COMMENTAIRES, HOMMAGES, MONUMENTS, STÈLES

PERRONE Jean 1

PERRONE Jean

IMG 610

IMG 610 - (FUSCA Vincent)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

BERNARD André a débarqué à Ouistreham ce 6 Juin

BERNARD André

BERNARD André

IMG 611

IMG 611 - A droite BERNARD André - (Brunet Chantal, sa fille)

IMG 612

IMG 611/1 - BERNARD André, sa maman et ses deux soeurs - (Brunet Chantal, sa fille)

IMG 613

IMG 611/2 - A gauche BERNARD André - (Brunet Chantal, sa fille)

IMG 614

IMG 611/3 - (Brunet Chantal, sa fille)

IMG 615

IMG 611/4 - (Brunet Chantal, la fille de Bernard André)

IMG 616

IMG 611/5 - (Brunet Chantal, sa fille)

IMG 617

IMG 611/6 - Les décorations de Bernard André - (Brunet Chantal, sa fille)

IMG 618

IMG 611/7 - (Brunet Chantal, sa fille)

IMG 611_8

IMG 611/8 - (Brunet Chantal, sa fille)

1

IMG 611/9 - Insigne ayant appartenu à BERNARD André - (Brunet Chantal, sa fille)

2

IMG 611/12 - Insigne ayant appartenu à BERNARD André - (Brunet Chantal, sa fille)

3

IMG 611/13 - Insigne ayant appartenu à BERNARD André - (Brunet Chantal, sa fille)

4

IMG 611/14 - Le béret vert de BERNARD André - (Brunet Chantal, sa fille)

5

IMG 611/15 - Insigne ayant appartenu à BERNARD André - (Brunet Chantal, sa fille)

6

IMG 611/16 - Le bonnet ayant appartenu à BERNARD André - (Brunet Chantal, sa fille)

7

IMG 611/17 - Récompenses honorifiques attribuées à  BERNARD André - (Brunet Chantal, sa fille)

8

IMG 611/18 - Je reconnais bien les comptables... Notre valeureux commando ayant débarqué le D DAY, au péril de sa vie et pour délivrer la France était redevable de la modique somme de 14 200 F, savoureux... (Brunet Chantal, sa fille)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

FAURE Hubert

FAURE Hubert

IMG 621

IMG 621 - (Brunet Chantal)

1

IMG 621/1

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GERY Marcel a débarqué le 06 06 1944 à Ouistreham

GERY Marcel

GERY Marcel

IMG 622

IMG 622 - (Géry Olivier, petit fils de Marcel)

IMG 623

IMG 622/1 - (Géry Olivier, petit fils de Marcel)

IMG 624

IMG 622/2 - (Géry Olivier, petit fils de Marcel)

IMG 625

IMG 622/3 - (Géry Olivier, petit fils de Marcel)

IMG 626

IMG 622/4  - (Géry Olivier, petit fils de Marcel)

IMG 627

IMG 622/5 - (Géry Olivier, petit fiils de Marcel)

IMG 628

IMG 622/6 - (Géry Olivier, petit fils de Marcel)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

MOUTAILLIER

MOUTAILLIER Serge

IMG 629

IMG 629 - A la mémoire de MOUTAILLIER Serge Louis - (Courrieu-Chapotard Dominique)

1

IMG 629/1 - Pont sur lequel est apposée la plaque - (Corrieu-Chapotard Dominbique)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

CHAUVET Maurice 1

CHAUVET Maurice

IMG 630

IMG 630 - (Hélias Jean-Pierre)

1

IMG 630/1 - (Hélias Jean-Pierre)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 631

IMG 631 - Pancarte commémorative placée à l'entrée de Pégasus Bridge sur la rive de Bénouville - (Tanguy Jean-Marc, le commando Kieffer, les 177 français du D DAY)

IMG 632

IMG 632 - Nous devons cette merveilleuse affiche à notre camarade LELAURAIN Philippe (Cdo de Penfentenyo)

IMG 633

IMG 633 - Stèle à la mémoire de LOFI Alexandre à l'Hôpital (Moselle)

IMG 634

IMG 634 - Carte de voeux dessinée par CHAUVET - (Français libres sous le battle-dress)

IMG 635

IMG 635 - Carte de voeux dessinée par CHAUVET - (Français libres sous le battle-dress)

IMG 636

IMG 636 - Dague appartenant à Robert MOGUEROU - (Français libres sous le battle-dress)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LABAS Marcel

LABAS Marcel

La dernière lettre de Marcel Labas à ses parents avant qu'il tombe dans une rue de Ouistreham (source famille Labas et Maurice Chauvet) :

Mon cher papa et chère maman ainsi que mon cher frère,

A la veille de la grande bataille décisive pour la libération de notre pays, je vous écris cette lettre car comme je suis aux avant-postes, peut-être n'arriverai-je pas jusqu'à vous avant la fin de la guerre. [...] Que m'importe de mourir. Je n'ai pas peur des balles, mais je veux qu'après la guerre vous n'ayez pas peur de citer le nom de votre fils et à en rougir.

Cher papa et chère maman je pars bien triste aussi car je vais vous confier mon histoire de cœur.

J'aime une jeune fille anglaise que j'ai rencontrée durant mon séjour en Angleterre. Je vais avoir un enfant d'elle et je suis bien triste car ma demande de mariage a été refusée [...], car aucun papier ne peut m'être délivré avant le second front, et pourtant j'aime cette jeune fille. J'aurais voulu que l'enfant porte mon nom; si je venais à mourir, que voulez-vous, c'est le destin qui veut cela, mais si je reviens, je jure qu'elle sera ma femme ; en attendant je lui lègue mes biens qui se montent à peu près à 10000 francs. Au moins quand l'enfant viendra pourra-t-elle commencer à l'élever. Je n'ai pu en faire ma femme mais elle est ma fiancée. C'est la seule femme que j'ai vraiment aimée dans ma vie. [...]

Chers parents, je voudrais vous faire encore une demande : si jamais les Anglais viennent à la maison, ne les repoussez pas car, quoi que l'on dise sur eux, tous les Français que nous sommes en Angleterre, nous avons été accueillis comme des frères. [...] Cher papa et chère maman je termine maintenant ma lettre car, voyez-vous, j'ai tant de choses encore à vous dire, mais il faudrait que je vous voie. Je vous mets aussi ma photo pour vous laisser un souvenir de moi. En terminant cette lettre j'ai aussi les larmes aux yeux, car peut-être je me dis que je ne vous reverrai plus, mais mon devoir il est nécessaire que je le fasse. Rien ne doit passer avant le devoir.

Cher papa et chère maman, je finis ma lettre en vous embrassant bien fort ainsi que toi, mon frère Jean.


Sur wikipédia on trouvera Commandos Kieffer (France libre).

 

 

Philippe Argouarch ■

Philippe Argouarch est reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003 | Voir son mur | Lui écrire | Le/la suivre | RSS de Philippe+Argouarch
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

IMG 638

IMG 638 -

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

DEMONET Paul Georges

DEMONET Paul Georges

IMG 639

IMG 639 - Cimetière de la Croix Rousse, Lyon, mur A 21, stèle 47

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

IMG 640

IMG 640 - Affiche pour le recrutement des commandos marine: De G à D: VOURCH Francis, RABOUHANS Raymond, LANTERNIER Louis - (Rabouhans Noël)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LECOULTRE Louis

LECOULTRE Louis

IMG 641

IMG 641

IMG 642

IMG 642

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

BEGOT Louis

BÉGOT Louis

Sous un feu violent d'armes automatiques les ponts du canal furent franchis au pas de course au prix de 3 blessés: DERRIEN, NIEL et LE QUÉRÉ, ils furent soignés au café GONDRÉE, près de l'un des ponts du canal (ce pont est à présent dénommé "Pégasus-Bridge"), café qui peut revendiquer à juste titre l'honneur d'avoir été la première maison libérée de France. Puis nous investissons le village d'Amfreville où nous nous établissons solidement avant la nuit en position défensive, après toute une journée de combats. 48 heures après notre départ d'Angleterre, nous étions à 15 Kms à l'intérieur des terres. Dans la matinée du 10 Juin 1944, après un violent tir de mortiers une attaque était lancée contre les positions de notre brigade, l'ennemi réussissait à s'infiltrer sur notre flanc gauche. Plusieurs contre-attaques d'une vigueur extrême seront menées pendant 3 heures avant que nous réussissions à rétablir la situation; dans l'après-midi une autre contre-attaque ennemie prenait forme, mais repoussée avec des pertes sérieuses, elle sera renouvelée à plusieurs reprises jusqu'à la tombée de la nuit. C'était un combat sans merci à la grenade et à la mitrailleuse et aussi par le farouche corps à corps où jouaient le poignard et la baïonnette. Le B F M commando avait encore de nombreux tués: ALLARD, CROISER, FOURER, GERSEL, GOUROND, LAOT, LETANG, MANCEAU, NEVEN, PETERS, RUPPÉ, et VINAL. Blessés les officiers-mariniers: LAVEZZI, KLOPFENSTEIN, les commandos: BRIAND (canadien français), GUILCHER, LOSSEC, CABELLAN, HOURÇOURIGARAY, JUNG et BOUCHARD. C'est au cours de ces contre-attaques que je fus moi-même grièvement blessé, je fus aussitôt transporté sur une brouette jusqu'au PC du commando français par l'officier des équipages VOURCH Francis, et ensuite le médecin anglais qui avait été mis à la disposition de notre bataillon, ordonnait mon évacuation. Après avoir passé 4 jours à l'ambulance de la brigade où des injections de pénicilline à haute dose me furent prodiguées immédiatement, je me retrouvais en Angleterre à l'hôpital, en bonnes mains, pendant deux années. Quant aux blessures du commandant, mal soignées durant ces combats incessants, elles s'étaient infectées sérieusement, aussi le médecin ordonnait également son évacuation. Pendant son séjour à l'hôpital le bataillon était commandé par l'officier des équipages LOFI. Quelques mois plus tard, le commandant KIEFFER rejoignait le bataillon et continuait le combat en Normandie (il est mort d'une hémorragie cérébrale le 21 11 1962). On a tenté de refaire l'histoire avec le film "Le jour le plus long", mais cela suffira-t-il pour que la fiction égale la réalité ? Cette réalité a eu suffisamment de témoins pour que ceux-ci puissent confronter les images de l'écran à celles de leurs propres souvenirs; par exemple: (le bataiilon de religieuses infirmières qu'on nous montre, donnant des soins aux blessés lors de l'assaut du casino, est une pure fantaisie). Ce film très long a coûté plusieurs millards d'anciens francs, cela valait bien la peine de débarquer en Normandie le 06 Juin 1944 à l'aube... et de se faire casser...la figure. Ce débarquement, en vérité, stratégiquement nécessaire (l'ouverture d'un second front devenait indispensable aux alliés occidentaux devant l'avance déjà foudroyante des armées soviétiques) fut pour ses participants une effroyable boucherie. Ce qu'on pourrait avant tout reprocher au responsable de ce film, c'est d'avoir traité ce massacre d'hommes comme une bagatelle, de n'avoir conservé de cette vision dantesque des combats que le côté relativement anecdotique. Certes, les combattants de ce 6 Juin étaient des volontaires, de là à montrer cette journée comme l'épisode le plus chargé d'une guerre "fraîche et joyeuse", il y a une marge. Ces réserves faites (on peut accumuler les griefs, et notamment celui de montrer les allemands comme de bons militaires pas du tout nazis), "Le jour le plus long" est tout de même un bon film. L'homme y est traité avec respect pour son courage, la hardiesse de ses armes, son héroïsme de tous instants, la mise en scène est souvent prodigieuse. Un film comme celui-là aurait dû écoeurer à jamais tous les homme de la guerre; mais hélas!

Louis BÉGOT

 

Le 6 Juin 1944, le jour le plus long du lorientais Louis BÉGOT, COMMANDO KIEFFER, à l'assaut du casino de Ouistreham.

Louis, âgé de 19 ans, avait rallié les Forces Françaises Navales Libres le 2 Septembre 1940 après avoir déserté du croiseur "Duguay-Trouin" mouillé dans la rade égytienne d'Alexandrie. Après la libération il sera amnistié du jugement par défaut rendu par le tribunal maritime de Toulon qui relevait du gouvernement de Vichy et qui l'avait condamné à 10 ans de détention... Dès le début de l'année 1943 jusqu'à ce début Juin 1944, en tant que breveté fusilier, avec une quarantaine d'autres hommes, en majotité des bretons de la marine marchande, de la pêche et aussi de l'armée de terre, Louis avait été bien aguerri à la dure école de combat d'Achnacarry, dans les montagnes écossaises, et était très fier de servir sous les ordres du commandant Philippe KIEFFER, au sein du 1er bataillon de Fusiliers Marins Commandos de la France Libre. Leur entraînement était très soutenu et pénible. Tous connaissaient le commandant KIEFFER pour son exigeance et sa dureté, mais Louis le trouvait cependant juste. Vers la mi-Juin les hommes du commando KIEFFER passent trois semaines dans un immense camp de 5000 combattants près de Southampton, ils savaient qu'ils allaient débarquer, mais ne savaient pas où. Ils étaient au secret, bien gardés par des sentinelles dans ce camp entouré de barbelés! Ils devaient travailler sur des maquettes, des cartes et des photos aériennes. Déjà en Février 1944, ces combattants avaient fait une répétition générale en Ecosse, dans le même type d'embarcations qu'ils auraient plus tard pour débarquer quelque part en France. Louis et ses compagnons, environ 200, dont certains âgés de 18 ans débarquèrent donc à l'aube de ce 6 Juin 1944 au lieu-dit "La brèche de Colleville sur Orne", lieu appelé depuis "Colleville Montgommery". Leur commando, en fer de lance des troupes de libération, avait pour objectif spécial le "Casino de Riva-Bella". Le bataillon français fut réparti en deux barges de débarquement qui, dans l'attente de l'heure "H" tournaient en rond dans les creux d'une très grosse tempête qui finissait et qu'ils avaient supportée toute la nuit durant la traversée de la Manche. Beucoup souffraient du mal de mer, même les marins chevronnés, et peu avaient réussi à trouver le sommeil. D'aillleurs le 5 Juin 1944, tous montèrent dans des camions qui rebroussèrent chemin à cause de cette tempête et finalement, ils avaient bien embarqué d'Angleterre ce jour là. Quelques moments avant l'ordre du débarquement, Louis dit s'être remémoré ses 23 années d'existence, puis la peur qui s'en va car il est temps pour lui et ses camarades d'emprunter les coupées ou les échelles sommaires et de se jeter à l'eau pour la bataille....Louis raconte: les commandos sont sur le pont, les deux barges avancent donc, ballotées par la tempête et encadrées aussi par les obus ennemis... Sur l'avant surgissent des obstacles: poteaux minés, chevaux de frise, etc...C'était la mi-marée. La solution pour débarquer le plus vite possible est de sauter à l'eau avec le rucksac de 35 kilos, armes et munitions, (certains commandos, les plus petits, avaient de l'eau jusqu'à la poitrine), et de traverser à découvert une plage de 200 mètres environ avant d'atteindre les bâtiments détruits d'une colonie de vacances où les commandos devaient se regrouper et déposer leurs rucksacs. Les hommes empruntent ensuite la route où passait le tramvay afin de couper l'ennemi de ses bases arrières. La troop 8 se dirige vers l'Est d'Ouistreham, elle prit à l'issue d'une rude bataille les blockhaus allemands du bord de mer. Pendant ce temps, ma troop 1 que dirige personnellement Philippe KIEFFER suit la ligne de tramway, puis l'avenue Pasteur pour attaquer à revers le fortin du casino de "Riva-Bella". Sur cet itinéraire les pertes furent importantes. Bien entendu, contrairement à ce que l'on voit dans le film de Zannuck, c'était un gros bunker de béton qui avait été construit à la place du casino que les allemands avait rasé. Peu à peu, les soldats allemands sortirent de leurs abris et se rendirent. On a donc neutralisé le casino. Je crois que c'est l'endroit où les perttes ont été les plus nombreuses, le commandant KIEFFER a été blessé à deux reprises. Vers 12 H 30 nous retournons au lieu de regroupement pour reprendre nos rucksacs et casser la croûte. Les anglais tenaient désormais le casino et la plage. Ouistreham était libérée. Piuis nous reprenons la route de Saint Aubin d'Arquenay, où un autre lorientais: Robert SAERENS qui a été blessé pendant ce trajet doit prendre le commandement d'une section de mitrailleuses à la place du sous-lieutenant HUBERT tué. Il y avait plusieurs tireurs d'élite un peu partout pendant ces 18 Kms à pied qui nous mènent jusqu'au fameux pont de Bénouville, le "Pégasus-Bridge" déjà tenu la nuit par les anglais, mais où notre commando KIEFFER essuie encore des coups de feu et perd plusieurs hommes, nous étions sous un écran de fumée... Puis cap sur Amfreville, alors que je garde un passage avec une mitrailleuse Brengun, une contre-attaque allemande survient et je reçois des éclats d'obus provenant d'une division S S de panzers... Je suis touché à la face, défiguré et tout mon corps est lacéré... Si je suis en vie c'est grâce au Père René de NAUROIS, l'aumonier du 1 er Bataillon de Fusiliers Marins qui m'a trouvé dans une mare de sang, sur le champ de bataille, il s'est rendu compte que je vivais encore malgré mon visage arraché depuis mon nez jusqu'à ma gorge... Il me fait sortir de cet enfer. Je suis d'abord soigné en France puis transféré en Angleterre où j'y restai 2 ans et subirai 32 opérations. Mais j'ai encore des éclats d'obus dans mon crâne... Je serai démobilisé en 1946. Louis BÉGOT s'est forgé un caractère bien trempé à la dure école des commandos, cela l'a sans doute aidé à surmonter ses terribles souffrances physiques et morales car, tout au long de sa vie, il luii a fallu supporter les autres nombreuses interventions chirurgicales qui lui ont engendré des nouveaux problèmes et les douleurs permanentes insupportables des blessures qu'il a reçues ce 10 Juin 1944. Malgré tout ceci, Louis reste très fier d'avoir participé à ce jour le plus long avec les commandos KIEFFER. Son courage et sa vaillance lui ont valu plusieurs distinctions: Officier de la Légion d'Honneur (cette promotion lui a été remise, le 02 Juin 1984 par le commandant lorientais Robert SAERENS, son ancien compagnon du 1er B F M C - Médaille Militaire - Croix de guerre avec palme - Médaille de la résistance - Croix du combattant volontaire - Médaille de la France Libre. Mais pour lui, il y a un autre fameux titre d'honneur "Avoir été un KIEFFER". Avec leur courage, leur rage de vaincre et leur devise: "Unis nous conquerrons" les commandos KIEFFER, nos discrets héros resteront à jamais associés au jour le plus long! Merci à vous Louis et à tous vos compagnons de la libération. (Dany LE GOUIC)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 643

IMG 643 - Gravelines - de D à G: GUILCHER, MOREL, COUTURIER, MEUDAL - (Manach Gérard)

IMG 644

IMG 644 - Une brochette d'anciens - (Manach Gérard)

IMG 645

IMG 645 - Qui peut me donner le nom de cet objet et son utilisation - (balisson.jc@wanadoo.fr)

IMG 646

IMG 646 - Voir: photo précédente -

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Sur les 177 commandos qui débarquèrent le 06 06 1944, 10 furent tués le jour même et 24 seulement terminèrent la campagne de Normandie sans avoir été blessés, après 78 jours de déploiement, alors qu'ils ne devaient initialement combattre que 3 ou 4 jours, 27 furent tués au combat.

Des permissions furent accordées à certains d'entre eux et quelques uns "oublièrent" de rejoindre le commando dans les délais prévus. Ils avaient quitté leur pays pour combattre l'occupant, (ce qu'ils ont fait et bien fait le D DAY et en Hollande), ainsi que leurs familles depuis 2, 3, 4 ans..... La sanction demandée par le C C KIEFFER est sans appel: "Tribunal militaire, conseil de guerre, et débarqués du commando". C'est ce que prévoit le "code de justice militaire" pour "DESERTION".......Je pose la question: n'était-ce pas pour le moins abusif ???

Au début de l'année 1945, l'armée américaine se rend compte que la plupart des déserteurs condamnés avaient été de bons soldats qui, vu le stress auquel ils avaient été soumis pendant de trop longues périodes en zones de combat, auraient dû être envoyés en clinique plutôt qu'en détention. Les psychologues entrent alors en scène, ce qui conduit à une révision de la plupart des jugements qui avaient condamné les soldats à des peines entre 15 ans et la perpétuité.

Remember: Le fantassin Lucien BERSOT qui a refusé de porter un pantalon taché de sang, déchiré, provenant d'un cadavre, a été fusillé pour l'exemple en Octobre 1914. "Code de justice militaire" pour refus d'obéissance. (Balisson JC l'a échappé belle...)

IMG 647

IMG 647 -  (Manach Gérard)

IMG 648

IMG 648 - (Manach Gérard)

IMG 649

IMG 649 -  (Manach Gérard)

IMG 650

IMG 650 - (Manach Gérard)

IMG 651

IMG 651 - (Manach Gérard)

IMG 652

IMG 652 - (Manach Gérard)

IMG 653

IMG 653 - (Manach Gérard)

IMG 654

IMG 654 - (Manach Gérard)

IMG 655

IMG 655 - (Manach Gérard)

IMG 656

IMG 656 - (Manach Gérard)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 657

IMG 657 - MANACH Gérard en compagnie de FAURE Hubert à droite - (Manach Gérard)

IMG 658

IMG 658 - MANACH Gérard en compagnie de ROSSEY René à droite - (Manach Gérard)

Nassau de Warigny - 1939

NASSAU de WARIGNY Henry, son vrai nom: KINET Henry Robert Lawrence (citoyen américain)

IMG 16 - 659

IMG 659 - Acte de décès de NASSAU de Warigny Henry - (Manach Gérard)

IMG 16 - 660

IMG 660 - Nouvelles des commandos - (Manach Gérard)

IMG 16 - 661

IMG 661 - Cimetière où repose NASSAU de Warigny Henry - (Manach Gérard)

IMG 16 - 662

IMG 662 - (Manach Gérard)

IMG 16 - 663

IMG 663 - Ici repose KINET Henry Robert, alias: NASSAU de WARIGNY Henry - (Manach Gérard)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 16 - 664

IMG 664 - (Manach Gérard)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

BORETTINI Antonin

BORETTINI Antonin

IMG 16 - 665

IMG 665 - (Sa fille: Michèle)

IMG 16 - 666

IMG 666 - (Sa fille: Michèle)

IMG 16 - 667

IMG 667 - (Sa fille: Michèle)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

NICOLOPOULOS André

NICOLOPOULOS André

IMG 668

IMG 668

IMG 669

IMG 669

IMG 670

IMG 670

IMG 671

IMG 671

IMG 672

IMG 672

IMG 673

IMG 673 - (Remercions: Jean-Michel RIBÉ, Jean-Pierre HÉLIAS et MANACH Gérard qui ont contribué à la "ROUGE" d'André NICOLOPOULOS)

IMG 673_1

IMG 673/1 - Brevet opticien télémétriste - (Belin Patrick)

IMG 673_2

IMG 673/2 - Idem IMG 673/1 - (Belin Patrick)

IMG 673_3

IMG 673/3 - NICOLOPOULOS André au poste de combat à bord de la "Curieuse" - (Belin Patrick)

IMG 673_4

IMG 673/4 - Idem IMG 673/3 - (Belin Patrick)

 

IMG 673_5

IMG 673/5 - (Manach Gérard)

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Badge britanniqueCHURCHILL FranckCHURCHILL Franck 1

CHURCHILL Franck - Radio de VOURC'H Guy, au Cdo Kieffer de Septembre 1944 à la fin de la guerre - Campagne de Hollande -

 

IMG 674

IMG 674

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 675

IMG 675

IMG 676

 

IMG 676 -

IMG 677

IMG 677

IMG 678

IMG 678

IMG 679

IMG 679

IMG 680

IMG 680

IMG 681

IMG 681

IMG 682

IMG 682

IMG 683

IMG 683

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 684

IMG 684 -

IMG 685

IMG 685 - Philippe KIEFFER -

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

PENHER_Joseph_1

PENHER Joseph

 

 

IMG_686

IMG 686 -

IMG_687

 

 

 

IMG 687 -

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

IMG 688

IMG 688 -

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 689

IMG 689 - Repose en paix - (Manach Gérard)

IMG 690

IMG 690 - Reposez en paix - (Mabach Gérard)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

KIEFFER Philippe

KIEFFER Philippe

IMG 691

IMG 691 - (Manach Gérard)

IMG 692

IMG 692 - Les bons comptes font les bons amis ....... (Manach Gérard)

IMG 693

IMG 693 - En 2017 le déficit de la France s'élève à environ 2100 milliards d'euros, soit 13 755 milliards de francs, à raison d'un recouvrement de 10 francs de sommes indûment payées, les T P G devront trouver 1375 milliards récipiendaires de la LH, à l'allure où l'on décerne actuellement cette distintion, la dette française ne sera plus qu'un lointain souvenir..... (Manach Gérard)

IMG 694

IMG 694 - (Manach Gérard)

IMG 695

IMG 695 - (Manach Gérard)

IMG 696

IMG 696 - (Manach Gérard)

IMG 697

IMG 697 - (Manach Gérard)

IMG 698

IMG 698 - (Manach Gérard)

IMG 699

IMG 699 - (Manach Gérard)

IMG 700

IMG 700 - (Manach Gérard)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 701

IMG 701 - Morceau de barge et tambour D DAY, ils se trouvaient en décoration au "Rallye des Commandos" à la Motte Picquet chez la sympathique Madame DOULIN, marraine des du 4 - (Anonyme)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG 702

IMG 702 - (Anonyme)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////