 - Ex légionnaire  - Mle: 437 FN 42 - Brevet para anglais à Ringway, (N° 10 Cdo) - Sous-Officier d'un courage exceptionnel. Débarque avec son unité le 06 06 1944 à Ouistreham. Participe avec sa troupe à l'attaque des positions côtières allemandes, y déployant un grand sang froid. Pendant les 3 mois de campagne qui suivirent, fut volontaire pour toutes les patrouilles, toutes les missions dangereuses, faisant preuve de qualites d'initiative remarquables, réussit à retrouver 4 hommes restés dans les lignes au cours d'une patrouille précédente et à les ramener dans nos lignes. Grièvement blessé au cours d'une attaque dans le secteur de Pont l'Evêque où il fit preuve de son courage habituel, il rejoignit l'unité à temps pour participer à un raid sur les côtes de Hollande occupées par l'ennemi. A toujours été un exemple et une inspiration pour tous, (C G avec palme + concession de la M M) - Affectation: "Cdos"

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le mot "commando" naquit durant la guerre du Transvaal. A Camberley fut créé le premier noyau du futur Bataillon de Fusilier-Marins sous les ordrees du Lieutenant de vaisseau de 1ère classe Philippe KIEFFER, composé du Maître Francis VOURC'H et 16 hommes entraînés par le S/M PINELLI. En Juillet, l'autorisation fut donnée à ce groupe de s'appeler: 1ère Compagnie de Fusiliers Marins, groupe transféré à Skegness, dans le Lincolnshire. En Septembre, le groupe effectue un stage chez les Royal Marines à Estney. Sur recommandation du Général HAYDON, du quartier général des opérations combinées, le groupe fut autorisé à entrer à la célèbre école de combat d'Achnaccary située au milieu des lacs de l'Invernesshire, des montagnes, des bois, isolée à 50 Km à la ronde. Cette autorisation fut donnée aux commandos dès Janvier 1942. L'entraînement physique était "à crever un cheval" et à balles réelles. Pratiquement, à chaque nouvelles arrivées, il y avait des blessés, parfois des morts. Sur 2000 postulants, environ une quarantaine d'hommes perdirent la vie à Achnaccary durant leur entraînement. La première Compagnie de Fusiliers Marins fut affectée pendant 3 mois à Ayr sur la côte Ouest de l' Ecosse, au 2ème commando qui fut celui du célèbre raid sur St Nazaire. La plus dure punition qui pouvait exister pour un commando était son renvoi à son corps d'origine. Ce fut le cas de certains commandos, avant le débarquement et après le débarquement. Le quatrième mois de 1942, l'unité rejoignit le N° 10 commando interallié commandé par le Colonel Dudley LISTER et s'installait à Criccieth dans le Nord du Pays de Galles. En Août 1942, quelques commandos français prirent part au raid de Dieppe. Le 18 10 1942, les commandos étaient condamnés à mort par HITLER. Le Général ROMMEL, qui commandait l'Africa Korps, refusa d'appliquer cet ordre. En Juin 1943, la première compagnie devint le 1er bataillon de Fusilers Marins Commandos et stationna à Eastbourne. En Novembre le bataillon français était divisé en deux parties, l'une s'installait à Douvres et l'autre à Newhaven, pour commencer les raids de sondage de nuit sur les côtes de France, de Belgique et de Hollande. Mars 1944, tous les commandos partent en permission. De retour, affectés au N° 4 commandos, à Bexhill-on-Sea, unité franco-britanniqie commandée par le Lieutenant Colonel DAWSON, jusqu'au 24 05 1944. Dès le début Mai 1944, le commandant KIEFFER fut informé du lieu du débarquement et du rôle dévolu au N° 4 commandos. A cette date l'unité comptait 600 hommes. Les commandos quittèrent Bexhill-On-Sea pour se rendre par chemin de fer et camions dans un camp secret entouré de barbelés, entre Portsmouth et Southampton. Là, au secret, au camp de Tichfield, les commandos poursuivent leur entraînement. Dès le 25 05 1944, les commandos prirent connaissance des objectifs ( et non le 05 06 1944, veille du débarquement, comme indiqué par certains). Le 17 05 1944, les commandos français signèrent chacun leur testament, testament olographe, scellé par les Forces Navales Françaises en Grande-Bretagne, remis au consulat général de France à Londres. Après guerre, ce testament a été rendu au commando GRISPIN. Le camp secret, entouré de barbelés, gardé militairement, était admirablement organisé et la vie réglée dans les moindres détails. Le programme était simple: sports, culture physique, repos, étude approfondie du rôle des commandos. Chaque commando connaissait sa tâche personnelle étudiée en détail avec le chef de section. La 1ère Brigade commandos était commandée par le Brigadier (Général) Lord LOVAT et comprenait: le 3e commandos, le 4e, le 6e, le 45 Royal Marines commandos. Le N° 4 commandos était désigné dans le débarquement pour une section indépendante du reste de la Brigade, avec la mission la plus dure, le premier à débarquer, privilège accordé par Lord LOVAT aux français. Le N° 4 commandos disposait pour sa mission de 7 petites compagnies (dites Troop), 3 françaises, 4 britanniques. Avec le poste de commandement et les transmissions: 600 hommes. Le départ eut lieu à Warsash, à l'embouchure de la rivière Hamble, dans l'après-midi du 05 06 1944, il était 17 h 30. Les commandos étaient répartis sur 2 L C I S (barges de débarquement). Un scène gigantesque: l'armada de bâtiments et navires aussi loin que la visibilité le permettait. La mer était houleuse. Vers 4h30 du matin, 06 06 1944, branle-bas de combat, chacun était couché sur le pont, rucksac de 35 Kg sur le dos. Soudain l'enfer commença, des milliers de pièces ouvraient le feu. C'était le commencement de la plus grande opération militaire de tous les temps. C'était l'avenir de l'Europe qui se jouait. C'était le commencement de la libération de l'Europe. C'était la première vague d'assaut par les 177 commandos du commandant KIEFFER. Un monument érigé sur la place indique, gravés dans la pierre, les noms des 177 commandos. Après son histoire du débarquement racontée à Henri AMOUROUX, dans le 8ème tome de la série: Joies et douleurs du peuple libéré", publiée en 1988, l'historien, dans une lettre adressée à GRISPIN, écrit: ... En vérité, comment voulez-vous, alors que vous avez mis autant de temps pour dénoncer un certain nombre de supercheries, que je n'ai été dupe de mes lectures?" et d'ajouter: ..."Aussi, vais-je modifier un certain nombre de passages des pages 39 à 42? Mais quel sentiment de tristesse en lisant votre lettre..."  - 6 Juin, les commandos français embarquent dans les barges de débarquement, la Troop 1 commandée par Guy VOURC'H, KIEFFER et son PC et la moitié des commandos munis de K-GUNS (mitrailleuse Vickers, adaptée spécialement pour les commandos, tirant 1000 coups m/n, mais abandonnée au cours de la campagne de Normandie par la difficulté d'obtenir des pièces de rechange), dans la barge d'assaut N° 527. Dans la barge N° 523, la Troop 8 commandée par A. LOFI et l'autre moitié des commandos munis de K-GUNS. A 21 heures les commandos partent en guerre, premier des 19 navires avançant en ligne sur un total de 36 barges transportant tous les commandos. La barge de commandement était dirigée par le Lieutenant commander R.CURTIS transportant le Général de tous les commandos, Lord LOVAT accompagné de son "piper" (bag-pipe: cornemuse écossaise) Bill MILIN, soufflant dans son biniou. Tous les commandos, sans exception portaient le béret vert, pas de casque. Derrière, aussi loin que la vue le permettait, l'armada composée de 73 destroyers, 2 monitors, 23 croiseurs et plus de 4000 bâtiments, avançait lentement. La mission du N° 4 commandos était de débarquer aux premières heures du jour, le 6 Juin, à 500 mètres de Riva Ouistreham, au lieu-dit "La Brèche", à la hauteur du chemin qui mène de la mer vers Colleville sur Orne, appelé depuis: Colleville-Montgomery. Le premier objectif était de prendre d'assaut la ville de Ouistreham, nous emparer du port et sauvegarder intacte l'écluse à l'embouchure du canal de l'Orne. Il fallait réduire tout le système de fortifications de la plage en le prenant à revers. Ce point, extrèmement fortifié, s'étendant de la plage de Riva au port de Ouistreham, comprenait, outre deux batteries de quatre canons, un réseau de barbelés, de béton armé, des blockhaus, fossés anti-chars, lance-flammes et quelques passages minés; des canons de 20m/m et de nombreux nids de mitrailleuses bien disposées couvraient et défendaient ces points forts, ainsi que deux batteries de canons de gros calibre qui faisaient face à la mer. Le casino de Riva, à lui seul, était une véritable forteresse. Le second objectif était de nettoyer ces positions, les laisser à l'infanterie britannique, couvrir dans la même journée, en direction Sud-Sud-Est, avec le reste de la Brigade, une distance de 12 Km en profondeur, afin de faire jonction avec la 6ème division aéroportée, qui devait être lâchée dans la nuit du 5 au 6 Juin. L'objectif de la 6ème division aéroportée était de s'emparer à tout prix de deux têtes de pont à l'Est de l'Orne, celle de Bénouville sur le canal et celle de Ranville sur l'Orne. La brigade devait donc faire jonction avec les aéroportés à l'Est du canal et de la rivière Orne, fortifier leur mainmise sur les ponts, les renforcer et établir une ligne défensive le long de Merville, Gonneville et Bréville. Ainsi, l'ennemi, privé de ces deux points et tenu en échec par la première brigade des commandos, se verrait dans l'impossibilité d'envoyer des renforts à l'Ouest de l'Orne où le gros du débarquement allait s'effectuer. L'ASSAUT: La mer était agitée, le ciel bas et gris, il faisait froid. La veille du débarquement, le Lieutenant de la marine anglaise, commandant la barge N° 527, avait été informé qu'un passage serait pratiqué par les hommes du Génie anglais, ce qui n'avait pu être fait, les corps de ces hommes flottaient sur la mer, premiers morts anonymes de ce débarquement. La barge se trouvait face à des rangées de troncs d'arbres plantés verticalement au sommet desquels étaient fixés des obus, l'ensemble était visible, la marée étant base. Des barbelés étaient posés entre ces troncs. Il était trop tard pour modifier la route de la barge et l'officier en charge de celle-ci fonça à travers les obstacles. De nouvelles rampes de débarquement avaient été placées à la hâte par l'équipage de la barge dont plusieurs furent blessés. Le remplacement des rampes de la barge N° 527 avait été provoqué par leur destruction par le feu ennemi. Plusieurs commandos sautèrent à la mer, avec leur rucksac pesant entre 35 et 40 Kg, certains durent procéder par bonds successifs pour tenir leur tête hors de l'eau. Il était 7h30, et tout ceci dans un vacarme infernal où se mêlaient les tirs des bâtiments de guerre, les tirs de l'ennemi... et le son strident du bag-pipe de Bill MILIN. G.VOURC'H fut un des premiers fauché par le tir ennemi au moment où il abordait la dune. Treize commandos furent tués ou blessés sur cette plage. KIEFFER, blessé par un éclat dans la cuisse continuait à combattre. Avant d'atteindre le point de rencontre situé dans les ruines d'une ancienne colonie de vacances située au bord de mer, 63 commandos étaient hors de combat. Restaient 114 commandos pour attaquer les objectifs. La Troop 1 n'ayant plus de commandant, KIEFFER désignait le Maître Principal FAURE en remplacement. Le colonel DAWSON commandant le N° 4 commandos fut à son tour blessé à la face, mais n'en continuait pas moins à diriger les opérations. Les rucksacs avaient été déposés dans les ruines de la colonie de vacances, la Troop de LOFI avançait avec prudence vers Ouistreham, ayant réussi, jusque là, à traverser tous les obstacles sans perdre un homme. Le prochain objectif situé à 800 mètres, et non des moindres, à proximité des points fortifiés du casino, était un blockhaus particulièrement bien défendu. Pour aider LOFI, KIEFFER lui adjoignit la demi-section de K-GUNS commandée par le Lieutenant HUBERT. Le sergent SAERENS engageait l'attaque. Le Lieutenant HULOT, le Lieutenant CHAUSSE se joignirent à SAERENS pour enlever le blockhaus. Un obus arriva de plein fouet sur la section, blessant HULOT et quelques commandos, puis la Troop tomba sous le feu de mitrailleuses blessant légèrement 4 commandos. La Troop 8 prit position autour des maisons où elle pouvait contrôler les tranchées bien camouflées au milieu desquelles se trouvait un fort blockhaus intact. Malgré ses blessures, HULOT attaqua à la grenade, CHAUSSE bien installé sur la gauche ouvrit le feu. Le blockhaus demeurait intact et intensifiait le feu. L'ennemi utilisait un canon anti-tank démolissant quelques maisons derrières lesquelles se dissimulaient les commandos dont le petit nombre n'avait pas été décelé par l'ennemi. Les projectiles anti-tank utilisés par les commandos n'avaient aucun effet sur le blockhaus, mais, par contre, mirent hors de combat dans les tranchées remplies d'allemands, certains d'entre eux. Les allemands quittant leur tranchée, contre attaquèrent en essayant de contourner la section des K-Guns qui fut renforcée, permettant ainsi de se dégager. Au cours des combats le Lieutenant BAGOT fut grièvement blessé à la face. Le commando LE CHAPONNIER, un colosse se déplaçant devant le commando GRISPIN reçut une giclée de balles. N'était son imposante carcasse, LE CHAPONNIER n'aurait certainement pas survécu à ses blessures. Le Lieutenant HUBERT fut tué net par une balle dans la tête. Par malchance deux K-Guns s'enrayèrent, SAERENS regroupa sa section derrière une maison où les K-Guns, à la hâte, furent démontées, nettoyées et remontées. Ce laps de temps suffit aux allemands pour tenter de submerger la section qui put se retirer à temps au moment où la maison volair en éclats sous les tirs des obus anti-tank. Pendant que la Troop de LOFI tentait de neutraliser le blockhaus, le reste des commandos avançait sur Ouistreham et se plaçait derrière le casino fortifié pour prendre les batteries à revers. La Troop 1 traversa Riva-Bella en 40 minutes, la rue dans laquelle elle se trouva présenta un obstacle inattendu, non repéré par les photos aériennes: à 50 mètres du casino fortifié, s'élevait un mur anti-tank de 2 mètres de hauteur. Au milieu de ce mur se trouvait un étroit passage pouvant laisser un homme évoluer. L'effectif de la Troop 1 étant réduit d'un tiers, sa puissance de feu n'en fut pas diminuée car ceux qui portaient un fusil l'échangèrent contre des fusils mitrailleurs, mitraillettes des morts et blessés. La Troop fut répartie de chaque côté de la rue avec deux fusils mitrailleurs, 4 mitraillettes et un lance-flammes de chaque côté. L'ordre était de tirer dans les embrasures du blockhaus qui était maintenant à 40 mètres. Sur le côté de la rue, deux "piats" (bazookas) furent installés, chaque groupe muni d'un de ces engins, commandé respectivement par LANTERNIER et FAURE. KIEFFER revint, debout sur un tank, dirigea le feu et fut à nouveau blessé au bras. Le canon du tank fit des brèches et sema la, panique chez les allemands. Après l'attaque, LARDENOIS ramena 11 prisonniers et l'un d'entre eux envoya une grenade sur le groupe blessant 2 commandos. La riposte fut immédiate, tuant 3 allemands. Au cours de l'assaut le médecin Capitaine LION fut tué net d'une balle dans la tête en portant secours à Paul ROLLIN, atteint à la tête également. Il faut mentionner le rôle important de la section des K-Guns qui fut de la première attaque sous la direction du sergent COSTE. Le commando RENAULT, touché par un éclat de mortier décédait 10 minutes plus tard. Il n'est pas possible de relater tous les faits d'armes des commandos lors de cette action et la liste des pertes était encore loin d'être complète. Les objectifs atteints, le N° 4 commandos retourna sur le lieu de débarquement, reprit les rucksacs et se dirigea vers les 2 ponts, celui de l'Orne et celui du canal, ponts qui avaient été capturés la nuit précédente par les hommes de la 6ème division aéroportée. Au cours de leur progression des snipers allemands blessèrent et tuèrent quelques commandos. Le Lieutenant AMAURY, responsable des K-Guns n'ayant plus de chef, les sergents SAERENS et COSTE assurèrent chacun le commandement de chaque section. Le N° 4 commandos dut traverser les ponts sous le feu latéral de l'ennemi, à l'aide d'écan de fumigènes, mais le vent rendit cette opération plus vulnérable et 3 commandos français furent blessés. Le N° 4 commando occupa Amfreville au Sud de Le Plein et creusa des trous pour la nuit en prévision de l'inévitable contre-attaque allemande. Le sergent-major LARDENOIS réussit à s'infiltrer dans les positions ennemies repérant le nombre d'allemands leur armement et les champs de mines. Le lendemain après-midi, le commando français, attaqué par des snipers, reçut un déluge de bombes. A 2 h du matin les commandos furent informés que les blindés allemands étaient environ à 2 Km. Au cours d'une patrouille le commando GICQUEL fut blessé, capturé... et pendu. Le 10 Juin à l'aube, les commandos furent à nouveau assaillis par un déluge de bombes, bombardements appuyés par deux bataillons aidés par des tanks de la 21ème Panzer division. Un combat désespéré s'ensuivit au cours duquel les français eurent 7 tués et 29 blessés. Les bois de Bréville ressemblaient à un nuage de poussière créé par les obus et les carcasses en feu des tanks ennemis. Les chars Tigres réussirent à s'infiltrer à l'arrière, mais furent mis en pièces par les canons anti-tank, tandis qu'un char Tigre attaquait devant, les K-Guns tiraient sans arrêt sur l'infanterie allemande. Le commando GERSEL tomba tué d'une balle dans la tête, un obus de 88 équipant un char allemand arracha le bas du visage du commando BEGOT, les joues et le menton. Le sergent DE MONTLAUR vit les servants des fusils-mitrailleurs abattus par un allemand, se saisissant du F M DE MONTLAUR abattit l'allemand qui ajustait un autre commando. Au cours des combats, GRISPIN reçut des éclats, FOURER et CROIZER qui étaient à ses côtés furent tués net. Le commando Léon GAUTHIER, côte à côte de GRISPIN prit le paquet individuel de pansements que portait chaque commando et obtura le trou de la blessure principale de GRISPIN, lequel dut déposé quelques mètres plus loin, parmi les morts et les blessés, plus tad une Jeep-brancards parvint jusqu'aux blessés dont quelques-uns furent ramenés sur la plage, en attendant d'être transportés sur un bâtiment hôpital. Arrivé en Angletterre , GRISPIN fut envoyé sur l'hôpital de Basinstock le 12 Juin, puis le 13 envoyé au Whitchurch Emergency Hospital à Cardiff et opéré le 19 Juin. Envoyé par la suite au convalescent Dépot de Wrexham, GRISPIN le quitta sans autorisation et, avac ses pansements, rejoignit l'unité mi-Juillet 1944 au bois de Bavent. Le 16 08 1944, la Troop 8 de LOFI était réduite à 27 commandos. Le 20 08 1944, après avoir traversé la rivière Dives, les commandos eurent à combattre au lieu-dit "la ferme de l'Epine". Evoluant en silence, les commandos s'infiltraient la nuit sur plus de 10 Km de profondeur, entre les forces ennemies. Avant d'atteindre la ferme de l'Epine, un premier échange de coups de feu eut lieu et le commando ZIVOHLAVA recut une balle dans l'épaule. Un groupe d'allemand s'était retranché au lieu-dit l'Epine, défendu par des mitrailleuses.. LOFI désirait que l'attaque eut lieu à l'aube, mais le Lieutenant CHAUSSE proposa une attaque à la baïonnette, ce qui fut accepté par LOFI.
 La section de CHAUSSE comprenait entre-autres: MESSANOT dit "biscuit", LE ROGOLEUR, LAFONT, GRISPIN, (que les autres non cités veuillent bien m'excuser). Couvert par les K-Guns et par les FM du Lieutenant HULOT (blessé, mais de retour au combat),et les mortiers, l'attaque eut lieu, fulgurante. Le combat s'arrêta net quand CHAUSSE, debout, abattit au colt l'officier allemand. Un allemand terrorisé s'enfuit en courant poursuivi par LAFONT qui, voyant l'allemand désarmé, le rattrapa et lui laissa la vie sauve. Quelques escarmouches eurent encore lieu et, le 05 09 1944, le N° 4 commandos réembarquait pour l'Angleterre pour le premier repos depuis le débarquement et pour une réorganisation de l'unité car, sur les 177 hommes du commando français, seulement 40 restèrent intacts, y compris ceux qui, blessés, étaient revenus combattre. BOLLORÉ l'infirmier attrapait une jaunisse, guéri quelques semaines plus tard, il quitta le commando pour le B C R A à Londres. L'engagement dans les Forces Françaises pour la durée de la guerre n'obligeait pas les hommes à rester dans les commandos, où seuls les volontaires étaient acceptés. Il est à noter que, parmi les quelques commandos qui exécutèrent des missions dans les territoires occupés par l'ennemi, un petit nombre quitta l'unité avant le débarquement, d'autres au retour en Angleterre démissionnèrent ou furent renvoyés pour inaptitude, pour usure au combat, pour avoir prolongé leur permission hors les délais, ou pour d'autres motifs. Ici se termine la première partie de l'histoire du commando français ayant été à la pointe des combats de la plus grande opération militaire de tous les temps.

 

Abréviations

HQ = Headquaters = Quartier général
R = Radio
M= Médical
T= Transport
1= Troop N° 1
8= Troop N° 8
KG= K Gun= Mitrailleuse rapide
0= Chef d'unité

Equivalence des grades français et britanniques:

- Major = Capitaine de corvette

- Captain = Lieutenant de vaisseau

- Lieut = Enseigne de vaisseau de 1ère classe

- 2/Lieut = Enseigne de vaisseau de 2ème classe

- W/01 = Maître principal de 1ère classe

- Sgt/Major = Premier- maître

- Sgt = Second-Maître

- L/Sgt = Quartier-Maître de 1ère classe

- Cpl = Quartier-Maître de 2ème classe

- L/Cpl = Matelot e 1ère classe

- Pvt = Matelot

- LH = Legion d'Honneur

- C L H = Chevalier de la Légion d'Honneur

- MM = Médaille Militaire

- C G = Croix de Guerre

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.